About Pete Seeger ! et Etienne Bours, Pete Seeger. Un siècle en chansons, Lormont, Le Bord de l’Eau, 2010, 214 pages, 18 €.

Un billet et un compte rendu de Christian Beuvain

A- Le Billet

Le chanteur, compositeur et militant Pete Seeger est décédé le lundi 27 janvier 2014. Depuis que cette dépêche d’agence est apparue sur les écrans d’ordinateurs, les médias, encore frémissants des aventures extra-conjugales du chef de l’Etat, ont chargé leurs pigistes d’écrire la nécrologie d’un chanteur dont l’immense majorité d’entre eux ignoraient l’existence jusqu’à ce lundi 27. Nous n’avons pas l’intention de relever scrupuleusement, ici et là, toutes les erreurs factuelles (le magazine Sing Out ! crédité d’une naissance dans les années 60, alors que le premier numéro est de mai 1950 : Libération du 29/1/2014) et/ou les anachronismes (P. Seeger “chantre de la world [music]”, idem) de tel ou telle, pas plus que la litanie des “légende”, “pionnier” et autre “icône”. Signalons pourtant l’article solide de Véronique Mortaigne, dans Le Monde, qui insiste sur le côté militant et passeur du chanteur.

Même s’il est vrai que les travaux universitaires français sur le secteur musical des luttes ouvrières aux Etats-Unis sont rares, voire inexistants, a contrario des études sur le jazz, le blues ou le protest song des années 70, ce n’est absolument pas le cas aux Etats-Unis, ou existent des travaux sérieux, à commencer par celui de Robbie Lieberman, “My Song is my Weapon” : People’s Songs, American Communism, and the Politics of Culture, 1930-1950, Urbana-Champaign, University of Illinois Press, 1995. Nous avions donc remarqué le travail sérieux du musicologue Etienne Bours qui publia en 2010 son Pete Seeger. Un siècle en chansons, aux éditions du Bord de l’eau. Une longue note critique suivit cette parution, dans le n° 3 de notre revue électronique, en complément du volume 10 “Musiques et révolutions” (sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1916). Nous remettons à l’honneur cette note critique sur ce blog. Nous y ajoutons trois liens. Le premier vers une biographie détaillée (en anglais) de Pete Seeger sur le site Spartacus Educational : http://www.spartacus.schoolnet.co.uk/USAseeger.htm, le second vers un article (également en anglais) d’un militant communiste, John Pietaro, animateur du site The Cultural Worker consacré aux efforts et réalisations des communistes étatsuniens pour construire une alternative artistique prolétarienne puis populaire dès les années trente : http://theculturalworker.blogspot.fr/2010/12/out-of-red-megaphone-modernist-protest.html et le troisième vers la comparution de Pete Seeger devant un sous-comité du House of Un-American Activities Committee (HUAC) le 18 août 1955 : http://www.peteseeger.net/HUAC.htm.

B- Le compte rendu

Tout baby-boomer qui se respecte connait cette scie musicale niaise des sixties chantée en français par Claude François, Si j’avais un marteau et en anglais au même moment par Trini Lopez, If I had a Hammer. Bien peu, en revanche, connaissent l’auteur de cette chanson, sa date de création ainsi que le sens réel des paroles et le contexte politique. En effet, lorsque le chanteur folk Pete Seeger et son groupe les Weavers enregistrent en 1949 The Hammer Song, nous sommes en pleine Guerre froide et la répression contre les communistes et leurs « compagnons de route » ne cesse de s’étendre dans le pays. Cette chanson martèle « pour alerter » parce « qu’il y a danger ». Connu et reconnu seulement par quelques happy few dans son propre pays, même si de nombreux rassemblements résonnent ça et là de refrains dus à sa plume, Pete Seeger demeure quasi ignoré en France. Il l’est maintenant beaucoup moins, grâce à cette biographie précieuse du musicologue Etienne Bours.

Un héritage fécond

Pete Seeger naît à New York le 3 mai 1919 dans une famille de bourgeois humanistes, progressistes et musiciens. En effet, Charles Seeger, son père, est musicologue et sa mère, Constance, est violoniste classique. Leur humanisme se manifeste au tout début des années 1920 lorsque le couple décide de partir en roulotte « apporter la musique classique aux pauvres populations du pays qui n’ont guère de musique » (p. 24). Hélas ! L’horizon d’attente de ces modernes populistes américains se révèle tout autre. Les fermiers des plaines du sud et des Appalaches ne les rejettent pas, comme les paysans russes en 1874 le firent avec les narodnicki, mais leur prouvent, folk music à l’appui, qu’ils possèdent une musique qui leur est propre. La leçon n’est pas perdue pour Charles Seeger, qui la transmettra très rapidement au jeune Pete. La seconde femme de son père, Ruth Crawford, est une violoniste et une compositrice qui devient rapidement une musicologue réputée en participant au collectage des musiques traditionnelles des populations rurales pauvres. Dès 1929, dans un pays frappé par une crise économique, sociale et culturelle dont les effets brisent la vie de dizaines de millions de travailleurs urbains et ruraux, Charles Seeger et Ruth Crawford Seeger décident, comme des centaines d’autres artistes et intellectuels étatsuniens de l’époque, de placer leurs espoirs dans le communisme. Ils sont musiciens ? Qu’à cela ne tienne. Leur positionnement politique tiendra d’une pratique, celle qui exige que l’art soit une « arme dans la lutte des classes », pratique appliquée à la musique [Music is a Weapon in the Class Struggle], comme d’autres militants l’appliqueront à la danse, au film, au théâtre, à la littérature etc. Tous deux adhèrent donc au Collectif des compositeurs, créé à New York en 1931 sous l’égide de la Workers Music League, qui dépend du Bureau international de la musique à Moscou. L’ambition de ce Collectif est de composer une musique prolétarienne, des « chansons de masse » sous une forme instrumentale avant-gardiste et audacieuse. Mais comment des ouvriers peuvent-ils se reconnaître dans ces codes musicaux totalement à l’écart de leur culture ? Quelques années plus tard, le retour des ballades populaires et des instruments traditionnels – banjos, guitares, harmonicas – en lieu et place des compositions atonales héritées de Schönberg1 n’oblitère nullement les thématiques radicales, il aurait même tendance à les propager. La nouvelle dialectique fascisme/antifascisme élaborée par le Comintern, permet en effet au champ politique du Parti communiste américain de se renouveler et de s’élargir. Pour Pete Seeger, comme le remarque Etienne Bours, « à cette époque où son caractère se forge, tous les éléments sont en place pour faire de [lui] ce qu’il sera tout le reste de sa vie » (p. 31).

« Music is a weapon »

D’abord hésitant entre plusieurs voies (journalisme ? dessin ? musique ?), Pete Seeger choisit finalement la musique, grâce à deux amis de son père, la chanteuse militante Aunt Molly Jackson et le musicologue Alan Lomax2. Si la première lui permet de mieux comprendre les liens tissés entre militantisme ouvrier révolutionnaire et ballades populaires, le second, qui collecte et archive toutes ces ballades de l’Amérique pauvre, blanche et noire, le « plonge » littéralement dans ce patrimoine, en lui offrant de travailler avec lui à la Bibliothèque du Congrès, à Washington. Mais ce que veut Pete Seeger, c’est chanter. Sa première apparition sur scène a lieu en mars 1940, lors d’une soirée consacrée au film Les raisins de la colère. Il se produit avec A. Molly Jackson et le bluesman Leadbelly, mais surtout aux côtés du célèbre Woody Guthrie, celui qui a inscrit sur sa guitare « Cette machine tue les fascistes ». Pendant six mois, Pete et Woody ne se quittent plus, ils traversent le pays et chantent. Lorsque Pete Seeger et Lee Hays fondent un groupe « à géométrie variable », The Almanac Singers (fin 1940, New York), Woody Guthrie est de la partie. Le premier album, Songs for John Doe, qui contient des chansons pacifistes, sort en mars 1941. Pete Seeger est depuis peu membre du Parti communiste américain (CPUSA), et pour ce dernier, comme pour tous les autres Partis communistes, la guerre qui se déroule en Europe et en Asie est d’essence impérialiste. Mais lorsque les nazis envahissent la « patrie du socialisme », la guerre change de nature. Pourtant Pete Seeger, comme beaucoup de militants communistes, du moins ceux qui sont restés dans leurs partis, ne se fait guère d’illusions sur leurs nouveaux alliés antifascistes : « On va donc devoir supporter Churchill, lui qui en 1919 voulait étrangler le bébé bolchevique dans son berceau » (p. 50). En décembre 1945, à la fin de la guerre (que Pete Seeger passe dans le Pacifique mais à l’écart des combats), une vingtaine de chanteurs et auteurs-compositeurs, dont les anciens des Almanac Singers, dissous en 1943, créent une organisation dont l’objectif est de diffuser toute musique en rapport avec la classe ouvrière : People’s Songs est né, avec son annexe chargée des concerts, People’s Artists, sous les auspices de Pete Seeger et de Paul Robeson, chanteur noir, communiste également. La musique est toujours une arme pour ces artistes, convaincus que l’écrasement du nazisme par l’Armée rouge ouvre des perspectives historiques en Europe, qui ne peuvent avoir que des retombées positives aux États-Unis. Las, les nuages s’amoncellent déjà …

La chasse aux « Rouges »

Ce qu’on nomme plutôt improprement le maccarthysme, c’est-à-dire la traque des éléments communistes ou considérés comme tels, n’est pas, contrairement à une idée reçue, une politique dévolue aux Républicains réunis autour de la personnalité charismatique et tonitruante du sénateur du Wisconsin Joseph McCarthy. Ce dernier ne fait que jouer sa propre partition, mais l’impulsion initiale vient des institutions centrales, c’est-à-dire du Congrès (républicain) et du gouvernement Truman (démocrate), le premier adoptant le 23 juin 1947 la loi Taft-Hartley restreignant le droit de grève et réprimant les menées communistes dans les usines, le second créant à la date du 26 juillet 1947 le National Security Act. Dans tout le pays, la puissance accrue de l’URSS en Europe et la victoire communiste qui s’annonce en Chine incitent les forces conservatrices et réactionnaires en sommeil pendant la guerre, à relever la tête. Aidées en sous-main par le FBI qui ne cesse depuis 1919 de ficher les « Rouges », élites gouvernementales et organisations privées entament une nouvelle Red Scare3. En mai 1947, les audiences préliminaires de la House Committee on Un-American Activities (HCUA), une commission d’investigation mandatée par la Chambre des représentants, à Hollywood et la création par une association privée du bulletin Counterattack, chargés chacun dans leur domaine de compétences de dénoncer les communistes « infiltrés » dans les industries de masse du spectacle et du divertissement, signent là une tactique appelée à faire florès, dans une stratégie de guerre interne qui vise à éliminer toute influence subversive pour des décennies.

Harcelé dès les élections présidentielles de 1948 pour leur soutien au candidat progressiste Henry Wallace (ex-vice président de Roosevelt) dont le support officiel et militant est assuré par les communistes, Pete Seeger commence à voir ses concerts se raréfier, ainsi que ses apparitions dans les radios. « Retourne en Russie, fils de p…. » est un letmotiv haineux entendu presque partout où il passe avec son nouveau groupe, les Weavers. People’s Songs doit mettre fin à ses activités. Et, en septembre 1949, lors d’un concert prévu au nord de New York, à Peekskill, avec P. Robeson, eux-mêmes et une partie des spectateurs tombent dans un guet-apens organisé par des membres du Ku Klux Klan, plus ou moins aidés par la police locale. Il y a de nombreux blessés. Cette affaire défraie la chronique de la presse communiste et progressiste mondiale, y compris en France. Quelques mois plus tôt, Lee Hays et Pete Seeger ont écrit et composé The Hammer Song, sans aucun écho public. Les paroles sont prémonitoires : « Je martèlerai qu’il y a danger/Je martèlerai pour alerter » (p. 57-58). Un court répit permet aux Weavers d’enregistrer chez Decca et de se produire sur scène, mais en 1950, les bulletins Counterattack et Red Channels dénoncent nommément le groupe comme communiste tandis que le fameux Harvey Matusow, informateur professionnel (qui avoue en 1955 être un agent du FBI payé pour dénoncer et qui est condamné à son tour4) témoigne de même devant la HCUA. Dès ce moment, pour Pete comme pour les chanteurs engagés, acta est fabua. Decca rompt le contrat, les disques ne passent plus dans les radios ni dans les juke-boxes, qui commencent à apparaître dans les bars, et les promesses de concerts s’évanouissent. Pete Seeger en est réduit à apprendre à chanter aux enfants dans les rares collèges qui l’acceptent encore. En août 1955, il est convoqué devant la HCUA. Il invoque le Premier Amendement face aux élus du peuple qui expliquent sa présence par le fait qu’il « se pourrait que les communistes s’investissent dans [les chansons folk destinées à la jeunesse] et pervertissent cette agréable forme de divertissement pour atteindre leurs propres objectifs » (p. 67). Il ne passe en procès qu’en mars 1961 ! Déclaré coupable, il est condamné à un an de prison en avril 1961, mais est acquitté en appel en mai 1962. D’ailleurs, il a quitté le Parti depuis quelques années déjà. Lorsque les fichiers du FBI – qui alimentaient les membres de la HCUA, les bulletins anti-Rouges, les informateurs professionnels etc. – s’ouvrent, 5000 pages concernent les Almanac Singers, les Weavers, People’s Songs et People’s Artists ! A titre de comparaison, le dossier d’Albert Einstein fait 1800 pages …

Les « Sixties folk »

La lutte pour les droits civiques des noirs dans le sud du pays (pour laquelle un gospel de 1946, We Shall overcome, devient un chant de lutte), puis les sit-in étudiants dans les campus contre la guerre du Viêt-Nam, en particulier à Berkeley, deviennent le nouveau terrain dans lequel Pete Seeger s’investit, tout en assistant à l’arrivée d’une nouvelle génération. Alan Lomax et Pete Seeger deviennent des passeurs, avec le Newport Folk Festival (Rhode Island). Peter, Paul and Mary, Phil Ochs et surtout Bob Dylan et Joan Baez, conquièrent un nouveau public. Mais en 1965, en électrifiant sa guitare, Bob Dylan déclenche la colère des deux « anciens » ! Très vite, cette querelle autour de la pureté des sonorités folk s’estompe, et Pete Seeger, à partir de 1968-1969, part en tournée avec le jeune Arlo Guthrie, fils de Woody, dont tout le monde se souvient de l’arrivée remarquée au Festival de Woodstock, festival électrifié s’il en fut ! Malgré les ans, Pete Seeger continue de chanter, pour des causes locales (empêcher la fermeture d’une école) comme pour des causes universelles (contre les guerres, pour la paix, contre le nucléaire etc.). Mais l’époque des grandes grèves ouvrières et des « grands récits socialistes» messianiques s’estompe. Le rôle social des chanteurs engagés s’amoindrit. Vient le temps des hommages (Bruce Springsteen reprend 13 chansons de Pete Seeger en 2006, dans We Shall Overcome : The Seeger Sessions), des documentaires, des compilations. Le temps d’une muséographie.

Fin de parcours ?

La vie et l’œuvre de Pete Seeger ne peuvent s’interroger sous l’angle de la trajectoire. L’itinéraire jalonné et planifié fait défaut. Dans l’industrie du divertissement, Pete Seeger toujours refuse la gloire, refuse en quelque sorte de parvenir. S’il peut sembler insolite d’appliquer cette notion à un chanteur, alors qu’elle est plus habituellement usitée pour « l’intellectuel aux bords des classes populaires » rallié au syndicalisme révolutionnaire5, son parcours vaut cependant preuve. Un exemple ? En 1955, alors que les Weavers viennent de nouveau d’obtenir un concert après 5 ans d’ostracisme, Pete Seeger quitte ses camarades avec fracas car ils viennent d’accepter de chanter pour une marque de cigarettes ! Au titre de chanteur, Pete Seeger s’enracine dans la tradition américaine des « folk-singers ». Au titre de militant, il côtoie le destin des syndicalistes radicaux, des anarchistes, des communistes qui tentent depuis cent cinquante ans de s’inscrire durablement dans les territoires du Nouveau monde mais n’y parviennent qu’occasionnellement, en butte aux répressions toujours renouvelées. Et son apparition sur scène – amené par Bruce Sprinsteen – lors de l’investiture du nouveau chef de l’État Barack Obama, le 18 janvier 2009, au Lincoln Memorial de Washington, pour chanter This Land is your Land de Woody Guthrie ne peut apparaître comme un point d’arrivée. En effet, l’ancien camarade de Pete Seeger, en 1940, composa cette chanson en réponse à un chant patriotique, le très officiel God Bless America, que venait justement d’invoquer Barack Obama… Ironie de l’histoire !

1La musique atonale rejette la hiérarchie des sons, fondement de la grammaire musicale classique, car elle prône l’égalité de toutes les notes entre elles. Arnold Schönberg est l’inventeur du système atonal dit des « douze sons », qui sont organisés en séries. On parle donc aussi de musique sérielle. C’est une des bases de la musique contemporaine.

2Aunt Molly Jackson (1880-1960) est une activiste et militante ouvrière, connue tardivement (en 1931, à 51 ans) comme compositeur de chansons folk engagées. Elle s’efforce de tisser des liens entre les exploités de régions reculées comme les Appalaches et les militants urbains. Voir Shelly Romalis, Pistol Packin’ Mama. Aunt Molly Jackson and the Politics of Folksong, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 1999, 272 pages. Alan Lomax (1915-2002) est un musicologue et archiviste du patrimoine des chants populaires et contestataires américains qui devient le premier employé salarié de la Bibliothèque du Congrès (Washington) pour s’occuper de la « folk music ».

3Littéralement « peur des rouges ». La première criminalisation de révolutionnaires a lieu en 1919-1920, par suite de l’influence de la Révolution bolchevique de 1917 et de ses répercussions sur le mouvement ouvrier des Etats-Unis. Sous la conduite du procureur général Palmer (les fameux « Palmer Raids »), des milliers d’arrestations visent les communistes (deux partis communistes viennent d’être crées), les syndicalistes des IWW (Industrial Workers of the World) et les anarchistes. Procès, condamnations, exils et expulsions sont le lot de centaines de militants dans tout le pays. Lire Regin Schmidt, Red Scare : FBI and the Origins of Anti-Communism in the United States, Copenhagen, Museum Tusculanum Press, 2000.

4Sur ce personnage étonnant, qui s’implique ensuite dans la contre-culture naissante des sixties, lire Robert M. Lichtman, Ronald D. Cohen, Deadly Farce. Harvey Matusow and the Informer System in the McCarthy Era [Une mascarade meurtrière. Harvey Matusow et le système des informateurs pendant le maccarthysme], Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 2004. Sur le maccarthysme, lire la déjà ancienne mais toujours utile synthèse de MarieFrance Toinet, La Chasse aux sorcières : le Maccarthysme (1947-1957), Bruxelles, Éditions Complexe, 1984.

5Vincent Chambarlhac, « Le refus de parvenir, une logique de la soustraction ? », Les Cahiers d’ADIAMOS, n° 1, 1999, en ligne sur http://www.pelloutier.net/dossiers/dossiers.php?id_dossier=211


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.