Matthieu Gateau, Maud Navarre, Florent Schepens, (dir.), Quoi de neuf depuis la parité ? Du genre dans la construction des rôles politiques, Dijon, EUD, collection « Sociétés », 2013, 200 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre constitue la publication des Actes d’un colloque tenu en 2011 à l’Université de Bourgogne, Les identités de genre en politique. Après une introduction posant la question des transformations de la place du genre en politique depuis l’adoption de la loi sur la parité, douze contributions, articulées autour de trois grandes parties permettent d’entrevoir un certain nombre de pistes. Si la plupart des textes sont dûs à des plumes féminines, on notera néanmoins quelques signatures d’hommes, manifestant ainsi une certaine extension (et sans doute une légitimité académique plus importante du thème du genre). La première partie (quatre contributions), porte sur l’essence même de la notion de genre pour interroger l’activité politique. Si Delphine Dulong propose une monographie, articulée autour de la figure d’Edith Cresson, Maud Navarre montre la pertinence de la notion de genre à partir d’une analyse des élections régionales au niveau du territoire bourguignon. Christine Guionnet, pour sa part, présente une synthèse de l’apport des travaux sur le genre en politique (une ressource nouvelle ?), tandis que Marion Paoletti revient, elle, sur les limites (importantes) de la loi de 2002 sur la parité. Le second ensemble, plus hétérogène, fait une part à l’histoire, avec une contribution (Morgan Poggioli) sur le militantisme féminin (à ne pas confondre avec féministe, souligne l’auteur) dans la CGT au temps du Front Populaire et une autre de Anne-Sarah Bouglé Moalic sur le suffragisme français (1920-1922). Clément Arambourou présente une des contributions les plus singulières de cet ensemble, puisqu’elle porte sur la masculinité, preuve que la notion de genre ne s’exerce pas uniquement dans le domaine féminin. Enfin, décalée, mais pas inintéressante, la contribution de Stephanie Tawa Lama-Rewal, présente la place du genre comme ressource des élues municipales en Inde. La dernière partie rassemble quatre textes autour de l’exercice de mandats, avec des points de vue assez éclatés, mais éclairants. Ainsi Aurélie Olivesi présente une contribution sur les conjoints des femmes politiques, s’interrogeant pour savoir s’il s’agit de soutiens pour leurs femmes ou d’hommes sacrifiés. Deux contributions proposent une approche à partir de territoires éloignés, la première de la Roumanie post-communiste (Ionela Baluta), la seconde du Pakistan (Virginie Dutoya). Sur cette dernière, on regrettera le manque de contextualisation du texte qui interroge beaucoup le lecteur, ignorant de cette réalité. Enfin, Bibia Pavard revient sur le cas de Simone Veil, faisant largement usage du genre pour réussir à faire passer la loi sur la reconnaissance de l’IVG, ou comment l’on passe d’une lutte collective féministe à une stratégie politique, portée par une femme. Au total cet ouvrage, aux approches multiples et même parfois éclatées – c’est la rançon des ouvrages collectifs issus de colloques –, permet de faire le point sur l’avancée des travaux prenant la question du genre et donc des dominations entre les hommes et les femmes, en montrant clairement que la parité a, au mieux, déplacé les formes de cette domination, au pire, n’a pas modifié fondamentalement cette asymétrie. De ce point de vue, ce livre constitue un rappel de la force du système des inégalités entre les hommes et les femmes, y compris lorsque la loi s’en mêle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.