Florent Calvez, American Tragedy. L’histoire de Sacco & Vanzetti, Paris, Delcourt, collection « Mirages », 2012, 112 pages, 14,95 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Au premier abord, l’idée d’adapter en bande dessinée (est-ce la première fois ?), l’histoire de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti est tout à fait bienvenue. Rappelons que ces deux personnages sont des militants anarchistes étatsuniens, d’origine italienne, condamnés à être exécutés pour attaque à main armée et assassinat, malgré leur innocence (déjà patente au moment des faits). Ils ont été réhabilités et innocentés en 1976, un demi-siècle après leur exécution sur la chaise électrique. Le scénario est celui d’une série de flash-back où un grand-père raconte à son petit-fils l’affaire telle qu’il l’a connue dans son jeune temps. Il connaissait personnellement Vanzetti, ayant lui-même été actif dans les milieux anarchistes de l’entre-deux-guerres. Le récit navigue donc entre le rappel des faits et le jeu de dames auxquels les deux narrateurs se livrent dans un parc new yorkais. Si la structure du récit n’a rien de bien particulier (aller-retour entre le passé et la période contemporaine), le dessin n’est pas non plus particulièrement remarquable. Certes les scènes de foules sont particulièrement bien rendues, de même que les vues éloignées (ainsi celle qui figure en couverture), mais se révèle grossier dès qu’il s’agit de saisir les personnages. Les têtes apparaissent mal dégrossies et approximatives. Si encore le découpage des cases offrait un travail de qualité, le lecteur pourrait y trouver un certain plaisir esthétique. Mais ce n’est pas le cas, produisant au final une expression dessinée de type standard et même tout à fait moyenne. A ces limites liées à l’objet lui-même s’ajoutent au moins deux autres aspects qui sont pour le moins fortement contestables. D’abord le parti pris (sur lequel l’auteur revient en postface), d’opposer le « bon » Vanzetti au « méchant » Sacco, sans doute coupable, non pas de l’assassinat pour lequel ils ont été condamnés, mais d’un braquage précédent. Aucun élément substantiel durant le procès n’a pourtant permis de démontrer cette réalité. Malgré les doutes subsistants sur le côté « brigand » de Sacco, Florent Calvez fait donc le choix de le charger, contre Vanzetti, totalement innocent, sans doute pour accroître l’intensité dramatique du scénario, mais au détriment des éléments historiques, ce qui entache naturellement la crédibilité de l’œuvre. A ce contestable parti pris à l’égard de la réalité historique, l’auteur ajoute un discours des plus contestables sur la nature de la solidarité et des engagements en faveur d’une cause. Constatant que certains se sont servis de la cause « Sacco et Vanzetti » pour des buts qui leur étaient propres, il fait dire au vieil homme, en fin de volume : « Ils sont devenus des symboles. Les gens qui ne les connaissaient pas avaient de la pitié, de la compassion pour eux, je suppose. Mais les types engagés, les militants, eux, s’en sont servis. Des deux côtés d’ailleurs. C’est le problème des symboles. Ça devient vite des drapeaux, et là, il y a toujours du dégât ». (p. 108). Cela l’amène à distiller une conception de l’anarchisme, dont ce courant ne ressort pas franchement grandi. A la question de son petit-fils qui lui demande s’il est toujours anarchiste, il répond : « Oui, mais après ça, autant te dire que je me suis toujours tenu éloigné des fédérations, partis et syndicats et tout le tremblement. Au mieux, ça fait des héros, des martyrs quand ça foire ». Ce à quoi le jeune répond, avec son bon sens: « C’est un truc que j’ai jamais compris : les gens prêts au sacrifice pour un idéal… Faut vivre d’abord pour soi et ses proches. On n’a qu’une vie ! Et faut surtout pas crever pour une cause ». Et son grand père d’enchaîner « Si tu dois te défendre, fais-le ! Mais pas pour les autres, pour toi! Faut jamais se laisser embrigader, jamais ! Anarchiste ou pas ! » (p. 109). Cette représentation de l’anarchisme (ou de l’action collective d’un point de vue plus large) n’honore guère, on en conviendra, un auteur qui la réduit ainsi à une philosophe spontanée de l’individualisme à tout crin. Autant de raisons pour ne pas s’attarder sur cette American Tradegy. Pour mieux saisir l’importance de cette affaire célèbre de solidarité internationale pour le mouvement ouvrier des années vingt, on lira par exemple l’ouvrage de Ronald Creagh, L’affaire Sacco et Vanzetti (Les Éditions de Paris, 2004) ou celui de John Dos Passos, Devant la chaise électrique. Sacco et Vanzetti : histoire de l’américanisation de deux travailleurs étrangers (Gallimard/NRF, 2009)1.

1Lire le compte rendu de ce livre sur notre revue électronique, n° 4, automne 2012, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2556


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.