Ludivine Bantigny, La France à l’heure du monde. De 1981 à nos jours, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2013, 526 pages, 27 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac et Jean-Paul Salles

Parmi de nombreux autres, ce livre1 présente deux mérites importants. Tout d’abord l’historienne, très au courant de la production académique récente, reconnaît sa dette vis-à-vis des nombreux et nombreuses sociologues, politistes, historien(n)es, économistes, spécialistes divers – mais pourquoi ne pas citer André Guichaoua à propos du Rwanda. Ensuite, elle utilise pour réaliser ce travail une langue parfaite, un style plein d’alacrité, ce qui rend la lecture de cet épais manuel passionnante, joyeuse même … quand elle évoque de Villepin : « Passionné par Napoléon Ier – la particule de sa famille date d’ailleurs du Ier Empire –, c’est un homme de lettres et de plume, un tempérament altier, méprisant l’intendance et tout entier voué à un « verbe exalté ». Son style entend ressusciter l’antique, le tragique et l’épique […] On s’étonne de le voir reproduire les vers du surréaliste et communiste René Crevel : « Un révolté, qu’un révolté, un seul, mais au moins un, hurle donc à grands cris d’écarlate ». Car la culture politique de Dominique de Villepin est celle d’une droite classique, soucieuse d’ordre et conservatrice ».

Une synthèse donc, sur notre époque contemporaine. Une histoire du temps présent dont le défi principal est justement ce rapport à l’époque. Comment l’étreindre, en donner les lignes de fuite, les brisures, ce temps qui s’étire, qui n’est pas encore une période pour l’historienne, mais des séquences enchevêtrées quand l’après 1989 se proposait de tirer le bilan du XXe siècle, et d’opiner à la fin de l’histoire ? Ce rapport au temps, travaillé dès l’introduction traverse tout l’ouvrage, sans cesse questionné, repensé. Ainsi, outre une synthèse avertie, le livre présente de manière feutrée une réflexion sur l’écriture de l’histoire, servie par un style qui toujours favorise la lecture. Le style ici, fait l’historienne. Comme il se doit à l’époque de l’histoire totale, l’ouvrage passe en revue l’histoire politique, l’histoire économique, l’histoire sociale, puis l’histoire culturelle de ces 30 dernières années, avec la préoccupation constante de montrer l’insertion de la France dans l’Europe et le monde, comme le titre l’annonce. Une insertion dans le monde qui amène les gouvernants, qu’ils soient de droite ou de gauche, à suivre la vulgate néo-libérale. La décennie 80, bien ancrée dans sa rhétorique du centre où s’effacent les clivages paraît bien là ce temps de restauration, déjà analysé par François Cusset2. Les décennies qui suivent approfondissent le constat. Ce partage du pouvoir entre la droite et la gauche, avec même des intermèdes de cohabitation, n’empêche pas l’historienne de consacrer des pages bien informées au Front national ou aux gauches de la gauche, souvent les parents pauvres des grandes synthèses. On mesure alors dans ces pages l’évolution de l’extrême gauche, ses apories, ses inflexions.

Ludivine Bantigny évoque aussi les évolutions géographiques de la France, scrutant le développement « des espaces interstitiels entre l’urbain et la rural », ces quartiers pavillonnaires où s’affirme, d’élection en élection, un vote Front national. Elle n’oublie pas non plus les « Bouts du monde », ces espaces ultramarins capables de se mobiliser, comme la Guadeloupe et la Martinique en 2009 en des mouvements sociaux impressionnants. « La crise du creuset » est analysée, l’auteure notant les nouvelles tensions liées à la religion et les nouvelles formes de stigmatisation : « c’est l’islam désormais qui est concerné et visé ». Elle étudie longuement les réactions de la droite, revenant sur « le bruit et l’odeur » de Jacques Chirac (19 juin 1991), et de la gauche (« le tournant de la gauche sur la question de l’immigration », p. 314 et sq.), auxquelles répondent les Marches pour la dignité. Les médias viennent de rappeler, anniversaire oblige, celle de 1983. Elle n’esquive pas la question des Indigènes de la République, citant un rapport des Renseignements Généraux pour qui leurs membres sont « habités d’un fort sentiment identitaire ne reposant pas uniquement sur leur origine ethnique ou géographique, mais sur leur condition sociale d’exclus de la société française ». Le retour à la prospérité économique, le plein emploi retrouvé suffiront-ils à arrêter la fissuration du creuset ? Au-delà de cette interrogation, la question de l’immigration s’avère, comme celle du genre et des rapports de sexe, un lieu précieux pour se saisir des évolutions politiques, sociétales, et comprendre, en creux, l’intérêt de l’irruption des cultural studies dans le champ de l’histoire. En choisissant de traiter frontalement ces questions, la synthèse vieillit brutalement une manière d’écrire l’histoire de France, celle qui, de la cave au grenier, compartimentait, classait à la façon des taxidermistes… En ceci, ce volume correspond aux attentes de cette entreprise éditoriale. Aux historiens engagés dans celle-ci pour les années Trente, les années Soixante, de relever le gant!

Les forts chapitres consacrés à la culture, au cinéma, au théâtre, à la littérature oublient sans doute des choses, les foules nombreuses qui se pressent aux musées, y compris lors des séances de nuit, le grand succès des Journées du patrimoine, le succès des Festivals de cinéma ou de musique (de la Folle Journée de Nantes aux Vieilles Charrues de Carhaix). Ajoutons à cela la fréquentation importante des universités populaires et autres universités du temps libre. Cela fait sens bien sûr, comme si à l’époque de la mort de Dieu, les arts et la culture prenaient la place de la religion, recréant le vivre ensemble. On regrettera aussi dans les quelques pages consacrées à la musique, l’impasse faite sur le mouvement alternatif, lieu où musique et engagement se retrouvaient dans les formes nouvelles de la coordination, d’une politisation autre mais bien anticapitaliste dans son refus des majors, dans sa volonté d’abolir la dette en 1989. Des possibles s’esquissaient là que l’altermondialisme a repris, un court temps. Ces possibles qui pouvaient mettre en relief les pages consacrées à l’extrême gauche. De l’insurrection qui vient au NPA des quartiers, il fut une place pour le slogan « un autre monde est possible ». Mais ce grief est là l’effet de lecteurs à l’expérience située, et l’on retrouve alors cette épineuse question du temps, de ses modes d’appréhension et d’écriture…

Doté d’une chronologie, d’une bibliographie et d’un index, comme les ouvrages de la précédente Nouvelle Histoire de la France contemporaine, 20 volumes que le Seuil avait édités dans les années 1970-80, ce manuel doit se révéler un excellent instrument de travail pour les étudiant(e)s. Souhaitons-lui une longue vie.

1Il s’agit du volume 10 de l’Histoire de la France contemporaine, dont sont parus les tomes 1 (1799-1814), 2 (1814-1848) et 3 (1848-1871).

2François Cusset, La décennie : Le grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte, 2006.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.