Philippe Artières, La banderole. Histoire d’un objet politique, Paris, Éditions Autrement, collection « Leçons de choses », 2013, 159 pages, 15 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

Directeur de recherches au CNRS, l’historien Philippe Artières construit depuis une vingtaine d’années une œuvre dévolue à la culture graphique, sous la « double injonction » (p. 157) de Georges Perec et de Michel Foucault. Cet essai sur la banderole, objet si familier qu’il en devient invisible (p. 17), fait partie de ses derniers travaux, le plus récent étant celui sur La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945)1.

Apparue massivement dans les rues des villes en révolte au début du XXe siècle, la banderole se présente sous la forme d’une « bande de textile marquée de quelques mots tracés, imprimés ou peints » (p. 17). Définie comme « écrit exposé », elle est de l’ordre de l’éphémère et appartient sans conteste à la rue, du côté du politique : elle dit la contestation et la révolte, souvent. Signe de « ralliement à une même cause » (p. 20), outil de pression, elle s’empare des villes puisque la banderole est à la fois une arme et un outil de subversion (p. 21-23), utilisé dans les luttes pour le pouvoir (y accéder, le contester, le renverser). De même qu’il y a une guerre des images2, Philippe Artières veut nous démontrer qu’il y a une lutte graphique, qui sert à imposer de nouvelles écritures. Bien que cet exemple ne soit pas utilisé par l’auteur, comment ne pas évoquer les expressions introduites par les bolcheviques russes dès Octobre 17 : « Agit-prop », « Politburo », « Comintern », « Cavarmée », « Orgburo » etc., qui construisent, dans les années vingt et trente, une cohésion politique et utopique autour de signes à la fois fascinants et légèrement mystérieux ?

Dans cet essai composé de cinq chapitres thématiques, entrecoupés d’histoires singulières ou de souvenirs personnels, l’écrit s’expose comme rhétorique visuelle. Il est tatouage sur les corps des marins du XIXe siècle, pratique de fierté3 qui transforme souvent leur corps « en banderole patriotique » (p. 37) ou banderole-écharpe, avec utilisation de couleurs spécifiques de protestation, arborée par les suffragettes britanniques. Il est pancarte, à la manière des hommes-sandwichs, pour les militants des droits civiques, aux Etats-Unis dans les années soixante ou s’étale sur de grands panneaux muraux pendant la révolution culturelle chinoise, le dazibao. On le remarque, enfin, sous la forme stylisée d’un logo appelé à devenir mondialement célèbre, les onze lettres du mot « Solidarnosc », en rouge et blanc, couleurs du drapeau polonais.

Bien que le sauvetage, l’archivage et l’exposition des objets graphiques les plus anciens, par certains musées, dont celui de l’Institut international d’histoire sociale (IIHS) d’Amsterdam est le modèle incontesté, puisse laisser penser que la banderole n’existerait plus que comme trace du passé, il n’en est évidemment rien. Si les inscriptions au feutre noir sur les poitrines nues des militantes Femen, qui défilent pour contrer les manifestations des droites et extrêmes droites radicales ainsi que les cortèges religieux, n’apparaissent que comme reprise osée du procédé du corps visuel, la pratique nouvelle sur le Web du defacing4 réinvente l’usage de la banderole, par des militants qui ne sortent pas de leur bureau.Si l’on peut s’interroger sur le sens social de ce type de militantisme qui rompt de manière abrupte avec les anciennes pratiques, il n’en demeure pas moins que puisque « l’espace des protestations s’est modifié » (p. 134), la guerre graphique se modifie également, par extension.

Née au début du XXe siècle, la banderole est contemporaine de la progressive diffusion de l’accès à l’écrit. Apportant un « éclairage inédit sur l’histoire sociale de l’écriture » (p. 25), cet essai de Philippe Artières sur une histoire matérielle de la banderole doit se lire en parallèle avec les recherches de Roger Chartier sur le livre5. Le propre de la banderole est de faire voir, mais aussi d’être vue. Là réside son efficace. Là réside le propos de ce livre.

1Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La découverte, 2013, qui sera prochainement chroniqué sur ce blog.

2On se reportera aux différents travaux de Laurent Gervereau.

3Rappelons qu’à l’origine le tatouage est signe d’infamie : que l’on songe à la fleur de lys marquée au fer rouge sur l’épaule de Milady de Winter dans Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas.

4Cette pratique de piratage informatique « consiste à s’introduire sur le site d’une institution ou d’une entreprise, puis à intervenir sur sa page d’accueil en lui substituant une autre page (…) » (p. 134).

5On lira par exemple, sous sa direction, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Histoire », 2001.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.