Christophe Geoffrion, Ouvrier et fier de l’être, Orléans, Regains de culture, 2013, 90 pages, 9,80 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Illustrés par une photo de couverture représentant un travailleur installé dans un long tube d’acier, ces récits relèvent clairement d’une littérature sociale de témoignage sur la condition ouvrière. Une trentaine de courts textes (d’une à trois pages maximum) se proposent de décrire le quotidien de la vie d’un ouvrier, sur la base de l’expérience de l’auteur. Sans que la date soit vraiment précisée, ces récits s’échelonnent sur plusieurs années, sans doute la durée durant laquelle Christophe Geoffrion a travaillé comme ouvrier d’entretien dans différentes usines. Le titre est un peu trompeur, car s’il a effectivement occupé des emplois d’ouvrier d’entretien, on découvre au fil du propos que l’auteur, bien que se revendiquant de son statut d’ouvrier, n’en est pas vraiment un. Il est certes fils et petit-fils d’ouvrier, mais lui-même a suivi des études supérieures, a été un temps enseignant (sans que l’on ne sache rien de plus précis) et le dernier texte porte sur sa sortie, puisqu’il rompt avec ce statut d’ouvrier pour devenir formateur. C’est d’ailleurs sa rencontre avec une journaliste du Nouvel Observateur qui l’amène à franchir le pas de l’édition de ses textes, ainsi que le lecteur l’apprend dans l’introduction. Mais son statut importe peu au final. Est déterminante la nature de sa narration. C’est bien du travail dont il s’agit. A coups de petites séquences, l’auteur multiplie les angles pour décrire la difficulté du travail manuel, les multiples blessures qui affectent le corps, la dureté des relations sociales, la froideur des procédures de gestion du personnel dans des usines où les ouvriers (et singulièrement les ouvrières) sont au mieux une variable d’ajustement qui fluctue en fonction de l’arrivée à conclusion des contrats d’intérim ou des CDD. C’est donc un récit de la douleur et de la difficulté qui sourd de sa plume, rappelant d’autres récits, tels ceux de Jean-Pierre Levaray1 ou d’autres auteurs. Si les textes rassemblés dans Ouvrier et fier de l’être manifestent une réelle volonté testimoniale, a-t-on affaire pour autant à des textes littéraires, comme c’est manifestement le cas avec Jean-Pierre Levaray ? La réponse se révèle hélas négative. En effet, Christophe Geoffrion avoue un penchant didactique, parfois assez énervant pour le lecteur. Passe encore qu’il prenne la peine d’expliquer par force notes de bas de pages l’usage, la fonction des machines, les procédés ou les ingrédients utilisés dans le cadre de son travail. Mais qu’il souligne, toujours par le procédé des notes en bas de page, les figures de style, les allusions littéraires (José Maria de Heredia, p. 44) ou, pire même, les termes qu’il mobilise (ainsi hobereau, p. 29, condottiere, p. 46), tout cela a tendance à transformer sa prose en pensum pesant. Certes il prétend écrire pour ses « frères de classe », mais il présente surtout le défaut d’un certain aristocratisme, qui transparaît ainsi dans un texte comme « Sarkonnerie » (p. 35-37). Dans ce récit, il met en scène la distance qui est la sienne par rapport aux promesses du candidat Nicolas Sarkozy (« forgée par mes années d’études et de militantisme », p. 36) face à la naïveté de ses collègues femmes : « Ce ne sont pas des imbéciles, mais contrairement à moi, esprit cruel, fragile et sans illusions, elles gardent au fond d’elles-mêmes ces illusions qui les font vivre et leur permettent de survivre. Le gain facile et illusoire des jeux de hasard, le paradis perdu des années de croissance sans chômage où le travail était un statut, l’entreprise paternaliste qui exploitait mais protégeait ses salariés, le plaisir partagé d’une danse des canards dans une fête familiale, et même les promesses des politiciens en campagne ». C’est un malaise (ou tout au moins une certaine gêne) qu’éprouve le lecteur à la narration de ses exploits techniques dans « Tas de ferraille » où il raconte comment il outrepasse totalement les règles de sécurité pour réparer une machine, concluant « Pas de témoins ce coup-ci, le responsable du CHSCT n’aurait pas apprécié nos acrobaties » (p. 28). Bref, ce témoignage présenté comme « sans a priori social, politique ou mélodramatique » souffre de quelques défauts, qui limitent l’intérêt du propos.

1Lire les chronique de ses derniers livres dans la revue électronique de Dissidences, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences./personne.php?id=996&type=auteur


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.