Louis Janover, Surréalisme et situationnistes au rendez-vous des avant-gardes, Clamecy, Sens & Tonka, 2013, 209 pages, 22,50 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Louis Janover est l’auteur de La révolution surréaliste (Pluriel, 1989) où, de manière parfois polémique, il interrogeait néanmoins radicalement le lien entre poésie et politique au sein du surréalisme, offrant d’intéressantes réflexions et réévaluations (notamment quant au rôle d’Artaud). Depuis lors, il a écrit de nombreux ouvrages dont Tombeau pour le repos des avant-gardes (Sulliver, 2005).

Ce livre-ci reprend l’argumentation générale développée dans les ouvrages précédents en apportant quelques éléments nouveaux. Ainsi, ces critiques stimulantes sur la « finalité éthique du surréalisme » (p. 57), l’analyse de classe de l’Internationale situationniste (p. 65, 176-177) avaient déjà été formulées. Il renouvelle par contre son approche, en faisant de la révolte un objet patrimonial de l’art et de la subversion avant-gardiste une donnée inhérente au marché de l’art, si bien qu’elle « pèse sur les esprits et les mœurs comme le fit hier l’Ordre moral » (p. 193). De même, il opère une distinction nette entre subversion et insurrection, notamment à partir de Stirner (p. 138), d’une part, et révolution, d’autre part, regrettant que l’avant-garde se soit coupée de l’expérience du mouvement ouvrier, pour mettre en avant une conception prétendument plus totale et radicale de la révolution – la subversion – qui, dans les faits, se cantonne au domaine culturel. De plus, il avance que la création d’œuvres par les surréalistes – création refusée par les situationnistes –, les affranchissait partiellement d’une dépendance des milieux sociaux-culturels dont dépend toute avant-garde. Enfin, il affirme que le malentendu réside dans « l’opposition art-loisirs versus travail » (p. 31).

Malheureusement, ces éléments neufs sont plus assénés qu’argumentés et développés, sans que ne soient mis en avant ce que serait une critique du travail qui ne reproduirait pas le malentendu. La critique, trop globale, manque de nuance. Elle n’offre par ailleurs pas de définition de l’avant-garde ou de l’ultra-gauche, ni une historisation des mouvements surréaliste et situationniste. L’analyse flirte dès lors avec une vision téléologique – pourtant l’un des griefs de Louis Janover à l’égard des situationnistes – faisant de la mode actuelle (relative tout de même, quoi qu’en dise l’auteur) du situationnisme la prédestination du mouvement : ils voulaient « arriver » et ils y sont parvenus… Emporté par son élan polémique, l’auteur en vient à des raccourcis (le retour situationniste à Dada par-dessus le surréalisme est axé sur le dada « politique » allemand et non sur une valorisation du dadaïsme parisien), à des affirmations problématiques – parler de « flamme saint-simonienne » (p. 41) à propos de la critique du travail de Rimbaud est inapproprié –, à des appréciations infondées – le conseillisme a bien joué un rôle au sein de Socialisme ou Barbarie, groupe un temps fréquenté par Guy Debord et dont celui-ci s’inspira ; ce qui n’empêche pas que Guy Debord ait pu également s’inspirer des travaux de Maximilien Rubel sur le sujet – et à un réductionnisme : Mai 68 devenant principalement aux yeux de l’auteur la manifestation d’une intelligentsia contestataire, évacuant de fait la grève ouvrière. De plus, le style post-situ est répétitif et lassant (alors même que l’auteur entend rejeter cette forme), l’usage abusif de catégories de « feinte-dissidence » et de « subversif-conforme » – sans jamais là non plus expliquer, à partir de cas concrets, ce que seraient une dissidence réelle et une subversion in-conforme – finissent de rendre la lecture fastidieuse. C’est d’autant plus dommage que la critique du situationnisme revêt un enjeu important aujourd’hui et que l’auteur a déjà dégagé quelques pistes théoriques pertinentes. Une réédition (accompagné d’un appareil critique et d’une introduction) des numéros de la revue surréaliste dissidente Front noir (1964-1969), à laquelle l’auteur a participé, serait plus opportune que le ressassement des mêmes analyses critiques d’un livre à l’autre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.