Louis Weber, Jean-Numa Ducange, Philippe Marlière, La gauche radicale en Europe, Paris, Éditions du Croquant, collection « Enjeux et débats », 2013, 124 pages, 8 €.

Un compte rendu de Romain Mathieu

Le petit livre (124 pages) de Louis Weber, Jean-Numa Ducange et Philippe Marlière n’a pas la prétention de constituer une somme sur la gauche radicale européenne, mais d’être une synthèse très générale (parfois trop) visant à fournir quelques pistes de réflexions et à « mieux faire connaître ce courant de pensée, dans la pluralité de ses expressions et traditions » (p. 10). La courte introduction est essentiellement consacrée à la problématique de l’appellation visant à justifier le choix du terme de « gauche radicale ». Même si Philippe Marlière revient ensuite sur cette question (p. 91 et suivantes), notamment pour réfuter le terme d’extrême gauche, le renvoyant « à une forme de marginalité politique » (p. 91), on aurait souhaité de plus amples développements tant cette problématique est importante. La première partie, « État des lieux » ne surprendra pas les lecteurs de la revue Savoir/Agir et des chroniques, généralement bien informées, que Louis Weber consacre à la gauche de la gauche. Sans être nouvelle, cette première partie constitue une rapide synthèse, dont le principal défaut est d’être trop partielle, notamment par le choix de n’étudier les partis que sous l’angle de leur réussite électorale (ce choix étant d’ailleurs assumé dès l’introduction, p. 13). De même, les coalitions y sont peu étudiées (mais Philippe Marlière revient sur ces questions organisationnelles dans la troisième partie) alors même qu’elles sont assez courantes. Enfin, les dissidences de partis sociaux-démocrates ou socialistes sont trop peu étudiées : dans cette première partie, quatre lignes seulement sont consacrées (p. 45-46) à la création du Parti de gauche (PG), guère plus à la WASG en Allemagne, etc.

La deuxième partie, confiée à Jean-Numa Ducange, aborde la gauche radicale dans une perspective historique. Là encore, elle ne constitue pas une réelle nouveauté, mais apporte une lecture assez stimulante des transformations de cette gauche là. On peut cependant regretter que cette approche historique ne concerne en réalité que l’histoire du mouvement communiste « officiel » (selon le terme usité par l’auteur, p. 50) alors même qu’il évoque très justement la pluralité des origines de la gauche radicale européenne. En effet, au début de cette deuxième partie (p. 50), l’auteur évoque trois « sources » de cette gauche radicale : les partis communistes « officiels », c’est-à-dire liés au communisme international et à l’URSS, les partis d’extrême gauche qu’il définit comme des dissidences du mouvement communiste et des « nouvelles gauches extra-parlementaires », et des dissidences de gauche des partis sociaux-démocrates. Cependant, la deuxième partie est presque exclusivement consacrée aux évolutions des partis communistes, sans traiter de l’extrême gauche trotskiste ou maoïste (alors même que des partis importants se sont constitués autour de ces matrices, tels par exemple, la LCR ou LO en France, ou le SP aux Pays-Bas). La genèse de la contestation trotskiste du modèle soviétique n’est ainsi absolument pas étudiée. Ces partis ne sont abordés qu’en surbrillance : l’auteur évoque leur progression lors des mouvements de mai 68, ou comme ayant repris le mot d’ordre des « États-Unis socialistes d’Europe » au PCF (p. 75), ou encore lorsqu’il mentionne la lutte du PCF contre les oppositions situées à sa gauche. De même, si les dissidences sociales-démocrates sont évoquées au début de cette deuxième partie, elles ne font pas l’objet de développements spécifiques, pas plus que l’émergence de l’écologie qui a pu constituer, dans certains pays, une remise en cause radicale du système industriel. Le PSU n’est pas non plus mentionné alors qu’il a pu constituer, à une certaine époque, une forme de radicalité politique importante. Cette deuxième partie, au demeurant très intéressante, ne traite ainsi que de l’évolution du courant dominant dans la gauche radicale, le communisme « officiel », et en conséquence, se termine sur la fin d’un « cycle ouvert en 1917 » avec l’effondrement de l’URSS.

La troisième et dernière partie aborde les évolutions récentes. Philippe Marlière y réfute d’abord la thèse de la « mort de la gauche radicale ». Au contraire, la gauche radicale aurait engagé une mutation et redéfini son identité. La thèse de la disparition de la gauche radicale ne prendrait pas en compte le processus de « droitisation » (p. 88-89) de la social-démocratie, processus qui ouvrirait « un espace sur la gauche ». La meilleure preuve de l’échec de cette thèse serait alors l’affirmation du mouvement altermondialiste et l’émergence d’une gauche « anti-néolibérale » en Amérique latine (p. 90). Cette redéfinition évoquée par Philippe Marlière tient cependant plus d’un processus en cours que d’un processus terminé. La définition de la gauche radicale qu’il pose ensuite semble exclure l’extrême gauche de cet ensemble sur le fondement du rapport aux institutions et aux élections. Cette lecture repose alors sur le clivage, que Jean-Numa Ducange qualifie de « fondamental » (p. 70), entre réformisme et révolution. La gauche radicale se distinguerait alors de l’extrême gauche par son acceptation du réformisme radical et sa capacité à investir le champ des luttes sociales et des élections, mais aussi de la gauche sociale-démocrate car à la différence de celle-ci, la gauche radicale n’exclut justement pas d’autres modalités de prise de pouvoir et se distingue par les objectifs visés. Ainsi, même dans une pratique réformiste, la gauche radicale poursuit, à la différence de la social-démocratie, selon l’auteur, un objectif de dépassement, à terme, du capitalisme. Même s’il reconnaît que ces distinctions sont parfois théoriques (p. 92-93), il fait du rapport au pouvoir un élément central dans la définition de la gauche radicale. Il s’interroge ensuite sur l’existence d’une idéologie commune à la diversité des partis de la gauche radicale en repartant de l’évolution du communisme européen. Il rappelle, de façon très pertinente, le changement de position qu’implique, pour le communisme, l’affaiblissement électoral : « Ce qui a fondamentalement changé, c’est que les partis communistes ne sont plus un groupe de référence (positif ou négatif) au sein de la gauche. Ils ne sont plus qu’une composante de cette gauche nouvelle (communisme, socialisme, partis rouges-verts, trotskisme, maoïsme, sociaux-démocrates « de gauche » en rupture de ban, etc.). En résumé, les partis communistes ont cessé d’être le « marqueur » de la gauche, même s’ils y occupent toujours une place prépondérante » (p. 95-96). Cela a comme conséquence qu’ils ne définissent plus, à eux seuls, la gauche radicale qui se caractérise par une forte diversité d’organisations. L’auteur avance également l’hypothèse que l’affaiblissement électoral du communisme aurait permis à cette diversité de partis, existant avant cet affaiblissement, de se rassembler. Reprenant les conclusions de Jean-Marie De Waele, Philippe Marlière définit trois composantes de la gauche radicale en Europe : communiste, rouge-verte et sociale-démocrate de gauche (p. 98), caractérisées par un point commun : un « anticapitalisme identitaire ». Il revient ensuite sur les résultats électoraux des partis de la gauche radicale puis s’interroge plus longuement sur les choix organisationnels effectués en se fondant sur quelques exemples nationaux (Allemagne, Danemark, Espagne, France, Grèce, Italie, Portugal). De ce (trop) bref descriptif, il tire deux conclusions : la nécessité, pour que la gauche radicale progresse, qu’elle se rassemble, et l’explication nationale des choix organisationnels (fondés très largement sur l’équilibre des forces au sein de la gauche radicale). Il finit ensuite sur un long et intéressant développement sur l’appréhension de l’Europe par la gauche radicale, question qui polarise désormais davantage la gauche en coupant plus fortement la social-démocratie de la gauche radicale (p. 112). Évoquant la mobilisation référendaire de 2005 en France, il pose également les différents débats et positions qui s’expriment dans la gauche radicale sur la construction européenne, sur l’investissement dans cet espace de confrontation (et les difficultés, pour les partis de la gauche radicale, de se définir sur cet enjeu), sur la question de l’euro, etc.

Les auteurs concluent alors sur l’existence d’une « gauche nouvelle [qui] repose sur une matrice communiste » (p. 121). Même si cette synthèse est rapide, et donc nécessairement un peu vague et partielle, elle n’en reste pas moins assez stimulante. Elle est fortement centrée sur l’évolution du communisme et laisse peu de place aux partis issus du trotskisme, ou des dissidences sociales-démocrates ou socialistes. Les auteurs mettent en avant, avec pertinence, la fragmentation de cet espace politique, la tension unitaire qui contraint fortement les stratégies partisanes et les difficultés de la gauche radicale à profiter du « déclin » de la social-démocratie et à apparaître comme une force politique crédible électoralement, ainsi qu’à définir son organisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.