Daniel Blanchard, À l’air libre. Esquisses, Paris, Éditions L’Une et l’autre, 2013, 69 pages, 7,50 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Le mot de Francis Ponge, rappelé en quatrième de couverture, selon lequel les textes de Daniel Blanchard « se proposent comme des maquettes d’instants » est très juste et correspond particulièrement aux pages réunies ici. D’ailleurs, le lecteur retrouve dans ce recueil, dans « cette voix d’écorce arrachée » (p. 50), un peu de l’accent de l’auteur du Parti pris des choses (Paris, 1942). Mais en plus aérien, et qui n’est pas sans rappeler parfois certains « climats » de Fernando Pessoa.

Si l’impression de deuil revient si souvent au fil des pages, ce n’est pas uniquement question de thème. Cela tient plutôt à la dynamique même de ces instants – « l’instant au regard de noyé » (p. 66) –, qui ne se laissent pas saisir, juste approcher, remémorer… avant de « sombrer parmi les ombres » (p. 23), de « couler comme sable, larmes » (p. 69). Suspendus à un pas, à un saut à faire, au mot juste – « un seul mot sans fin et sans issue ? » (p. 12) – à prononcer. Sous-tendus par une éthique, avec laquelle se confond la poésie de Blanchard. Écrire tient dès lors de cette dialectique entre l’urgence – « l’urgence d’un cri, d’un mot d’amour… » (p. 14), « cette poussée dans le dos et cet appel de l’air sur la face du corps, cette urgence, enfin, irrémissible, à faire le pas » (p. 15) –, d’une part, et la modestie des armes : « des mots bout à bout posés sur rien » (p. 16), « parler comme on rampe » (p. 40), d’autre part. Le passage de l’un à l’autre tient au fil d’une voix autre, à cet entre nous où le temps et les mots portent, et où leurs crises sont solubles1. Déjà, dans un recueil bien plus ancien, l’auteur appelait « encore poésie (…) : cette parole dénudée jusqu’au trouble où toi, virtuel, es tangible » (Table claire, Paris, 1978, p. 52). Il poursuit en quelque sorte cette étude, en évoquant « ce parler entre nous, sans fin et sans issue. À blanc. Éclats de voix contre l’air sourd. Ce parler entre nous, d’un bloc » (p. 53).

1Voir du même auteur, Crise de mots, Paris, 2012 et le compte rendu sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3563 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.