Eric Hazan & Kamo, Premières mesures révolutionnaires, Paris, La Fabrique, 2013, 120 pages, 8 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Peu de temps après avoir livré une passionnante synthèse sur la Grande Révolution (Une Histoire de la Révolution française, livre chroniqué sur ce blog), Eric Hazan se penche sur la nécessaire révolution contemporaine, d’autant plus nécessaire, selon lui, que nous serions dans une époque de mue, d’où peut sortir, à défaut du changement révolutionnaire progressiste, des gouvernements de droite extrême ou, hypothèse plus notable, une dissolution des États constitués au profit des firmes, numériques en particulier1. Pour l’heure, le « capitalisme démocratique » est en mal de légitimité, ayant bien du mal à dissimuler le vrai pouvoir, celui de l’économie : il use donc de « la peur du chaos », du « chantage à la catastrophe », agitant les épouvantails de la crise et du terrorisme pour conjurer tout assaut contre lui. Constatant par ailleurs la décrédibilisation de l’idée de révolution, emportée dans la chute du socialisme « réel » et récupérée par la publicité, Eric Hazan appelle à régénérer celle-ci. C’est ce qui l’amène à prendre ses distances avec bien des pans des idéologies révolutionnaires du passé, et à rédiger une critique implacable de l’extrême gauche actuelle, que l’on ne peut s’empêcher de trouver excessive et simpliste2.

Premières mesures révolutionnaires s’inscrit assez logiquement dans le prolongement de L’Insurrection qui vient, du Comité invisible, également publié par La Fabrique, et s’inspire à la fois de l’anarchisme et de certaines thèses « ultra gauches », dans une volonté de renouvellement qui se veut rajeunissement, voire résurrection, de l’idée de révolution. Le scénario qu’il imagine écarte donc tout rôle d’une organisation d’avant-garde, au profit d’un spontanéisme populaire ayant pour précédents l’été 1789 et Mai 68, c’est-à-dire des moments de vacance du pouvoir, Eric Hazan allant jusqu’à parler, non sans grossissement, d’« évaporation » du pouvoir. Partant d’une telle situation de vide politique, il refuse l’idée d’un gouvernement provisoire ou de l’élection d’une Constituante, perçus comme des fourriers de la réaction. Il leur préfère, dans une vision très libertaire, des assemblées d’individus souples et variables, fonction des intérêts et des envies de chacun, où le vote (public, aux yeux de tous) ne s’exercerait qu’en dernier ressort, à défaut d’un consensus idéal. Une hypothèse qui se rapproche du vœu pieu, même sans être pessimiste sur la nature humaine, ainsi que les auteurs le défendent à juste titre. Souhaitant en finir avec ce qu’il nomme le « centralisme bureaucratique », Eric Hazan privilégie l’échelle locale, avec un risque majeur, celui d’une diversité devenant source d’antagonismes, voire permettant l’apparition de communautés régressives. L’exemple de l’éducation nationale est significatif, sa critique aussi brève qu’injuste (p. 60) oubliant ce qu’elle peut apporter comme garantie d’égalité entre les enfants.

De manière plus générale, d’ailleurs, un optimisme appuyé, voire outrancier, anime l’opuscule, que ce soit dans le refus de toute période de transition, la facilité supposée à rendre les anciens dirigeants inoffensifs (via une amnistie qui ferme les yeux sur toute tentative sérieuse et probable d’offensive contre-révolutionnaire3). Sur le plan économique, terme rejeté de par son essence4, seront supprimés salariat, obligation du travail, sans imposition en lieu et place d’un revenu universel garanti : il est seulement question de transférer les revenus et les patrimoines des plus riches, mais sans en expliciter les modalités concrètes. On relève également une critique du lobby pharmaceutique, certes logique, mais également de celui de l’imagerie médicale, autant de techniques à se réapproprier de manière critique, vers des médecines possiblement plus douces. De même, face au réchauffement climatique, la principale alternative proposée tient dans une formule déjà avancée par Karl Marx en son temps, celle de la disparition de l’opposition entre (grande) ville et campagne, les exemples avancés étant ici le désormais célèbre village de Tarnac et la commune andalouse de Marinaleda5. Série d’affirmations que l’on ne peut s’empêcher de trouver péremptoires, manque d’hypothèses concrètes et détaillées, d’embranchements possibles du cours des choses, à ces diverses limites s’ajoutent l’absence de certaines problématiques, telle la question du retour actuel des religions ou la prise en compte de l’environnement politique international. Cet ouvrage est à inscrire dans le registre des tentatives actuelles de reformulation de stratégies émancipatrices, basées sur le refus (largement consensuel aujourd’hui) du bolchevisme et des principes léninistes – parti d’avant-garde, centralisation, internationalisme pratique, violence, rôle de l’État – si présents au XXe siècle. La redécouverte de secteurs hétérodoxes du communisme (comme l’ultra gauche ) se fait toutefois, ici, dans la confusion.

1 L’exemple développé est celui de la Somalie (p. 105), et en privilégiant un scénario de ce type, Eric Hazan est assez proche des analyses défendues par les éditions L’Echappée. Il en est de même avec son refus d’idéaliser Internet et ses éventuelles potentialités démocratiques, auxquelles il préfère l’authenticité des rapports et des échanges humains…

2 « On ne peut rien attendre de l’extrême gauche dont la rhétorique est depuis longtemps inaudible, la vitalité éteinte et l’idée du bonheur parfaitement sinistre. » (p. 21).

3 « Ce que doit instaurer la révolution victorieuse, c’est l’exact inverse d’une punition collective : la liberté réelle. » (p. 89).

4 Le contrôle des dominants sur les dominés, déjà sensible dans L’Economique de Xénophon, analysé d’ailleurs par le collectif Quelques ennemis du meilleur des mondes dans le récent Sortir de l’économie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.