Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La Découverte, 2013, 183 pages, 17 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans la perspective des travaux développés par Michel Foucault, Philippe Artières tente dans cet essai « une ethnographie rétrospective » (p. 15) afin d’analyser la construction du regard policier sur l’écriture. Si le livre couvre près d’un siècle d’histoire, il met en avant les événements politiques, qui servirent de catalyseur à cette « police de l’écriture ». Ainsi, au 19e siècle, la Commune puis la vague des attentats anarchistes dans les années 1890, en raison justement de l’irruption et de l’explosion de l’écrit dans le champ public et politique, furent l’objet d’une attention particulière.

Durant l’insurrection communarde, une moyenne de cinq à six affiches par jour furent imprimées, sans compter que l’écrit fut un « levier essentiel de diffusion et de construction de la Commune » (p. 35). L’écrasement de la Commune par les « Versaillais » se poursuivit par une répression et une censure des écrits communards, mais aussi par une surveillance des lieux de mémoire, dont le plus important (la commémoration de la Semaine sanglante de mai 1871), devant le mur des Fédérés, le long du cimetière du Père-Lachaise. Ainsi, l’auteur souligne que les policiers notent les inscriptions sur les couronnes, les suppriment lorsqu’ils les jugent contraires à l’ordre public, et tentent d’estimer leurs effets (« le niveau de dérangement qu’ils produisent », p. 91). À la fin du 19e siècle, pendant les attentats anarchistes, le climat d’effroi est largement alimenté par la presse et par une diffusion de billets menaçant qui imitent la bombe. « Ces lettres de menace sont l’occasion d’invention de mise en pages, d’utilisation des capitales, mais aussi de taches et de ratures » (p. 85).

Cependant, « l’ordinaire » du travail de police de l’écriture se centre sur les cas de suicides, les contentieux lors des héritages, le déchiffrement des petites annonces et, surtout, l’analyse des lettres anonymes, qui trouva en la personne d’Edmond Locard (1877-1966), son spécialiste. Artières s’attarde sur cette figure incontournable, qui utilisa habilement la presse pour son autopromotion. L’affaire Angèle Laval, qui diffusa ses lettres anonymes à Tulle de 1917 à 1922 le rendit célèbre. Néanmoins, selon l’auteur, la Seconde Guerre mondiale marquerait le glissement de la police de l’écriture privée vers une police de l’image photographique et de l’écriture officielle à travers la lutte contre les faux-papiers. Ce glissement correspondrait aux transformations des mécanismes de contrôle et de surveillance au sein de nos sociétés.

L’approche adoptée dans ce livre est intéressante, mais semble parfois un peu forcée, au point de ne pas toujours convaincre. Il est dommage par ailleurs que la question de la lettre anonyme et, plus généralement, de l’anonymat n’ait pas été plus développée et actualisée, en regard par exemple avec l’obsession policière qui s’est manifestée il y a peu dans les tentatives de déterminer l’auteur de L’insurrection qui vient (Paris, 2007).



Citer ce billet
dissidences (2014, 5 mars). Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La Découverte, 2013, 183 pages, 17 €. Dissidences : le blog. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.