Danielle Tartakowsky, Les droites et la rue. Histoire d’une ambivalence de 1880 à nos jours, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2013, 221 pages, 18 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Par cet opus, qui poursuit un travail sur la manifestation entamé de longue date, Danielle Tartakowsky tord le cou à une idée fausse, « selon laquelle la manifestation de rue, quelque nom qu’on lui donne, serait en France consubstantiellement ouvrière et de gauche » (p. 7). La manif pour tous, Jour de colère, s’inscrivent dans une histoire longue, ouverte depuis la victoire des républicains en 1879. La « manif de droite » est inséparable de son homologue de gauche, avec laquelle elle interagit depuis. Comme elle, la droite a une culture manifestante, évanescente dans les mémoires mais présente sur le siècle.

L’auteure fait le choix d’un plan chronologique où se détachent quelques traits marquants du répertoire d’action manifestant des droites. Avant la Grande guerre, manifestations et processions catholiques s’inscrivent sous le sceau du nationalisme. La Première Guerre mondiale vaut là coupure, les manifestations de droite se républicanisent, trouvant dans les commémorations du 14 juillet, du 11 novembre, comme à la fête de Jeanne d’Arc, autant d’occasions pour disputer aux gauches la rue. A ce jeu, l’Action française se montre la plus moderne, la plus inventive, tôt imitée par des groupuscules fascistes. La manifestation, toujours conjuguée au pluriel, se comprend comme un moyen de pression sur les équilibres fragiles des coalitions parlementaires : le Cartel chute ainsi. La manifestation de droite est alors surtout parisienne, la province peinant à mobiliser, sinon sur des appels larges et apolitiques. L’acmé de ce mouvement est bien entendu la manifestation-émeute du 6 février 19341. Dans la mémoire des droites, elle jouit d’un éclat particulier, mais ouvre la voie à un progressif reflux des manifestations de droite : interdiction des ligues, affirmation de la manifestation/souveraineté des gauches, nouvelle législation.

C’est cette mémoire du 6 février que l’on trouve active après-guerre, notamment le 13 mai 1958, ou lors de la « journée des tomates » à Alger en 1956. Le gaullisme, avec sa logique de manifestation/levée en masse, lui fait pièce. Le Général a, par son rôle durant la Seconde Guerre mondiale, pu s’affranchir du cadre parisien : il procure à la droite la possibilité de manifester en province. A Paris, la manifestation du 30 mai 68 vaut affirmation d’une souveraineté nationale, contre le désordre de la chienlit. Le répertoire des droites manifestantes s’est là largement étoffé et, si la droite assiste, dans les années 70, du balcon aux manifestations de la gauche, l’extrême droite renoue à nouveau avec la mémoire émeutière du 6 février. Les combats de 1984 autour de l’école libre réactivent ensuite la part des catholiques dans les manifestations de droite, réactivation qui s’appuie d’ailleurs sur le terreau d’une « alliance » entre le FN et les intégristes de Saint Nicolas du Chardonnet dès la fin de la décennie 70, sur le terreau d’actions manifestantes au répertoire importé des États-Unis contre l’avortement. Il y a sans doute ici, dans ce jeu, l’amorce de la reprise de l’antienne maurassienne sur le pays réel contre le pays légal, que l’on retrouve dans les manifestations d’aujourd’hui largement innervées par la composante catholique. Comme en 1900, en 1920, la France est terre de mission…

Un ouvrage donc à lire, ne serait-ce que pour ce qu’il confond les idées fausses sur une droite qui répugnerait à la manifestation, ne serait-ce que par ce qu’il complète des travaux antérieurs sur la gauche manifestante, la question du pouvoir dans la rue.

1Voir le livre récent de Vincent Chambarlhac et Thierry Hohl, 1934-1946. Un moment antifasciste, Paris, La ville brûle, 2014, les billets de Vincent Chambarlhac, Commémorer le 12 février ? L’historiographie de l’antifascisme aujourd’hui… (sur le blog de Dissidences, http://dissidences.hypotheses.org/4298 ), et Le 9 février 1934, journée rouge, journée sans lendemain ? sur le portail http://anrpaprika.hypotheses.org/1679


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.