Marcelino Viera, Maxime Foerster, Yves Rouvière (illustrateur), Comprendre l’anarchisme, Paris, Max Milo, collection « Comprendre/essai graphique », 2013, 123 pages, 12 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Dans cette collection qui rassemble un texte (court) et quelques illustrations (ici d’Yves Rouvière), voici un nouvel opus. Notons tout d’abord que certains dessins semblent assez éloignés du sujet traité et pourraient figurer dans ces albums de bandes dessinées de science-fiction (par exemple p. 41 ou 69). Mais la question qui se pose plutôt en lisant ce petit livre ne relève pas tant de l’esthétique des illustrations que du fond du propos. En effet, la vision proposée de l’anarchisme dans les quelques pages du volume est celle d’une courant philosophique (d’où l’aspect éthéré de certaines illustrations) plus que d’une doctrine sociale. Ainsi, au-delà de certains aspects pour le moins discutables (ainsi, réduire l’usage de la violence au « crime politique » (p. 13) désarçonne, quand une telle assertion se trouve en introduction), dès la définition proposée de l’anarchisme, c’est une approche métaphysique qui est privilégiée : « A notre avis, il est nécessaire de combiner au niveau social quatre concepts essentiels pour qu’un mouvement ou une idéologie puisse être considérée comme anarchiste : la liberté, la solidarité, l’individualité et la raison » (p. 18). Ce qui ressort immédiatement de cette proposition, c’est que l’anarchisme renvoie à une conception morale, pas à une analyse matérialiste. On comprend alors pourquoi le premier chapitre s’oppose à l’idée qu’il puisse y avoir un courant anarchiste de droite. De ce point de vue, le chapitre central n’est ni celui consacré à Proudhon, Bakounine ou Kropotkine, mais bien celui dédié à Stirner et au courant individualiste. Symptomatique apparaît ainsi la lecture proposée de Proudhon, dont la philosophie se définit ainsi : « La modernité s’appuie sur des individus qui ont conscience de pouvoir peser sur le cours de l’Histoire, à travers la possibilité de mobiliser des actions morales et solidaires pour produire des changements matériels et sociaux » (p. 56). Et bien sûr, Proudhon mérite de figurer dans ce panorama, en raison de « son fort potentiel intellectuel » (p. 56). Plus grave apparaît, toujours à propos de Proudhon, la déconsidération dans laquelle les auteurs entraînent ce dernier en voulant prouver sa supériorité sur Marx, à partir de leur conception de l’anarchisme. « En considérant la tromperie comme origine de l’inégalité entre les hommes, et non pas une violence originelle comme le soutient Marx, Proudhon conçoit un être humain rationnel ayant la capacité de produire des changements (économiques, sociaux, politiques, culturels) à travers l’éducation et les sciences et aussi en utilisant une perspective psychologique (étude de l’homme passionnel) qui permet d’expliquer l’origine de l’esclavage comme conséquence d’une erreur, d’un mauvais calcul initial (souligné par nous) » (p. 60). L’esclavage de plusieurs dizaines de millions d’individus sur plusieurs siècles, comme résultat d’un mauvais « coup de dé », on conviendra qu’il existe des explications un tant soit peu plus historiques …. Après une présentation des auteurs de référence, ce livre se prolonge par une présentation de l’anarchisme en France, mettant l’accent de manière là aussi assez unilatérale sur les luttes de libération sexuelle, sur certaines desquelles (par exemple Armand et la camaraderie amoureuse), de longs commentaires seraient nécessaires. Il n’est pas garanti que la courte bibliographie qui accompagne cet ouvrage soit suffisante pour le conserver parmi les synthèses utiles proposées par les éditeurs sur le sujet. Le lecteur préférera se reporter à l’ouvrage de Philippe Pelletier, Anarchisme vent debout ! Idées reçues sur le mouvement libertaire1, chroniqué sur ce blog, qui offre « une solide introduction au panorama historique et actuel de l’anarchisme »2.

1Philippe Pelletier, Anarchisme vent debout ! Idées reçues sur le mouvement libertaire, Paris, Le Cavalier bleu, collection « Idées reçues », 2013.

2Vincent Chambarlhac, sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/4027


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.