A. Dan [Daniel Alexandre], Maximilien Le Roy, Thoreau. La vie sublime, Bruxelles, Le Lombard, 2012, 88 pages, 20,50 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

La bande dessinée n’est plus depuis longtemps un art mineur. La publication de cet opus consacré à Henry David Thoreau en constitue une illustration supplémentaire. Ce livre se présente comme une contribution dessinée à sa biographie. Si la plupart de ses textes sont disponibles en édition courante, en revanche, la personnalité du philosophe américain est moins connue. Cet ouvrage participe, à sa façon, à la découverte de l’individu. Henry David Thoreau est ce philosophe, écrivain et poète auteur du livre Walden ou la vie dans les bois, qui fait l’éloge de la vie au plus près de la nature. Ce livre est également le fruit de son expérience, puisqu’on découvre au fil de la bande dessinée que ce dernier a passé un temps substantiel dans les bois du Massachusetts, son État natal, dans les années 1850-1860 (il meurt en 1862). De cette vie proche de la nature, il en tire une philosophie de la non-violence, qu’il mettra en œuvre à l’occasion de la lutte contre l’esclavagisme (lequel fut aboli en 1865). Agréablement colorée, cette bande dessinée permet de suivre les principales étapes d’une vie engagée, qui le fit reconnaître, après sa disparition, comme une des sources importantes du courant anarchiste individualiste. On lira d’ailleurs avec intérêt l’interview de Michel Granger, professeur de littérature américaine à l’Université de Lyon, qui conclut le volume. Ce dernier fournit de précieuses pistes de compréhension du personnage et de sa pensée. Bref, un livre instructif et qui apporte de très nombreuses informations. Un seul regret, néanmoins, assez personnel, il faut en convenir. Autant le scénario de Maximilen le Roy – déjà auteur en 2011 d’un remarqué Dans la nuit la liberté nous écoute sur les combattants français aux côtés des communistes vietnamiens dans les années cinquante1 – est de bonne qualité, autant le dessin de A. Dan demeure assez frustre et comme inabouti. Malgré cette limite, cette bande dessinée permet une première approche, sensorielle et vivante, par l’exemple pourrait-on dire, des principales réflexions à propos de la lutte contre l’injustice et l’oppression.

1Maximilien Le Roy, Dans la nuit la liberté nous écoute, Bruxelles, Le Lombard, 2011, chroniqué par Christian Beuvain et Georges Ubbiali sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/2960


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.