Frédéric Cyr, Paul Levi. Rebelle devant les extrêmes. Une biographie politique, Laval (Québec), Presses université de Laval, 2013, 212 pages, 30 $ canadiens.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

S’il existe déjà plusieurs biographies en allemand de Paul Levi, le Lénine allemand comme le caractérisait Pierre Broué dans sa monumentale histoire de la période révolutionnaire allemande1, rien (ou si peu) n’était jusqu’alors disponible en français. C’est dire si la publication de cet ouvrage nous a semblé d’importance. Mais il faut l’avouer immédiatement, autant l’attente a été grande, autant la déception à sa lecture est à la hauteur. En effet, Frédéric Cyr situe son propos et son analyse dans le droit fil d’un courant historiographique violemment anticommuniste. A partir de cette perspective, il livre au lecteur un livre bien en deçà de l’intérêt suscité par la biographie de celui qui fut le dirigeant central du communisme allemand après l’assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht par les soldats des Corps francs en janvier 1919. Il faut huit chapitres, par ordre chronologique, pour évoquer la figure de Paul Levi, crédité d’une responsabilité dans l’avènement de l’hitlérisme, puisque, selon cet auteur, son action en tant que dirigeant communiste a contribué à fragiliser la république de Weimar. A chaque chapitre, l’auteur accumule les critiques contre l’œuvre de Paul Levi, pour conclure par sa totale responsabilité dans le naufrage de la démocratie allemande. Exagération d’un lecteur mal intentionné ? Qu’on en juge par cet extrait : « Même si en son for intérieur Paul Levi souhaitait à tout prix freiner Hitler, son intransigeance idéologique acquises dans l’Allemagne wilhelminienne a inévitablement contribué à la ghettoïsation ouvrière de la SPD2. Entre 1919 et 1930, plus que quiconque au sein du parti – même au sein de l’aile gauche –, Levi s’est moqué de l’’opportunité démocratique offerte à la nation allemande (…) Levi, au contraire a continué à marteler un message de dictature du prolétariat qui, après 1923, n’intéressait plus qu’une minorité de la classe ouvrière. Cela à contribué à discréditer la SPD auprès des ouvriers et à renforcer l’extrême droite et, finalement, à fragiliser la démocratie allemande » (p. 194). Avant d’en arriver à faire reposer sur les épaules du seul Paul Levi tant de charges, Frédéric Cyr évoque sa biographie. Né en 1883 dans une famille de la bourgeoisie juive, on ne sait pas grand-chose de sa jeunesse. Il adhère dès 1909 à la social-démocratie, à Francfort, se situant rapidement à son aile gauche, soutenant la grève de masse. Devenu avocat, il défend Rosa Luxemburg lors des procès qui sont intentés contre elle peu avant la guerre, puis devient son amant. Lors de la Première Guerre mondiale, Paul Levi rejoint la fraction antiguerre, qui se regroupe par la suite au sein du Spartakusbund (notons le vocabulaire pour le moins dépréciatif utilisé par Frédéric Cyr, qui caractérise ce courant comme « le clan antimilitariste » (p. 35.). Il fréquente Lénine en Suisse, à l’occasion des conférences de Kienthal et Zimmerwald (là encore, l’usage du vocabulaire pose problème : « Lénine ordonne à Radek de se lier à Levi dans le but précis d’infiltrer Spartakus » (p. 44). Cette proximité avec Lénine amène donc l’auteur à considérer que Paul Levi constitue le « cheval de Troie de Lénine chez Spartakus » (p. 54). Bref, Paul Levi est quelque sorte un élément étranger au communisme allemand (« Malgré la modération au congrès fondateur du KPD3, c’est Levi qui a rendu possible l’incursion russe au sein de Spartakus », p. 71). On comprend alors le rôle qu’il joue pour bolchéviser Spartakus, c’est-à-dire à transformer le groupe en matrice du KPD. Tandis que Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht sont arrêtés par les Corps francs, et exécutés, Paul Levi, lui est arrêté par l’armée régulière, ce qui lui sauve vraisemblablement la vie. Il devient ainsi le dirigeant central du tout jeune parti communiste. C’est lui qui est le principal auteur de la lutte contre les courants dits « ultra-gauches » (qu’il expulse à la fin de l’année 1919, ceux-ci formant alors le KAPD4) et anarcho-syndicalistes. Là encore, Frédéric Cyr considère qu’en procédant aux expulsions de ces courant anti-syndicalistes et anti-parlementaires, c’est parce que Paul Levi est sous l’influence de Lénine : « Notre étude vise justement à montrer que Levi dirige le parti en se basant sur une conception léniniste où un comité exécutif fort et un centralisme contraignant sont des préceptes centraux » (p. 79). On notera d’ailleurs le grand intérêt du débat historiographique mené au sein de l’histoire allemande sur le processus de stalinisation du KPD, Frédéric Cyr se faisant ici l’écho de ces discussions. Si le principal auteur, H. Weber, date ce processus de l’arrivée de Staline au pouvoir en 1924, Frédéric Cyr critique la position de K.M. Mallman (pour qui Paul Levi est à l’origine du processus), considérant cette dernière comme anachronique. Mais c’est au moment de l’Action de mars (1921) que le rôle de Paul Levi s’affirme. Rappelons qu’il s’agit d’une tentative insurrectionnelle, soutenue par Moscou, que Paul Levi dénonce en publiant une brochure, Notre voie, contre le putschisme. Dans ce texte, Paul Levi critique ouvertement ce qu’il qualifie cette tentative « blanquiste » de soulèvement et ne ménage pas ses critiques contre l’Internationale communiste. Bien en peine d’expliquer pourquoi et comment Paul Levi, l’homme de Lénine, le « cheval de Troie », le bolchévisateur, peut ainsi se démarquer de manière aussi virulente de la Comintern, Frédéric Cyr se trouve contraint à mobiliser une explication de nature psychologique, qui bien que limitée, manifeste toute l’intelligence politique de Paul Levi et la caractérisation que lui avait réservé Broué, de Lénine allemand : « Tout bien considéré, Notre voie ne témoigne pas d’une quelconque conception démocratique de Levi ou de sa volonté d’abandonner le bolchevisme. La brochure témoigne plutôt de son flair politique » (p. 118). Paul Levi est exclu du KPD par les courants gauchistes qu’il avait réussit à marginaliser jusque là. Il crée sa propre organisation, Unser Weg (Notre voie), sur laquelle hélas Frédéric Cyr ne fournit aucune indication un tant soit peu développée. C’est à partir de ce noyau qu’il crée le groupe de travail communiste (KAG, Kommunistische Arbeitsgemeinschaft), qui regroupe quelques-uns des dirigeants du KPD, en particulier ceux provenant de l’USPD5. Cette scission compte sept députés au Reichstag, au moment de sa fondation, illustration de l’ampleur de la scission au sein du Parti communiste. Paul Levi publie également la brochure de Rosa Luxemburg consacrée à l’analyse de la révolution russe. Rapidement, il réintègre le SPD, y créant un journal lui permettant d’animer un courant de gauche (Sozialistische Politik und Wirtschaft). Frédéric Cyr développe quelques-unes des thématiques de Paul Levi dans ce journal, sans jamais vraiment approfondir, ce qui aurait pourtant permis de mieux appréhender la pertinence de ses analyses. Avant de mourir (accident ou suicide ?) en 1930, Paul Levi consacre les dernières années de sa vie à combattre le national-socialisme, comme député social-démocrate (il est membre d’une commission d’enquête parlementaire) et comme avocat. C’est notamment grâce à lui qu’un procès en 1929 permet de faire la lumière sur l’assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. Si le lecteur en apprend certainement beaucoup sur la biographie de ce dirigeant communiste, l’interprétation dans laquelle se développe le propos de l’auteur demeure marquée d’une profonde cécité quant à sa dimension proprement politique. C’est presque par inadvertance, quand il croit l’accabler une fois de plus, que Frédéric Cyr rend le plus bel hommage à Paul Levi. Évoquant sa participation aux enquêtes parlementaires contre les crimes nazis, il avance ainsi que sa « lutte pour la « protection de la république » n’en fait donc pas un républicain. Elle s’inscrit dans sa lutte pour la libération du prolétariat » (p. 164). Même si ce n’est sans doute pas l’intention de l’auteur, le lecteur peut trouver l’hommage mérité.

1Pierre Broué, Révolution en Allemagne, 1917-1923, Éditions de Minuit, 1971, 988 pages.

2Sozialdemokratische Partei Deutschlands (Parti social-démocrate d’Allemagne).

3Kommunistische Partei Deutschlands (Parti communiste d’Allemagne).

4Kommunistische Arbeiter Partei Deutschlands ( Parti communiste ouvrier d’Allemagne), fondé en avril 1920.

5Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands (Parti social-démocrate indépendant d’Allemagne).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.