Franz Mehring, Histoire de la social-démocratie allemande de 1863 à 1891, Pantin, Les bons caractères, collection « Histoire », traduit de l’allemand par Monique Tesseyre et Dominique Petitjean, 762 pages, 35 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain1

Préfacé par Anne Deffarges, une spécialiste de la littérature et de la social-démocratie allemande2, ce gros volume de Franz Mehring, marxiste et fondateur, avec Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht du Spartakusbund (Ligue des spartakistes) puis du Parti communiste allemand (KPD), est pour la première fois traduit en français, grâce aux éditions Les bons caractères. L’auteur le publia en 1897-98.

Ce livre d’une érudition sans faille est l’histoire de la lente gestation puis du développement progressif du socialisme allemand à la fin du XIXe siècle, dans une nation qui se crée, rappelons-le, comme Empire fédéral suite à la guerre de 1871. Franz Mehring alterne, dans ses vingt-sept chapitres (répartis en quatre « livres »), les récits sur les différentes étapes qui mènent de l’Association générale des travailleurs allemands (ADAV), fondée en mai 1863 au Parti ouvrier socialiste d’Allemagne (mai 1875) puis à l’expansion de ce parti malgré les lois anti-socialistes du chancelier Bismarck, avec ceux concernant la création cet l’État-nation, et les diverses contradictions qui traversent la classe au pouvoir. Celle-ci est partagée entre la caste des junkers et des hobereaux, le regard toujours tourné vers leur passé féodal et la moderne bourgeoisie tournée vers l’avenir et les immenses potentialités offertes par le mode de production capitaliste. L’auteur, n’oubliant sans doute pas que cet ouvrage fut une commande de son parti, fait aussi très souvent œuvre de pédagogue marxiste, comme lorsqu’il résume, avec brio, Le Capital de Karl Marx (p. 303 et suivantes). Cet éloge du rôle historique éminemment progressiste des machines – qui ne manquera pas de heurter maints lecteurs de ce début de IIIe millénaire, habitués à considérer le machinisme et le progrès scientifique uniquement sous leurs aspects négatifs voire mortifères – est significatif, dès lors : « La machine, qui ravale l’ouvrier au rang de simple appendice d’elle-même, crée en même temps la possibilité d’accroître les forces productrices de la société à un niveau élevé, qui offrira à tous (…) les mêmes chances de développer leurs potentialités humaines, chances que toutes les formes antérieures de sociétés, trop pauvres, ne pouvaient offrir » (p. 308).

Bien que n’ayant pas vécu de l’intérieur toutes ces étapes – Franz Mehring ne devient marxiste et militant socialiste que dans les années 1883-1889, soit à la fin de la période de son Histoire – il les retrace avec brio, minutie, force détails et une connaissance complète des actes ou des écrits de chacun des protagonistes du socialisme allemand, de Ferdinand Lassalle à August Bebel, en passant par Johan Most et Joseph Dietzgen « le philosophe du prolétariat » (p. 316), le seul à avoir « accédé à la compréhension du matérialisme historique » (p. 441). Pour l’auteur, Ferdinand Lassalle, dans les conditions historiques de l’époque, est le pionnier dont la classe ouvrière avait besoin, pour lui donner la compréhension de ses actes (p. 87). En règle générale, l’approche très favorable et donc relativement peu critique de Ferdinand Lassalle (sur une centaine de pages), militant et théoricien plutôt durement étrillé par Karl Marx, suscitera sans doute quelques débats … Franz Mehring rapporte avec justesse les conditions difficiles des débuts de l’ADAV, à peine un petit millier d’adhérents en 1863 (p. 118), beaucoup d’ouvriers mettant alors leur confiance en un parti bourgeois progressiste. Néanmoins, graduellement, par le biais des grèves, qui prennent de plus en plus d’importance au fur et à mesure que l’industrialisation s’accélère, des premiers syndicats et de la presse, le socialisme allemand progresse et ce malgré ses deux fractions antagoniques, l’ADAV (les « lassalliens ») et des scissionnistes de celle-ci, qui avec Auguste Bebel et Wilhelm Liebknecht créent le Parti social-démocrate en 1869 à Eisenach, d’où leur surnom d’« eisenachiens ». L’unification se concrétise en 1875, au fameux Congrès de Gotha, avec un programme (commenté avec sévérité par Karl Marx dans Critique du Programme de Gotha) et un journal commun, Vorwärts (En Avant !). Les lois anti-socialistes du chancelier Bismarck, entre 1878 et 1890, favorisées par deux attentats d’inspiration anarchiste conte l’empereur (mai et juin 1878) freinent considérablement, au début, la construction du parti. Il est interdit, comme ses principaux organes de presse (deux journaux sont alors fondés, l’un à Londres, le Freiheit (Liberté) de Johan Most et le Sozialdemokrat en Suisse) et ses militants sont pourchassés, emprisonnés ou s’exilent aux États-Unis, où ils jouent un rôle majeur dans l’établissement du socialisme. La répression ne réussit finalement qu’à souder encore plus les forces ouvrières et militantes autour du parti. En 1890, la social-démocratie allemande sort renforcée de cette épreuve, adopte un programme marxiste au Congrès d’Erfurt (1891) et connaît alors de réelles victoires électorales : 1 787 000 suffrages en 1893.

Franz Mehring nous livre ici une connaissance aiguë des rapports de forces historiques à l’œuvre dans cette Allemagne en pleine mutation. Son style, souvent lyrique et parfois grandiloquent, accompagne une culture classique, apanage des élites bourgeoises européennes du XIXe siècle, qui ne se dément jamais. Indéniablement, cet historien, dont Rosa Luxemburg salua l’esprit, le talent et la force de caractère, sait ce qu’écrire veut dire. Parcourant une courte distance, somme toute, entre les débuts et l’apogée du socialisme allemand, Franz Mehring produit néanmoins une immense fresque, qui peut aussi bien se contempler de loin que s’examiner à la loupe, comme il le suggère à la fin de son livre (p. 723). Son récit engagé doit pourtant être croisé avec d’autres études, ne serait-ce que pour contrebalancer son approche totalement négative du mouvement anarchiste, réduit à du « socialisme apolitique », du sectarisme ou des tentations putschistes et terroristes (p. 438) et sa condamnation sans nuances du groupe autour de Johan Most, dont le journal n’est selon lui qu’ « un absurde bouillonnement de rage » (p. 574). Bien qu’accompagné d’une introduction qui contextualise rapidement les événements, et de quelques éléments politiques sur la période concernée (partis, vocabulaire), il nous semble que cet ouvrage souffre pourtant de l’absence d’un appareil critique plus conséquent. Il est vrai que cela aurait pour conséquence d’alourdir encore un ouvrage déjà fort copieux. On peut néanmoins se poser la question suivante : tel quel ou encore plus volumineux, à un prix de vente élevé, à quel lectorat est-il destiné ? Si l’on excepte les historiens du mouvement ouvrier et socialiste (au sens large) pour qui la traduction d’un ouvrage de référence, paru il y a près de 120 ans, constitue une aubaine, quid du grand public, voire du lectorat militant que les éditions des bons caractères souhaitent atteindre ? Il s’agit pourtant d’un document historique de première importance, sur la période héroïque de la social-démocratie, prélude à ce que Kostas Papaioannou n’a pas craint de nommer « l’âge d’or de la pensée marxiste »3, caractérisé par la recherche, l’érudition et « la science appliquée à tous les domaines de l’activité humaine », comme August Bebel aimait à le proclamer4. Ce livre de Mehring en est un bel exemple.

1Un certain nombre de remarques de Georges Ubbiali m’ont été utiles pour ce compte rendu.

2Lire la recension de son ouvrage La social-démocratie sous Bismarck. Histoire d’un mouvement qui changea l’Allemagne (L’Harmattan, 2013) en parallèle, sur ce blog, cette semaine. (13 février 2014)

3Kostas Papaioannou, Marx et les marxistes, Paris, Flammarion, coll. « Science », 1972, p. 234.

4Ibidem.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.