Hazem el Moukaddem, Panorama des groupes révolutionnaires armés français de 1968 à 2000, Marseille, éditions Al Dante, collection « Documents », 2013, 375 pages, 17 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

I – Cet ouvrage de Hazem el Moukaddem, issu d’un Master en sociologie1 à Marseille, se construit autour d’une chronologie commentée, avec un ensemble fourni de documents (principalement des années 1970 et 1980), sur les groupes révolutionnaires armés français. Hazem el Moukaddem ambitionne de poursuivre ses recherches en vue de l’écriture d’une thèse.

Les sept chapitres de son développement sont précédés d’un avant-propos qui expose les principales raisons de son travail, à savoir briser ce qu’il appelle le « tabou » (p. 10), l’« amnésie » (p. 11) ou un « silence savamment entretenu » (p. 13), sur la violence révolutionnaire et sur les mouvements de lutte armée en France. De ce déni sont coupables, selon lui, journalistes, militants, sociologues et historiens (p. 14, 21). Ce projet, louable pour un étudiant qui se destine à la recherche scientifique, de vouloir « déjouer la négation et l’oubli » (p. 20) a conduit Hazem el Moukaddem, selon ses propos, à fouiller les archives et à croiser les témoignages (p. 14). Dans un entretien en mars 2013, il précise, à propos de documents d’époque « difficile [à] trouver (…) dans les bibliothèques et autres centres de documentations (…) », qu’il se les ait finalement procuré grâce à des militants « d’autres générations, qui avait gardé des journaux et des tracts de cette époque. À défaut de m’enterrer dans des médiathèques, j’ai écumé les bibliothèques de mes amis, et des amis des amis. Puis petit à petit, je me suis rendu compte que sur internet, il existait tout un réseau de blogs militants, qui donnait à lire des tracts, journaux, communiqués, textes politiques… de ces années-là. Et puis aussi dans des livres, mais surtout en langue étrangère : allemands, italiens, anglais… »2

II – Ces sept chapitres traitent d’abord de la Gauche prolétarienne et de la Nouvelle résistance populaire (100 pages), des GARI3 (environ 30 pages), des Brigades internationales et des NAPAP4 (une quarantaine de pages), d’Action directe (130 pages), pour terminer par quelques groupes autonomes et « antifa » (pour antifascistes). La Gauche prolétarienne et Action directe, groupes les plus médiatisés, occupent le plus d’espace dans le livre. Chaque chapitre se compose d’une brève présentation, d’une chronologie et d’un ensemble de documents, tracts, extraits de brochures, entretiens dans la presse etc. Les documents reproduits sont très courts (une dizaine de lignes) ou fournis (une trentaine de pages, par exemple, pour un texte de la Gauche prolétarienne). Au fil des pages, des reproductions de comics détournés suivant le principe situationniste5, des couvertures de journaux (Tout !, La Cause du peuple, Le Cri des murs, Rebelle, etc.), des affiches …

III – Dissidences devrait se réjouir et reconnaître effectivement comme louable cette entreprise. Ne correspond-elle pas aux présupposés de l’acte de naissance de notre collectif ? Pourquoi, alors, hélas, ne le pouvons-nous pas ? Tout simplement parce que ce travail souffre d’un manque de rigueur tant dans l’usage de la méthode historique que dans le traitement de l’information. C’est d’ailleurs cet étudiant lui-même qui, se prévalant, dès les premières lignes, de son intention de briser toutes les barrières dressées contre l’accès à la connaissance des mouvements révolutionnaires armés, prête ainsi le flanc à une lecture très critique de son travail. Mais comment, déjà, prendre au sérieux un ouvrage dit « novateur », lorsque aucun bilan historiographique n’est ne serait-ce qu’esquissé ? Nous voulons bien ne pas nous attarder sur l’absence de toute référence aux travaux de notre collectif Dissidences6, mais faire l’impasse sur les recherches d’Isabelle Sommier7, qui a démontré l’attrait et la légitimité de la violence politique chez les « gauchistes » français et italiens malgré le déni de beaucoup d’entre eux, comme sur les travaux récents à propos de la violence militante8, relève de l’amateurisme. Faut-il passer également sur le maniement d’une plume plus militante que scientifique, tant dans l’avant-propos que dans les présentations des différents groupes ? Nous ne le pensons pas. L’écriture de l’histoire, surtout celle des groupes révolutionnaires, marxistes ou anarchistes, requiert une langue dégagée de toute rhétorique partisane, car elle doit être « le produit d’un acte scientifique » (Michel de Certeau9). A propos des sources (dont les références, totalement absentes, ne permettent pas de les localiser) si difficiles à trouver dans les centres d’archives, si l’on en croit l’auteur, nous voulons bien le créditer de quelques trouvailles, bien qu’elles soient difficiles à identifier par suite de cette absence de références. Par contre, deux remarques s’imposent. Concernant uniquement les organisations maoïstes, dont la Gauche prolétarienne (GP), il existe à la BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, Nanterre, 92001) le fonds Charnomordic avec entre autres dossiers, « Le maoïsme à Lyon » et « La Gauche prolétarienne », et surtout le fonds GP, constitué de 67 cartons, inventoriés tous deux par Sarah Varon10. Le CHT (Centre d’histoire du travail) de Nantes possède également des fonds déposés par d’anciens militants de différentes organisations marxistes-léninistes. Il existe donc bel et bien des archives. De plus, certains textes reproduits dans le livre sont depuis longtemps connus, et accessibles : « De la lutte violente de partisans » est entre autres en ligne sur un site militant11, tout comme la déclaration des NAPAP du 9 juin 1977 (p. 161-170)12 ou la majorité des textes (chronologie comprise) du groupe des Hooligans internationalistes (p. 326-345)13. Pour un historien, rendre accessible un document, après avoir vérifié son authenticité, n’est que la toute première partie de son métier. Viennent ensuite l’essentiel, la critique interne, celle qui lui donne du sens. D’où vient-il ? Qui en est le – ou les – auteurs ? Comment est-il transmis ? Dans quelles conditions est-il écrit ? etc. Confronter un document à lui-même n’est pas chose aisée. Ici, aucun de ces documents n’est mis en perspective, et l’appareil de notes est réduit au minimum. Ce qui, d’ailleurs, n’empêche pas les erreurs, factuelles14 ou de terminologie15, pas plus que les analyses extravagantes, comme d’affirmer qu’en France l’influence des anarchistes illégalistes est plus ancrée dans la mémoire du mouvement ouvrier que « la culture communiste » (p. 16) ! Des chronologies détaillées, comme celle sur les GARI, paraissent utiles, bien entendu sous réserve d’une comparaison serrée – qu’il n’est pas de mise d’entreprendre ici – avec d’autres documents sur cette organisation, en particulier l’ouvrage Les GARI16. Pour terminer ce bilan non exhaustif, on notera une utilisation tout à fait saugrenue des citations (non référencées) en exergue des chapitres, de Rudi Dutschke pour les GARI, de Bartolomeo Vanzetti pour les NAPAP et de Rosa Luxemburg pour Action directe ! Les images semblent également ajoutées au petit bonheur, souvent sans rapport direct avec les documents écrits qui les entourent, comme ces comics d’inspiration situationniste (p. 24, 115, 154), mais anonymes.

IV – On l’aura aisément compris, ce Panorama des groupes révolutionnaires armés français de 1968 à 2000 n’est – pas plus que Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels, 1968-2013 de Jacques Leclercq17 – l’ouvrage attendu permettant de progresser dans une connaissance historicisée et contextualisée des usages de la violence révolutionnaire au sein des groupes d’extrême gauche. Les efforts des petites maisons d’édition qui prennent des risques en publiant des textes d’histoire du temps présent peu « vendeurs » en termes de rentabilité ont toute notre attention, mais encore faut-il que les ouvrages soient de bonne facture. Cet ouvrage, rempli de bonne volonté, dont l’auteur a sans doute des excuses18, reste celui d’un amateur. Nous souhaitons que ces remarques critiques soient prises comme constructives, dans la perspective d’éviter des déboires et de pallier, dans l’avenir, les insuffisances des uns et des autres.

1Hazem el Moukaddem a d’abord passé un Master Management Logistique et Stratégie.

3Groupe d’action révolutionnaire internationaliste.

4Noyaux armés pour l’autonomie populaire.

5Sur cette forme particulière de propagande, on se reportera avec profit à la contribution de Emmanuel Guy, « Vu leurs pratiques, leurs théories doivent être vachement radicales » : les situationnistes et la bande-dessinée », au Séminaire « Un siècle de formes brèves de l’imprimé politique, 1880-1980 », organisé par Vincent Chambarlhac et Julien Hage, le14 février 2013, Centre Georges Chevrier, université de Bourgogne, Dijon, à écouter sur http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/12_13/13_02_14.html

6Rappelons le premier volume de notre revue, Dissidences, en 2005, sur « Révolution, lutte armée et terrorisme » (L’Harmattan), la notice « Violence révolutionnaire » (Christian Beuvain, Jean-Guillaume Lanuque, Jean-Paul Salles), in Antoine Artous, Didier Epsztajn, Patrick Silberstein (dir.), La France des années 1968, Paris, Syllepse, 2008, p. 818-829, ainsi que l’article de Jean-Guillaume Lanuque, « Action Directe. Anatomie d’un météore politique », Dissidences (revue électronique), n° 4, automne 2012, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2005

7Isabelle Sommier, La Violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, 253 p., son article, « L’attrait de la guerre révolutionnaire », Sociétés & Représentations, juin 1998, p. 333-350 et sa synthèse, La violence révolutionnaire, Paris, Presses de la FNSP, coll. « Contester », 2008, 164 p.

8François Audigier et Pascal Girard (dir.), Se battre pour ses idées. La violence militante en France des années 1920 aux années 1970, Paris, Riveneuve éditions, 2011, 244 p.

9Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Histoire », 2002, p. 345. [Souligné par l’auteur].

10Fonds Gauche prolétarienne, côte F delta Res. 576/1-15, BDIC, Nanterre.

14Comme sur le Parti communiste marxiste-léniniste de France (PCMLF). Outre le fait qu’il est qualifié de « parti pro état [sic] chinois », ce qui ne veut rien dire, le PCMLF, contrairement à ce qu’écrit l’auteur, est dirigé dès sa fondation (30-31 décembre 1967) par Jacques Jurquet, François Marty et Raymond Casas. Son journal est bien L’Humanité nouvelle, mais L’Humanité rouge (HR) n’est pas son nouveau titre mais celui de son journal légal, à partir du 20 février 1969, alors que le PCMLF est clandestin ; L’Humanité nouvelle reste donc l’organe (clandestin) du PCMLF, jusqu’en décembre 1977. Les scissions de ce parti n’interviennent pas en 1972, mais en février 1970 (pour le groupe qui fonde Le Travailleur) et en octobre 1970 (pour les groupes qui créent Front rouge et Rennes révolutionnaire). Toutes ces erreurs se retrouvent dans une seule note, page 33. Pour une chronologie détaillée des maoïsmes en France, se reporter à http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1550

15Hazem el Moukaddem évoque aux États-Unis les « Weatherman Underground » (p. 16), ce qui est inexact. Il y a d’abord une faction radicale du syndicat d’extrême gauche étudiant SDS (Students for a Democratic Society) qui prend le nom de Weatherman pour le congrès de l’été 1969. Le tournant clandestin du groupe se décide fin décembre 1969, et devient effectif en mars 1970 : le groupe signe alors du nom de Weather Underground Organization (WUO), communément raccourci en Weather Underground. Lire Dan Berger, Weather Underground. Histoire explosive du plus célèbre groupe radical américain, Paris, Éditions L’Echappée, coll. « Dans le feu de l’action », 2010 (2006).

16Tiburcio Ariza, François Coudray, Les GARI. 1974. La solidarité en actes. Enlèvement du banquier Suarez…, Toulouse, Éditions CRAS, 2013.

17Jacques Leclercq, Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels, 1968-2013, Paris, L’Harmattan, 2013, 316 pages. Lire notre billet critique de ce livre sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3794

18Reconnaissons que les études de management ne sont pas la formation la plus adéquate au métier d’historien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.