Vincent Chambarlhac, Thierry Hohl, 1934-1936. Un moment antifasciste, Paris, La ville brûle, collection “Mouvement réel”, 2014, 142 pages, 15 €.

Un billet de Florent Schoumacher et Frédéric Thomas

Voici un exemple d’un travail analytique de grande rigueur intellectuelle étroitement lié à un engagement politique ; la preuve également de son efficacité. Nourri de l’actualité, ce livre explore la construction de l’antifascisme à partir d’un triple « pas de côté » (p. 8). D’une part, l’étude historique constitue un détour pertinent pour mieux revenir à la situation présente. D’autre part, il s’agit « de faire parler les acteurs », de « prendre au sérieux ce qui se dit » (p. 8-9), afin de rendre à l’antifascisme sa dimension événementielle, de surprise, son caractère « pluriel et dissonant » (page 22). Enfin, le regard opère un dé-centrage en privilégiant « comme lieu d’observation les milieux socialistes, réformistes » (p. 8), et plus spécifiquement l’aile gauche du Parti socialiste-SFIO.

L’originalité de l’approche – qui n’est pas sans rappeler la conception benjaminienne du « narrateur » – est de rendre compte de l’événement, de suivre au plus près son émergence, sa cartographie (les différences et décalages entre Paris et la province), son développement bigarré (dynamique des comités comme « lieu d’énonciation de l’antifascisme tel qu’il peut s’exprimer dans la diversité » (p. 56) ; discussions autour de l’autodéfense ouvrière ; maillage du territoire politique (p. 49)…), puis sa mutation. À rebrousse-poil de l’historiographie dominante, ce livre démonte le travail, de 1934 à 1936, de reconfiguration, codification et normalisation de l’antifascisme. Les auteurs mettent dès lors en avant la primauté du champ social sur l’espace politique. Ainsi, « l’antifascisme des contemporains n’est pas identique à ce que les historiens analysent a posteriori par une lecture très fortement polarisée par le Front populaire (…). Au rebours de ces lectures, en retrouvant l’événement qu’est le 12 février [1934], l’approche par l’énoncé collectif restitue à l’émergence de ce nouvel antifascisme son épaisseur temporelle. Celle d’une surprise où le social, compris comme espace de relations des gauches, devance le politique, s’affirme intempestif » (p. 45).

Vincent Chambarlhac et Thierry Hohl1 distinguent un premier antifascisme, « pratique politique intempestive » (p. 22), marquée par le verbe et le geste, irritant les appareils politiques tant socialistes que communistes, d’un second antifascisme, traduit et structuré par le Front populaire. Le premier « disparaît comme champ d’expérience pour la majorité des organisations nationales, mais demeure pour les minorités révolutionnaires un horizon d’attente » (p. 94). Dans cette mutation, « le défilé du 14 juillet 1935 représente un moment décisif » (p. 106). Du premier au second, de la primauté de la dynamique politique institutionnelle sur l’expérimentation sociale, s’est perdu le caractère révolutionnaire de l’antifascisme, qui prévalait jusqu’en 1934. L’antifascisme se réduit alors aux proportions congrues « de la défense des libertés publiques au sein de la République et de la nation » (p. 72).

Le livre est soutenu par une thèse forte, argumentée de façon serrée. Au recentrage sur l’espace social correspond le ciblage sur l’aile gauche des socialistes. Celle-ci constituerait en effet selon les auteurs « un lieu adéquat » (p. 18) pour appréhender les transformations de l’antifascisme, en tant qu’« espace des dissidences de gauches et du dialogue avec le PCF » (p. 18) et « pôle apte à configurer, sinon des accords, à tout le moins un espace de discussion pour l’ensemble des minorités révolutionnaires dissidentes du mouvement communiste » (p. 61).

Le choix du montage documentaire, la cartographie et l’appareil critique finissent de donner à cet essai son efficacité. Tout juste, regrettera-t-on que ne soient pas plus discutée la dialectique « des deux composantes de l’antifascisme que sont la défense de la démocratie et la révolution » (p. 35), la défense des principes républicains, fusse contre le régime républicain lui-même, tant la distinction entre principes et régime demeure problématique, et le lien entre défense de la démocratie et révolution contradictoire. De même, aurait-on aimé que soit plus développé l’accusation de « blanquisme » (p. 65 et 97) envers la gauche socialiste, tant cet argument continue d’opérer aujourd’hui pour disqualifier certains courants d’ultra-gauche.

Aujourd’hui que l’appel à la rue en France est passé « de l’insurrection à la commémoration » (p. 109), voire a été réapproprié par un nouveau cycle violent de l’extrême droite2, comment recouvrer « l’image de cette foule, à la fois très décidée à une éventuelle bagarre et fort joyeuse » ayant « le sentiment d’avoir gardé la maîtrise du terrain » (p. 56-57) ? Sans pouvoir y répondre, les auteurs n’en avancent pas moins quelques pistes stratégiques en fonction de l’occupation de l’espace publique, de l’émotion et d’une pratique intempestive du politique. « L’antifascisme est alors, au revers des interprétations en manipulation, l’investissement de l’espace public, des rues et des places pour donner une visibilité à ce qui n’est pas immédiatement normé, à savoir l’émotion devant le danger, l’émotion devant l’inacceptable, fusse celui-ci dédiabolisé » (p. 128).

1Tous deux membres du comité de rédaction de Dissidences, ils ont notamment co-dirigé une Histoire documentaire du parti socialiste aux éditions universitaires dijonnaises, et Thierry Hohl est en outre l’auteur chez le même éditeur de À gauche ! La gauche socialiste de 1920 à 1947.

2« La manifestation du 6 février s’enracine dans un cycle violent – et ressenti comme tel – de l’extrême droite à Paris » (p. 23).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.