Eric Hazan, La Barricade. Histoire d’un objet révolutionnaire, Paris, Autrement, collection « Leçon de choses », 2013, 176 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette nouvelle collection des éditions Autrement se veut à la fois originale et vulgarisatrice. Il s’agit en effet de s’intéresser à des objets emblématiques, qui concentrent les signifiés d’une époque. Après un premier titre sur La Banderole. Histoire d’un objet politique, par Philippe Artières1, c’est Eric Hazan qui se saisit de cet instrument de combat bien spécifique qu’est la barricade, ponctuant son propos de plans illustratifs bienvenus. Toutefois, sans doute contraint par les impératifs de la collection, il centre son propos sur la France, Paris principalement2, et n’essaye pas de repérer en amont du XVIe siècle des traces de barricades au Moyen Âge ou dans l’Antiquité, y compris hors d’Europe.

L’origine de la barricade se trouve ainsi pour lui en plein cœur des guerres de religion françaises, d’abord étymologiquement parlant (le mot est inventé à partir de barrique par Blaise de Monluc, partisan du roi et adversaire des huguenots, autour de 1570), puis dans la pratique. Le point culminant en est en effet, au mois de mai 1588, le soulèvement de la population parisienne contre les troupes d’Henri III, à l’instigation de la Ligue catholique. Déjà, au vu du succès de ce mouvement, on saisit toute la force de ce mode de combat : son efficacité tactique permet en effet de bloquer le déplacement des forces de l’ordre, soumises en outre à un véritable bombardement du haut des immeubles. L’étape suivante se situe au début des événements de la Fronde. Août 1648 voit en effet une réaction populaire, cette fois totalement spontanée, prompte et généralisée, se lever suite à l’arrestation de figures de premier plan du Parlement de Paris sur ordre de la Régence. Mais la question la plus intrigante, qui n’est pas creusée par Eric Hazan, est celle de l’absence de nouvelle utilisation des barricades avant la Révolution3.

Les barricades font un retour aussi bref que tragique en mai 1795, lorsque les derniers sans-culottes prennent part à une émeute populaire dirigée contre la Convention thermidorienne, une contre-offensive qui ne va pas jusqu’au bout. Au-delà de cet épisode finalement peu significatif, il faut attendre 1827 pour assister à un regain des barricades parisiennes, la joie d’élections ayant désavoué Charles X se transformant en un mouvement pré-insurrectionnel, vite réprimé. Ce ne sont là que les prémices des journées de juillet 1830, véritable « apogée », au cours desquelles pas moins de 4000 barricades furent dressées dans les rues de Paris ! Les soulèvements des canuts en 1831 et 1834, celui, parisien, à finalité républicaine en 18324, usent également de la barricade, mais c’est avec le printemps des peuples en 1848 que la technique se diffuse à travers toute l’Europe. Toutefois, à compter de juin 1848, c’est-à-dire du soulèvement ouvrier défait à Paris, dont Eric Hazan offre un récit captivant, la barricade entame selon lui son déclin, officiant à une succession de défaites, dont celle de la Commune.

Toutefois, ce constat de barricades qui ne permettraient plus de résister à des armées plus efficientes, qui souffriraient de leur caractère trop décentralisé et seraient inadaptées à un urbanisme nouveau, initié à Paris par le baron Haussmann (aux rues plus larges et à la population industrielle éloignée des centres villes), nous semble passer bien trop vite sur son utilisation au XXe siècle, de la Russie à l’Espagne en passant par la Chine ou l’Amérique latine. De même, il est dommage que les réflexions des théoriciens du mouvement ouvrier sur le sujet n’aient pas été abordées (celles d’Engels au soir de sa vie, par exemple, ou le corpus constitué par les Écrits militaires de Marx5). La Barricade est donc un ouvrage d’initiation historique plaisant, mais qui ne remplace pas des travaux plus poussés comme les actes du colloque dirigé par Alain Corbin et Jean-Marie Mayeur en 19976.

1Lire le compte rendu de cet ouvrage par Christian Beuvain sur notre blog cette semaine.

2 Rappelons qu’Eric Hazan est l’auteur de deux ouvrages d’importance sur la capitale, L’Invention de Paris et Paris sous tension.

3Voir à ce sujet Jean Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Gallimard, collection « Folio Histoire », 2008.

4Lire l’essai stimulant de Thomas Bouchet, Le Roi et les barricades. Une histoire des 5 et 6 juin 1832, Paris, Seli Arslan, 2002, ainsi que Charles Jeanne, À cinq heures nous serons tous morts ! Sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832. Présenté et commenté par Thomas Bouchet, Paris, Vendémiaire, 2011.

5Karl Marx, Écrits militaires. Violence et constitution des États européens, Paris, L’Herne, 1970.

6 Alain Corbin, Jean-Marie Mayeur (dir.), La Barricade, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.