Auguste Blanqui, Le Communisme, avenir de la société, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, 2008, 112 pages, 7 €, préface de Roger Martelli, postface de Lucien Sève.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dans la vague de rééditions dont bénéficie Auguste Blanqui, dit « l’Enfermé » – le passionnant L’Eternité par les astres chez Les Impressions nouvelles, le décevant Ni Dieu ni maître d’Aden (tous deux chroniqués sur notre blog), ou le précieux Maintenant, il faut des armes chez La Fabrique – , les éditions du Passager clandestin ont choisi de jeter leur dévolu sur un extrait d’un ouvrage posthume, La Critique sociale, rédigé autour de 1870. Le texte en question n’occupe toutefois qu’une quarantaine de pages, le reste de l’opuscule étant consacré à des réflexions de deux communistes critiques issus des rangs du Parti communiste français, Roger Martelli et Lucien Sève.

Blanqui défend donc le communisme, « (…) qui est la révolution même (…) » (p. 58), entendu comme avenir communautaire de l’espèce humaine, dont des esquisses sont déjà visibles tout autour, dans la société capitaliste. Sa volonté de démonstration scientifique de cette nécessaire évolution sociale s’accompagne d’une insistance remarquable sur le moyen, clef permettant de parvenir à ce stade, à savoir l’instruction. L’occasion pour Blanqui de conspuer un ennemi dangereux entre tous, la réaction cléricale, ici le catholicisme, qui domine alors l’enseignement. Bien sûr, on peut aujourd’hui trouver réducteur, voire naïf, de placer autant d’espoir dans l’instruction généralisée des masses, mais c’est là le point clairement le plus dépendant du contexte d’écriture, une époque dans laquelle ce sentiment était largement partagé dans les cercles révolutionnaires. Pour le reste, on notera que Blanqui, critiquant avec force les « socialismes utopiques », fait totalement confiance à l’esprit d’organisation des générations futures, écarte avec brio la fausse liberté libérale que ses adversaires opposent volontiers au communisme. Sa proposition d’abolition de la dette publique ou ses avertissements sur la destruction des ressources naturelles sont également plus que jamais pertinents de nos jours. En conclusion de son texte, Auguste Blanqui développe un véritable programme révolutionnaire pratique, qui va de l’expulsion des clercs à la confiscation des biens (terres, usines, etc.) des capitalistes (ces derniers s’étant préalablement enfuis avec leur fortune), en passant par la mise en place d’une dictature parisienne, censément plus éclairée que le reste du pays. La province devra donc attendre, avant de bénéficier du droit de vote, d’avoir pu profiter d’un minimum d’instruction (le traumatisme des débuts de la IIe République est ici sensible et palpable) ; de même, il n’est pas question de forcer les paysans à la communauté, mais de les encourager avec bienveillance à cette évolution nécessaire.

Dans sa présentation, Roger Martelli dresse le portrait d’Auguste Blanqui, révolutionnaire professionnel et empiriste patent, et prend surtout ses distances vis-à-vis de tout ce que le blanquisme partage comme points communs avec le bolchevisme, conservant avant tout l’« esprit » de la révolution sans la forme parti. Cette réflexion critique, Lucien Sève la mène plus en profondeur dans sa contribution, « Le « communisme » est mort, vive le communisme ! ». Rejetant avec force ce qu’il appelle le « communisme », c’est-à-dire l’évolution contre-révolutionnaire de l’URSS et du camp socialiste réellement existant, il souhaite conserver le terme de communisme (mais paradoxalement pas celui de socialisme !), en le reprenant tel que Marx le concevait, comme mouvement des choses. Cela le conduit à abandonner nombre d’acquis du léninisme, le parti d’avant-garde (lui préférant une organisation souple au fonctionnement horizontal), la conquête de l’État (au profit d’une plus vague « évolution révolutionnaire », qui entre d’ailleurs en contradiction avec la réflexion de Marx lui-même), l’appui privilégié sur le prolétariat (au profit de toutes les bonnes volontés). On repère cependant dans son texte comme des traces mal effacées de vieux démons du PCF, lorsqu’il réduit implicitement le mouvement communiste à son parti ou lorsqu’il véhicule des idées reçues sur l’extrême gauche1. En conclusion, ce que nous écrivions à propos du dernier livre de Éric Hazan chroniqué récemment ici2, s’applique tout à fait à cet ouvrage, qui s’inscrit donc lui-aussi dans les tentatives actuelles de « reformulation de stratégies émancipatrices, basées sur le refus (…) du bolchevisme et des principes léninistes », mais cette fois en instrumentalisant Auguste Blanqui, qui n’en peut mais.

1 « (…) l’extrême gauche trotskiste et toute forme de gauchisme [sic – qui privilégieraient] (…) le stérile enfermement sectaire (…) » (p. 89).

2Eric Hazan & Kamo, Premières mesures révolutionnaires, Paris, La Fabrique, 2013, sur http://dissidences.hypotheses.org/4160


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.