Jean-Yves Méreau, Debout les athées de la terre ! Pour une place légale de l’athéisme, Paris, L’Harmattan, 2013, 98 pages, 12 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce petit opuscule, proposé à un prix relativement élevé au vu de la mise en page aérée qui est la sienne, peut être rapproché du récent L’Evangile de l’athée de Michel Bavaud. On y trouve en effet des considérations générales sur les religions ainsi que des propositions plus concrètes. Là où Jean-Yves Méreau se distingue de Michel Bavaud, c’est dans son anticléricalisme assumé et sa défense d’un « athéisme flamboyant » (p. 77). Son objectif, tel qu’il l’énonce lui-même, est de permettre aux athées et apparentés de bénéficier d’une place à part entière dans la société française. Le problème, c’est que son pamphlet navigue entre deux eaux, critique sans concessions des religions existantes et esquisse d’un programme de combat.

Jean-Yves Méreau revendique ainsi une laïcité plus stricte, qui séparerait plus nettement politique et religions, et semble placer sa confiance à gauche, à condition de « restaurer la Gauche athée » (p. 42). Pour ce faire, il considère que l’institution d’un « athéisme d’État » est le seul moyen de garantir une laïcité solide et respectueuse de tous. Il n’est pas difficile de repérer les limites d’un tel raisonnement, qui rejoue en partie les débats sur la loi de séparation des Églises et de l’État : l’association que l’auteur fait entre athéisme et neutralité est déjà discutable1, mais une telle perspective témoigne surtout d’un certain idéalisme républicain, sensible à d’autres endroits du livre2, et qui fait fi d’une appréhension plus globale, voire internationale, des phénomènes.

Pour autant, certaines de ses propositions sont intéressantes, reprenant ou approfondissant une tradition du mouvement ouvrier. Il prône ainsi la mise en place d’un service public de l’éducation, esquissé en 1984, et s’interroge sur la pertinence du financement public des lieux de culte d’avant la loi de 1905. Mais d’autres suggestions apparaissent plus fumeuses ou floues, telle l’instauration dans le calendrier d’un « Jour sans dieu » ou la fin de l’endoctrinement des enfants, qui n’est pas concrètement abordée de front, mais dont on voit mal comment elle pourrait s’appliquer autrement que par l’interdiction de toute cérémonie religieuse avant 18 ans… Il est également surprenant que Jean-Yves Méreau, qui appelle pourtant de ses vœux une prise de conscience collective des athées, ne discute pas, autrement qu’au détour d’une phrase trop laconique (p. 83), des associations athées dont aucune n’est citée, alors qu’il déplore pourtant la profonde solitude de l’athée !

Concernant les diverses critiques qu’il adresse aux religions constituées, elles mêlent vérités connues (l’opposition à la libération des mœurs), moqueries anarchisantes (les remarques pleines de dérision et d’humour sur le Jugement dernier) et simplifications discutables (« La religion est donc un fascisme, un totalitarisme. », p. 37, car elle s’abstrait de la nécessité de la preuve ; l’opposition radicale entre science et religions, qui s’accommode pourtant de bien des arrangements ; les religions fauteuses de guerres ou le judéo-christianisme à l’origine des destructions écologiques3), débouchant sur une vision trop manichéenne des choses (le terrorisme athée inexistant face aux terrorismes religieux, ou la croyance dans le père noël dangereuse car préparant le terrain au « besoin de religion », p. 46 !). Jean-Yves Méreau est pourtant capable de davantage de prudence, comme il le montre sur les thèmes sensibles de l’« islamophobie » ou de l’« islamisation rampante » de la société…

1 D’autant qu’il envisage la mise en place d’une instance représentative des athées, aux côtés de celles des principales religions… (p. 84).

2 La laïcité serait ainsi « (…) dans l’essence de la France, consubstantielle à notre République. » (p.10) ; « Pour nous, pas d’équivoque, la communauté humaine et démocratique de l’État [sous-entendu réellement existant] prévaut. » (p. 70) ; « Alors il est temps que la France, pays des Lumières, allume de nouveau le phare de la Raison (…) » (p. 63).

3 Le catholicisme est à ce titre coupable de rien de moins que l’extermination des Incas ! (p. 47) 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.