Philippe Videlier, Le Jardin de Bakounine et autres nouvelles de l’Histoire, Paris, Gallimard, collection « Blanche », 2001, 230 pages, 16,77 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Avant Dîner de gala1, son roman sur la transformation maoïste de la Chine, l’historien2 Philippe Videlier avait publié un recueil de dix nouvelles, dans une optique relativement proche de celle de Paco Ignacio Taibo II dans Archanges : douze histoires de révolutionnaires sans révolution possible3. Les dix récits rassemblés sont en effet tous centrés sur quelques figures des mouvements révolutionnaires des XIXe et XXe siècles, basés sur des données historiques authentiques, et partageant quelques similitudes fortes. D’abord, un goût pour un léger humour pince-sans-rire4 et un sens du cocasse, qui se manifeste souvent dans des chutes singulières, comme des pieds de nez adressés à l’histoire académique. Ensuite, et c’est peut-être là le point essentiel, un trait appuyé mettant en avant l’humanité de ces révolutionnaires, leur condition tragique, comme un contrepoint aux portraits monstrueux encouragés par une certaine historiographie. A cet égard, « La Barbe du prophète » possède une valeur exemplaire, puisqu’en se dépouillant de ce qui était devenu un véritable emblème, Marx donne l’impression de se mettre véritablement à nu, l’homme sous le masque du combattant. La solitude, la trahison, la maladie (celle de Marx ou l’asthme de Guevara), jusqu’à l’assassinat (celui de Juan Antonio Mella, par exemple), sont autant d’illustrations des avanies vécues par ces personnalités, de ces « vies ordinaires de gens extraordinaires », pour retourner un titre du romancier Fabrice Colin5.

Le premier de ses personnages est aussi un des moins connus : la vie de Victoria Woodhull, native des États-Unis, est un étonnant patchwork, reflet des bigarrures de son époque, puisque issue d’un milieu d’alcooliques et d’escrocs, elle devient féministe militante, mais également banquière, spirite convaincue et soutenue un temps par Cornelius Vanderbilt, tout en étant la première traductrice en son pays du Manifeste du parti communiste. Le récit, qui se termine avec la déconfiture de sa candidature à l’élection présidentielle de 1872 en tant que manifestation d’un puritanisme outrancier, souffre cependant d’un caractère bien trop descriptif, ne laissant pas véritablement s’exprimer le style et la personnalité de l’auteur. C’est un défaut similaire qui touche « La Barbe du prophète », alourdi par ses descriptions érudites du climat du littoral algérien, même si on peut voir dans la profusion de développements géographiques ou contextuels un contraste voulu avec l’évanescence d’un homme parvenu au crépuscule de son existence… Pour Bakounine, dont la nouvelle donne son titre au recueil, c’est l’énergie révolutionnaire, la révolution comme fin plus que comme moyen, qui donne son souffle au personnage, ce qui amène Philippe Videlier à privilégier les soucis d’argent de l’anarchiste russe au détriment de ses idées, pratiquement transparentes. Pour Eleanor Marx, une des trois filles de Karl Marx, c’est le parallèle avec Emma Bovary qui intéresse Philippe Videlier, d’autant qu’Eleanor fut la traductrice de Madame Bovary : « Le Chagrin d’Eleanor » est en effet centré sur les affaires de cœur et de corps, se terminant par son suicide.

Parmi les nouvelles les plus réussies, il convient de citer absolument « Les Échecs de Lénine » et « La Tête de Pancho Villa ». La seconde est une mise en scène rythmée et amusante de la complexité de la révolution mexicaine, jusqu’à une mise en abyme via le cinéma, au risque toutefois de personnaliser excessivement des mouvements plus profonds. La première ose davantage se confronter aux idées politiques. S’ouvrant sur l’œuvre méconnue d’Alexandre Bogdanov romancier de science-fiction6 – une figure véritablement hors norme –, elle mêle débats théoriques autour des « constructeurs de Dieu » et de Matérialisme et empiriocriticisme7 avec un humour prégnant et subtil, convoquant les mêmes personnages que sur la célèbre photographie prise chez Maxime Gorki à Capri, lors d’une partie d’échecs entre Lénine et Bogdanov8 ; la victoire de ce dernier est-elle un clin d’œil à l’émergence post-mortem d’un culte de la personnalité autour de Lénine ? Pour le reste du XXe siècle, ce sont surtout les désillusions politiques qui mènent la plume de Philippe Videlier : l’histoire d’amour entre la photographe Tina Modotti et le communiste cubain Juan Antonio Mella sur fond de lutte de l’opposition de gauche contre l’évolution de l’URSS, le portrait amer de Fidel Castro en tant que symbole de la dégénérescence des espoirs de la révolution cubaine. Quant à Che Guevara, la chute de son texte biographique évoque L’Homme qui aimait les chiens de Leonardo Padura9, dans la mesure où un parallèle semble tracé entre la victime et son meurtrier… Seule la nouvelle sur Ho Chi Minh conclut le recueil par une note nettement plus légère, les épreuves de sa vie étant surmontées par son attrait pour les cigarettes… américaines ! Avec ce recueil, Philippe Videlier confirme que l’histoire des révolutionnaires est une source particulièrement fertile pour la fiction, une manière surtout de nous ramener à leur essence humaine, faite de fragilités, de complexités, loin des images d’Épinal et des postures construites par l’historiographie partisane.

1Voir la recension de cet ouvrage par Christian Beuvain sur notre blog, surhttp://dissidences.hypotheses.org/3893

2Il a en particulier écrit sur le Manifeste du parti communiste, avec par exemple Manifestez ! Destin et postérité du « Manifeste communiste », Paris, Syllepse, 2003.

3Prochainement chroniqué sur ce blog.

4« Son père, un boyard éclairé de la province de Tver, tenait de la noblesse des serfs en propriété : mille âmes sans compter les femmes qui n’en possédaient pas. » (p. 32).

5Fabrice Colin, La Vie extraordinaire des gens ordinaires, Paris, Flammarion, 2010.

6Il écrit en 1908 ce roman L’Etoile rouge. Le manuscrit de Leonide, accessible en ligne (traduction française) sur http://bibliotheque-russe-et-slave.com/Livres/Bogdanov%20-%20L%27Etoile%20rouge.htm. Profitons de cette occasion pour signaler que prochainement, débutera sur notre blog une série de billets consacrés à la science-fiction soviétique, et que Bogdanov fera l’objet d’un épisode.

7Ouvrage philosophique de Lénine, de 1908, qui critique les thèses d’Alexandre Bogdanov et de ses partisans.

8Cette photo ainsi qu’un texte de Lénine condamnant les positions politiques d’Alexandre Bogdanov comme « liquidationnistes » se trouvent sur http://www.marxists.org/francais/lenin/works/1909/09/vil19090911.htm

9 Voir notre analyse conjointe sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/616


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.