Ilya Zbarski, Samuel Hutchinson, A l’ombre du mausolée. Une dynastie d’embaumeurs, Arles, Solin-Actes sud, 1997, 208 pages, 18,30 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Difficile d’imaginer catalyseur de symboles plus parlant que le mausolée de Lénine sur la place rouge à Moscou… On peut bien sûr y voir l’embryon d’un culte de la personnalité servant de paravent idéologique à une bureaucratie jalouse de son pouvoir, mais aussi l’image de la glaciation souhaitée d’un régime, la concrétisation d’un pouvoir autoritaire aussi rigide que les lignes géométriques du bâtiment… Le témoignage d’Ilya Zbarski est à cet égard prometteur. Il est en effet le fils de Boris Zbarski, socialiste-révolutionnaire qui aida Trotsky à passer la frontière de l’empire russe au début du XXe siècle (il est d’ailleurs cité anonymement dans Ma Vie) et fut – brièvement – élu à l’Assemblée constituante, avant de devenir directeur adjoint de l’Institut de biochimie après Octobre, et de participer à l’embaumement du corps de Lénine avec Vladimir Vorobiov. Ilya Zbarsi, qui connut la famille Pasternak dans sa jeunesse, fut à son tour intégré à l’équipe scientifique travaillant au mausolée à compter de 1934.

Son témoignage est donc de première main, et il retrace l’histoire parfois extraordinaire de ce cadavre devenu nexus d’un nouveau culte : les hésitations initiales entre congélation et embaumement1, les tentatives d’attentat contre la momie ; le déplacement du corps à Tioumen, en Sibérie occidentale, lors de l’invasion allemande, qui permit d’améliorer l’état du corps en raison de la plus grande latitude laissée, si loin du centre politique du pays ; l’accroissement des effectifs du laboratoire après la Seconde Guerre mondiale, et la multiplication des embaumements à l’étranger (les cas de Dimitrov et de Choybalsan, l’autocrate mongol, sont plus développés, Ilya Zbarski ayant pris part à leur conservation). Le travail sur un élément aussi précieux de la propagande stalinienne permit à Boris Zbarski et à sa famille d’intégrer la nomenklatura, dont les privilèges mais aussi l’épée de Damoclès de l’arrestation sont bien décrits par l’auteur. Ce dernier, qui s’était rendu à Berlin juste après la capitulation du IIIe Reich, y confisqua du matériel scientifique et vécut une histoire d’amour avec une jeune allemande. Tout bascule en 1952, d’abord avec l’arrestation du père, pris dans les obsessions antijuives des derniers complots de Staline, puis avec la mise au ban de son fils. Ce dernier n’en poursuit pas moins son évocation des activités du laboratoire, ayant pu travailler sur certaines de ses archives, mais son propos est nettement plus laconique. Bien que le livre date de 1997, la reconversion fut à l’image de celle de la bureaucratie, puisque ce sont les nouveaux riches, chefs de la mafia, qui achetèrent les services des scientifiques spécialistes de l’embaumement (provisoire)2.

Ce témoignage, enrichi d’une généreuse iconographie3, souffre cependant d’un certain nombre de faiblesses. On y trouve en effet des approximations regrettables sur le contexte historique4, des contradictions de dates à plusieurs moments du récit5, ainsi qu’un certain nombre de jugements qui se ressentent de l’air du temps anticommuniste, dominant au moment de la rédaction de ce travail. Cette réécriture de son propre passé – sans que l’on puisse évaluer le rôle exact du co-auteur, le journaliste Samuel Hutchinson, – conduit Ilya Zbarski à des jugements critiques sur le pouvoir soviétique, dans lesquels est sans doute sensible un certain dépit d’avoir été écarté de sa nomenklatura dans les années 1950… Un premier chapitre, censé s’interroger sur les causes de la mort de Lénine, et émettant l’hypothèse de la syphilis, est d’ailleurs purement opportuniste et sensationnaliste, aucun élément dans le sens de la MST n’étant avancé ! Dommage également que les expérimentations réalisées sur le cerveau de Lénine, préalablement extrait du crâne, ne soient pas abordées, le témoignage se révélant à plusieurs reprises par trop superficiel, voire convenu, ne remplaçant pas une étude approfondie sur le sujet.

1 La solution conservatrice, ou « balsam », nous apprend-on, se compose de glycérine et d’acétate de potassium.

2 A cette occasion, Ilya Zbarski nous semble émettre un jugement pour le moins simpliste, lorsqu’il est « (…) tenté de conclure que l’embaumement ne répond pas aux coutumes de pays civilisés [souligné par nous]. » (p. 191).

3 Citons en particulier les projets architecturaux pour le mausolée définitif, malheureusement dépourvus de suffisamment de précisions écrites.

4 « Staline était à cette époque sorti victorieux d’une lutte qui l’avait opposé à la gauche de l’appareil dirigée par Trotsky. Il s’en était violemment pris à son programme qui prônait notamment la planification de l’économie et une militarisation du travail [sic. Probable confusion avec les propositions de Trotsky au début des années 1920]. Programme que Staline reprit par la suite à son compte pour se débarrasser de la droite du Parti incarnée par Kamenev et Zinoviev [resic]. » (p. 59).

5 Le corps de Lénine est-il ramené à Moscou en mars 1944 ou en mars 1945 ? 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.