Yves Lacoste, La Géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2013 (édition originale 1976), 248 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce pamphlet d’Yves Lacoste, devenu un des géographes français les plus connus et réputés, particulièrement dans le domaine de la géopolitique qu’il a largement contribué à renouveler, paraît initialement en 1976, et constitue le pendant de celui qu’écrit alors l’historien Jean Chesneaux, Du passé faisons table rase ?, sorti la même année chez le même éditeur, François Maspero1, et qui mériterait lui aussi d’être réédité.

La Géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre est en effet à la fois un formidable soufflet aux certitudes d’une corporation et aux illusions d’une discipline, et la revendication d’une « recherche scientifique militante » (p. 188). Pour cette nouvelle édition, Yves Lacoste a ajouté des commentaires à la fin de la plupart des chapitres, dans lesquels il ne renie rien de son écrit passé, et surtout une préface inédite. On y apprend que ce livre était en fait l’extension d’un article paru dans le numéro inaugural de la revue Hérodote, tout juste fondée à l’époque, et les étapes majeures du développement intellectuel de son auteur y sont retracées : la passion pour le Maroc, où il a vécu avec son père, le géologue Jean Lacoste ; le militantisme communiste entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et 1956, qui a laissé en héritage un marxisme toujours assumé ; l’intérêt manifesté à l’égard d’Ibn Khaldoun, précurseur de la pluralité des temps de l’histoire2 ; le choc crucial de son voyage au Vietnam en 1972, qui lui fit comprendre sur le terrain la réalité de la destruction volontaire, par l’armée étatsunienne, des digues du fleuve Rouge ; l’influence de la « géographie active » défendue par Pierre George ; son expérience au sein de l’Université de Vincennes, enfin, où il enseigna.

Une des idées force de l’ouvrage est la dénonciation d’une double géographie, complémentaires l’une de l’autre : « La géographie des professeurs fonctionne en quelque sorte comme un écran de fumée qui permet de dissimuler aux yeux de tous l’efficacité des stratégies politiques, militaires, mais aussi des stratégies économiques et sociales qu’une autre géographie permet à quelques-uns de mettre en œuvre. » (p. 71). Pour la première, il repère le rôle fondateur de Vidal de La Blache, accusé d’avoir élaboré le cadre exclusif et dépolitisé de la « région », un propos qu’il relativise en partie aujourd’hui, soulignant que le géographe sut faire preuve d’analyses géopolitiques fines dans La France de l’Est en 1917. Déplorant le peu de réflexions épistémologiques sur la géographie, Yves Lacoste l’attribue à un véritable déficit de marxisme, et plaide pour une géographie nourrie de ce dernier, constatant sans doute à juste titre que Marx et les marxistes s’intéressaient davantage à l’histoire qu’à la réflexion sur l’espace3.

A l’inverse, il critique la « nouvelle géographie » de Roger Brunet, si à la mode dans l’enseignement secondaire il y a encore une dizaine d’années4, qu’il qualifie de « néolibérale » et « technocratique », profondément liée à une géographie appliquée pour laquelle priment le marché et les enjeux de propriété capitaliste sur les échanges scientifiques libres. Yves Lacoste défend également la nécessité d’un savoir démocratique, dont l’élaboration doit être transparente pour les populations, l’objectif de cette géographie nouvelle étant de faire comprendre la multiplicité et l’emboîtement des ensembles spatiaux jouant sur nos vies à différentes échelles, les dynamiques qui en découlent.

Un discours volontairement offensif, qui a l’incontestable mérite, encore aujourd’hui, de nous faire réfléchir sur la géographie et son « impossible neutralité », pour reprendre le titre de l’autobiographie d’Howard Zinn, historien étastunien. Les passages consacrés à l’aménagement du territoire sont ainsi particulièrement précieux5, au-delà de considérations qui témoignent du contexte qui fut celui des années 1968, avec en arrière-plan la crise globale du capitalisme qui impose un nécessaire renouvellement des méthodes de la géographie.

1Cet ouvrage est chroniqué sur notre ancien site.

2 Yves Lacoste est d’ailleurs l’auteur d’un ouvrage constamment réédité sur l’historien arabe depuis 1966, Ibn Khaldoun. Naissance de l’histoire, passé du tiers monde.

3 Curieusement, d’ailleurs, Yves Lacoste n’évoque absolument pas les géographes marxistes contemporains, tel David Harvey.

4 La chorématique de Roger Brunet est clairement condamnée pour son abstraction bien trop poussée.

5 « Il faut se rendre compte que l’aménagement du territoire n’a pas pour seul but de maximiser le profit, mais aussi d’organiser stratégiquement l’espace économique, social et politique de façon à ce que l’appareil d’État puisse être en mesure de juguler les mouvements populaires. » (p. 64).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.