Daniel Aïache, La révolution défaite. Les groupements révolutionnaires parisiens face à la révolution espagnole, Paris, Noir et rouge, 2013, 130 pages, 16 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Comme son sous-titre l’indique, cet ouvrage se propose d’analyser la manière dont les groupes révolutionnaires français se sont positionnés face à la révolution espagnole. Basé quasi uniquement sur une littérature de seconde main (comme l’atteste la place des archives dans la bibliographie) et sur le dépouillement de la presse, cet ouvrage représente une bonne et utile synthèse sur la réception du mouvement espagnol dans les étroits cercles d’extrême gauche français au moment du Front populaire. Le propos se déploie en trois temps. Dans une première partie, l’auteur propose un portrait de ce milieu révolutionnaire parisien dans ses différentes composantes, ainsi qu’en Espagne. Si outre-Pyrénées, le mouvement libertaire occupe une place prépondérante (CNT et FAI), en revanche, dans l’hexagone le mouvement anarchiste est confidentiel. En outre, il est émietté entre différentes organisations, qui ne cultivent pas particulièrement le sens de l’unité. L’Union Anarchiste (UA) constitue le pilier de ce milieu anarchiste, auquel il faut ajouter la CGT-SR et la FAF. Le POUM n’a pas réellement de correspondant en France, même s’il cultive une certaine proximité avec les organisations trotskystes ou la gauche socialiste de Marceau Pivert. A ces milieux, il faut ajouter des revues comme Critique sociale, La Révolution prolétarienne et les intellectuels et artistes révolutionnaire (Simone Weil, les surréalistes…). Dans un premier temps, ces minorités s’enthousiasment pour le mouvement révolutionnaire qui se développe en Espagne, même si le poids du pacifisme divise fortement l’élan de solidarité. On retrouve ainsi des révolutionnaires (autour de Marceau Pivert par exemple, ou, plus étonnant Simone Weil, qui tout en partant combattre en Espagne soutient la non-intervention1) qui soutiennent la position de Léon Blum de ne pas intervenir en Espagne, au nom du refus de l’extension de la guerre. Cette place du pacifisme, qui clive donc fortement le mouvement de solidarité, n’empêche pas bon nombre de libertaires de partir combattre en Espagne, tandis que fleurissent plusieurs comités visant à rassembler des fonds pour les miliciens espagnols. Un collectif unissant toutes les composantes libertaires est même mis sur pied, mais, très rapidement, les dissensions l’emportent de nouveau. En ce qui concerne les forces combattantes, retenons qu’elles sont bien faibles par rapport à ceux qui partent combattre dans les Brigades internationales (de l’ordre de 10 000 hommes, contre moins de 1 000 hommes pour l’ensemble de l’extrême gauche). En outre, les combattants espagnols pressent leurs camarades français de rester en France pour y développer la propagande, bien plus utile à leurs yeux que l’envoi d’hommes pour le front. Les révolutionnaires français auraient pu jouer un rôle important dans deux aspects : la livraison d’armes pour les milices (avant l’intervention soviétique) et la question de l’indépendance de la zone espagnole au Maroc. Mais ces deux tentatives échouent, pour des raisons différentes.

Très rapidement, la place subordonnée du processus révolutionnaire en Espagne par rapport à la stratégie antifasciste, impliquant l’union de toutes les forces républicaines, tend les relations entre les révolutionnaires français et leurs homologues espagnols. La politique de la CNT de désarmer les milices, de contenir la révolution fait l’objet de très vives critiques de ce côté-ci des Pyrénées. Cette divergence d’appréciation amène même la CNT espagnole à supprimer les financements qu’elle accordait pour l’édition de journaux favorables à la cause espagnole en France. Certains libertaires, tel André Prudhommeaux, analysent la position des libertaires espagnols comme une trahison de la révolution. L’Union anarchiste devient le pivot de la politique « front populiste » de la CNT dans l’hexagone, provoquant une scission dans le mouvement libertaire de solidarité, avec au cœur, l’appréciation de la politique de la CNT et de la FAI. Daniel Aïache fait œuvre utile en rappelant combien les libertaires se sont montrés critiques à l’égard des Espagnols. Le cas de Pierre Besnard est particulièrement significatif (lire p. 93 et suivantes le rapport que ce dernier a préparé pour le congrès extraordinaire de l’AIT de décembre 1937, qui constitue une pièce particulièrement virulente contre l’action cénétiste). L’évocation du livre s’arrête en 1937, après la répression stalinienne et l’assassinat de Andres Nin, Camillo Berneri ou Kurt Landau. On regrettera la conclusion, centrée sur la réaction des intellectuels (Bataille, Weil, Souvarine) qui laisse de côté l’analyse des composantes organisées. Malgré les quelques limites soulevées ici, cet ouvrage fait œuvre utile en rappelant la gravité des divergences qui se sont fait jour en parallèle du développement historique du mouvement espagnol. Fort de leur soutien, les anarchistes français de cette période (du moins une partie significative d’entre eux) se sont fortement démarqués de l’action conduite au nom de leur idéologie en Espagne, loin des commémorations a-critiques qui fleurissent de nos jours sur la révolution espagnole.

1Daniel Aïache cite ainsi un texte de Simone Weil (note 35, p. 62) où cette dernière déclare : « C’est que je me refuse pour mon compte personnel à sacrifier délibérément la paix, même lorsqu’il s’agit de sauver un peuple révolutionnaire menacé d’extermination ». 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *