ZAD partout. Zone à défendre à Notre-Dame-des-Landes. Textes et images, Paris, L’insomniaque, 2013, 142 pages, 15 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il s’agit d’un recueil d’images et de textes en provenance de la ZAD du lieu envisagé pour devenir le nouvel aéroport de Nantes, situé à Notre-Dame-des-Landes. Ce livre ne prétend donc pas proposer une analyse du conflit suscité par ce grand projet, mais plutôt d’offrir un point de vue, celui du courant le plus radical, ou tout au moins qui s’affirme et se revendique de ce qu’on nomme de plus en plus communément la « radicalité ». Laquelle radicalité s’illustre précisément dans la ZAD. Concrètement, la ZAD se manifeste par l’occupation d’une partie des terres destinées à la construction du futur aéroport. Sur ces terres, chèrement défendues (une certaine dimension proprement « militaire » du rapport de force s’affirme au long du livre, dont témoignent aussi bien les photos des affrontements avec la police, que des textes1), des communautés s’efforcent, par la remise en culture des terres en friche, de défendre un projet de vie alternatif. Comme le présente l’éditeur, c’est un processus de « communisation qui s’y dessine à tâtons (même si il ) n’atteint pas donc pas – et c’est heureux – à l’inaccessible harmonies des utopies clés en main » (p. 9). Le livre magnifie donc les actes de résistance, dont il est précisé qu’ils sont « à deux doigts de bouter Vinci hors de Notre-Dame-des-Landes » (p. 9). Il faut souligner l’excellente qualité des photos, dessins, graphiques, insérés dans une maquette très bien faite, imprimé sur papier glacé, qualité qui participe au plaisir de lire l’ouvrage. Certains textes peuvent prétendre à une résonance quelque peu situationniste : on pense notamment à celui du 23 janvier, intitulé « De boue : les damnés de la terre », manifestation d’une certaine appropriation culturelle de ses auteurs. On rit même franchement à la mise en scène de la photo de Zadistes ultra-légumes, parodiant un commando du FLNC (nationalistes corses), avec des potirons et autres courges en lieu et place d’armes. Ce livre manifeste donc des capacités d’innovation de ces « zadistes », usant de méthodes renouvelées et inusitées de lutte pour s’opposer à ces « grands projets inutiles ». En revanche, les auteurs manquent de recul critique pour analyser leur lutte. En effet, ils ne se posent pas la question de savoir si le ton décalé des textes, l’invention d’une nouvelle vie collective et communautaire par le retour à la terre soient suffisants, et surtout efficaces, pour faire plier l’État, les collectivités locales et l’entreprise Vinci. L’autorisation donnée par la justice de reprise des travaux à NDDL, en début d’année 2014, risque sans doute de provoquer de nouveaux affrontements et une poursuite de la lutte. En attendant, ce livre permet de découvrir une forme de résistance qui mérite d’être connue. Les bénéfices du livre sont destinés à financer les activités de la ZAD, ce qui ne peut manquer d’inciter les sympathisants de ce combat à acquérir ce livre.

1Ainsi le lecteur découvrira une fiche technique lui permettant de construire, de ses propres mains, un lance-pierre … (p. 91)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.