Bibia Pavard, Michelle Zancarini-Fournel, Luttes de femmes. 100 ans d’affiches féministes, Paris, Les échappés, collection « Documents », 2013, 136 pages, 34 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Clairement, cet ouvrage s’inscrit dans la catégorie des beaux livres : nombreuses illustrations en couleur, reproduction soignée, papier glacé….. Ce n’est certes pas le premier livre qui s’intéresse à l’iconographie des affiches du mouvement des femmes1, mais si l’on peut voir des reproductions dans différents ouvrages publiés ces dernières années sur ce mouvement, les dernières publications consacrées essentiellement à ce thème sont déjà anciennes2. Néanmoins, et le statut des deux auteurs en fait foi, il s’agit aussi d’un livre d’histoire. C’est donc dire que l’intérêt (même s’il est premier) du livre ne se limite pas aux reproductions, mais aussi au texte. De ce point de vue, cet ouvrage constitue une bonne entrée en la matière pour suivre l’histoire du mouvement des femmes. Trois vagues sont distinguées : celle de la fin du XIXe et des luttes pour la reconnaissance des droits politiques, celle, ensuite des années 1960 avec les revendications autour du corps et de la sexualité ; puis, enfin, les années 1990 et les transformations engagées par la parité en politique. Pour mettre un peu d’ordre dans cette histoire foisonnante, les auteurs développent leur propos à partir de cinq thèmes (et non six comme annoncés dans l’introduction) : la vie politique, le travail, la famille et la maternité, le corps et la maternité, les féministes hors frontières et, pour conclure, la vie culturelle. Les multiples affiches qui s’échelonnent tout au long de ces textes sont marquées par leur caractère hétéroclite, renvoyant à leur condition de production. Si en effet on retrouve des affiches liées à des partis ou des syndicats, voire à la production de l’État (dans la période la plus récente, concomittante de l’apparition d’un Ministère des droits de la femme), la plupart des affiches relèvent d’une certaine spontanéité. Évidemment, s’échelonnant sur un siècle, les styles et la nature des supports varient considérablement, depuis la reproduction de la Une de L’Assiette au Beurre, aux affiches à l’esthétique punk des années 80-90. Certaines de ces affiches font l’objet d’un commentaire critique, comme celle des Femen France (reproduite p. 102), montrant trois femmes poitrine nue, chacune peinte en bleu, blanc, rouge, avec comme slogan : « Françaises, déshabillez-vous ! ». Les auteurs proposent une contextualisation de l’affiche (rappelant au passage que la provocation a été de longue date une des armes du féminisme), tout en questionnant, de manière fort critique, la pertinence de ce type de « provocation ». De ce foisonnement dont on laissera le lecteur découvrir la richesse, on retiendra un parti pris que l’on ne peut que soutenir : celui de proposer des illustrations graphiques provenant d’autres horizons que l’hexagone. Cela laisse la possibilité de découvrir des affiches arabes, espagnoles, portugaises, italiennes, anglaises et même une américaine (ultime reproduction couleur du livre). De ce beau et intéressant ouvrage, on retiendra pour conclure la très bonne bibliographie conclusive, ordonnée autour de différentes thématiques, preuve s’il en était encore besoin, que cet ouvrage ne se contente pas de compiler des images, mais ouvre aussi à la réflexion.

1 On consultera en parallèle le livre de Corinne App, et alii, 40 ans de slogans féministes, 1970-2010, Paris, éditions Ixe, 2011, qui contient de nombreuses photos.

2Voir notamment La Gaffiche, Les femmes s’affichent. Affiches du mouvement des femmes en France depuis 1970, Paris, Syros, 1984 (ouvrage cité dans la bibliographie).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.