Delphine Le Lay, Alexis Horellou, Plogoff, Paris, Delcourt, collection « Encrages », 2013, 190 pages, 15 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après plusieurs publications (académique1, militante2, cinématographique3) sur la mobilisation antinucléaire de Plogoff, c’est au tour de la bande dessinée de s’emparer du thème. Rappelons que Plogoff est une commune de la pointe du Raz, en Bretagne, retenue pour y construire une centrale nucléaire. De 1976 à 1981 les villageois se mobilisent contre la construction de cette centrale, avec un moment fort lors de l’enquête d’utilité publique contre laquelle une forte mobilisation se développe, incitant les pouvoirs publics à envoyer des gardes mobiles, relayés par des parachutistes, tandis que les habitants usent de cailloux et de lance-pierres. La victoire électorale de François Mitterrand en 1981 sonne l’heure de la victoire puisque l’abandon de la construction de la centrale faisait partie des 101 propositions du candidat socialiste. L’histoire est fort bien documentée (ainsi que les éléments de bibliographie cités ci-dessous, complétés par ceux proposés en fin d’ouvrage), tendent à le montrer. Bien sûr, le scénario proposé par Delphine Le Lay, permet de suivre l’affaire au fil des mois et des années. Mais l’intérêt de ne se limite pas à la production d’une version dessinée de l’histoire (ce qui serait assez restrictif), mais bien de proposer au lecteur un autre mode de lecture de l’événement. Ce qui surprend de prime abord, c’est le choix du noir/gris/blanc par Alexis Horellou pour raconter ce récit. Si la couverture est d’un rouge flamboyant, le dessin se déploie en quasi sépia. Ce choix esthétique étonne, puis convainc. L’histoire est racontée à partir du récit qu’en font les participants, au moins certains d’entre eux qui occupent le centre de l’album. Un peu comme un journaliste (ou un ethnographe) qui pourrait pénétrer dans tous les lieux de l’action, le dessin permet de rendre ce combat quasi-charnel. Il fait ressentir la disproportion entre les moyens de l’État pour développer son activité et ceux déployés pour résister, rendant presque palpable l’intensité de l’action collective. De ce point de vue, même si l’on aurait apprécié ici ou là un trait un peu plus assuré, ce livre permet d’enrichir la connaissance sensible de cette lutte. Il permet de saisir le temps qui passe, la chaleur et la densité des relations qui unissent la population face à la brutalité de la raison étatique. La citation du président de l’époque, Valéry Giscard D’Estaing, reproduite en quatrième de couverture (« Il ne saurait être question d’imposer aux Français un programme électronucléaire auquel ils seraient profondément opposés après avoir été complètement informés »), peut apparaître comme une ultime ruse de la domination de l’État et des instances techno-industrielles dont il accompagne le développement.

1Gilles Simon, Ploggoff. L’apprentissage de la mobilisation, Rennes, PUR, 2010.

2Renée Conan, Anne Laurent, Les femmes de Plogoff, Quimper, La Digitale, 2010 [première édition en 1981].

3Nicole Le Garrec, Des pierres contre des fusils, DVD, 2010. Notons que Nicole Le Garrec et Félix Le Garrec préfacent l’album de Delphine Le Lay et Alexis Horellou.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *