André Henry, L’épopée des verriers du pays noir, Liège, édition Luc Pire, 2014, 208 pages, 19 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cette autobiographie d’une figure du mouvement ouvrier belge, écrite dans un style informel, entend répondre au manque d’une véritable mémoire historique dont souffre la classe ouvrière, comme le rappelle Pierre Tilly dans la préface, et constitue « une chronique de la lutte des classes » (p. 15). Issu d’une famille ouvrière dont le père était trotskyste, André Henry (né en 1938), fut tout à la fois un militant de la Quatrième internationale, un délégué syndical (de 1971 à 1983) et l’un des principaux leaders des vagues de grèves qui secouèrent la Belgique dans les années 1970.

André Henry rejoint, dès 1954, comme manœuvre, l’usine verrière de Gilly, ironiquement appelée La Discipline. S’il a participé à la « Grève du siècle » (hiver 1960-1961), le livre se concentre sur son expérience de délégué syndical et sur les combats qu’il mena durant cette période. Il revient ainsi longuement sur la série de grèves mises en œuvre à partir de 1972. Celles-ci furent une réponse à la concentration industrielle et aux tentatives de « rationalisation » des emplois dans la région de Charleroi entraînées par l’absorption de Glaverbel par BSN. À partir de là et jusqu’à la fin de la décennie, les ouvriers furent régulièrement mobilisés, multipliant les débrayages, les occupations et les manifestations. Ainsi, plus de 4.000 travailleurs sont en grève et occupent leurs usines pendant trois semaines en mai 1974. À plusieurs reprises d’ailleurs, ces mouvements acquièrent une dimension nationale, voire internationale, comme lors de la manifestation à Paris du 17 février 1975 où plusieurs centaines d’ouvriers belges rejoints par des délégations françaises et allemandes, occupent le siège de la multinationale.

André Henry revient sur sa conception d’un « syndicalisme de combat », en tentant de mettre en évidence les formes originales de luttes qui se développèrent alors. Le mandat syndical des délégués appartenait ainsi à l’assemblée des travailleurs, tandis que les grèves s’accompagnaient d’occupations d’usines et de la mise en avant des notions (entre autres) de contrôle ouvrier et de réforme des structures. Les tensions et conflits avec l’appareil syndical socialiste découlent de cette conception de la lutte ainsi que du lien étroit du syndicat avec le Parti socialiste belge (PSB) : « je mesure aujourd’hui à quel point l’entrée du PSB au gouvernement [1977] pour gérer la crise capitaliste a mis les directions syndicales sous pression, au point de les amener à faire le sale boulot » (p. 142). Et, plus loin : « la logique [des gouvernements] est toujours la même : en créant un climat favorable aux investisseurs, on va créer de l’emploi. Mais cette paix n’est pas la même pour tout le monde » (p. 186-187). Le récit de ces luttes est aussi l’occasion pour l’auteur de revenir sur des anecdotes, plus ou moins savoureuses – comme par exemple son arrivée en jaguar à une négociation, « manière de dire que nous, ouvriers, nous valions autant que tous ces Messieurs, et de nous moquer de leurs manières » (p. 175) –, sur les dessous des négociations et pressions.

Il est dommage cependant qu’un regard « anthropologique » ne soit pas plus développé : sur les divisions entre travailleurs (p. 69), l’impact de l’exploitation sur les familles (page 84), l’esprit de fête lié à certaines manifestations… De même, le positionnement « gauchiste » du mouvement chrétien en 1975 au regard des organisations socialistes est mentionné sans autre explication des dynamiques contradictoires alors à l’œuvre (p. 122-123). Enfin, les régulières références didactiques aux revendications trotskystes peuvent lasser. Notons que le livre dispose d’un cahier central exposant une série de photos.

À l’heure où, comme le rappelle l’auteur, le syndicat socialiste de Charleroi a appelé à un rassemblement à gauche des partis socialiste et écologique, et alors que, pour la première fois depuis longtemps, une plate-forme à la gauche de la gauche s’est constituée en Belgique en vue des prochaines élections1, ce livre résonne d’une actualité particulière. Mais cette actualité se retrouve également au regard de la « chasse aux chômeurs » aujourd’hui en Belgique. Ainsi, André Henry écrit que lorsqu’ils furent licenciés, ils se bâtirent « pour décider (…) du contenu de la formation et de la manière dont elle se déroulerait » par l’ONEM (l’équivalent de l’ANPE en France) et adoptèrent même « en assemblée un contre-règlement d’ordre intérieur » (p. 167-169). Certes, au bout du compte, l’usine ferma et depuis plus de trente ans la rationalisation bat son plein, mais seules ces années de luttes ont pu freiner et bloquer partiellement cette reconfiguration du libéralisme économique. Et André Henry d’en tirer la leçon : « avec nos revendications et nos victoires, nous avons innové sur beaucoup de plans. À l’époque, il s’agissait de grandes victoires pour le mouvement ouvrier tout entier. Mais, sans vigilance permanente, le gouvernement et les patrons ont vite récupéré les droits acquis pour les retourner à l’avantage des intérêts privés » (p. 183). Cette chronique militante sur les luttes ouvrières belges peut se lire comme document de complément au volume de Dissidences (n° 7) sur « La Belgique sauvage » d’octobre 2009.

1http://www.ptb.be/participer/gauche-douverture.html.


1 réflexion sur « André Henry, L’épopée des verriers du pays noir, Liège, édition Luc Pire, 2014, 208 pages, 19 €. »

  1. louis verheyden

    Malgré le manque de regard “anthropologique” trop faible de certains aspects de la vie ouvrière, j’ai trouvé dans ce livre une anthropologie de la solidarité ouvrière remarquable et par moments très amusante. Les témoignages de de ce type sont trop rares. La grève de Clabecq, celle des dockers anversois de 75, celles des mineurs limbourgeois autour de l’année 70 n’ont pas ou peu laissé des traces sur papier et sont noyées dans nos mémoires par le fleuve de brol et de réclames qui nous est imposé quotidiennement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.