David Gouard, La banlieue rouge. Ceux qui restent et ce qui change, Bordeaux, Le bord de l’eau, 2014, 240 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

David Gouard a soutenu en 2012 sa thèse de science politique qui fait l’objet de l’édition, remaniée, de ce livre. L’auteur s’interroge, à partir d’une monographie de la ville d’Ivry-sur-Seine, sur ce qui se modifie dans l’offre de représentation du Parti communiste français dans la banlieue « rouge ». Son propos se déploie en trois grandes parties. Dans un premier temps, sur la base des travaux existants, il explique ce qui demeure des territoires communistes en banlieue. La domination communiste sur ces territoires s’est largement émoussée au fil des décennies, et singulièrement depuis le début des années 1980. En ce qui concerne la ville d’Ivry, qui demeure un bastion du PCF, il constate un fait paradoxal. A savoir que l’influence communiste tend à se resserrer sur le centre ville (la cité Thorez), au détriment d’un quartier populaire comme la cité Gagarine. Ce constat l’amène, dans une seconde partie, à analyser les raisons qui font que les milieux populaires se détournent du PCF, tandis que le centre ville, plus « bourgeois », continue, lui, d’alimenter le vote communiste. La raison réside, selon l’auteur, dans le renouvellement démographique de la cité Gagarine, accueillant une population de plus en plus précarisée, marquée par les flux migratoires et qui se détourne largement de tout engagement politique. David Gouard montre qu’une rupture s’instaure entre le Parti et ces populations issues de l’immigration. Le cas de Mehdy constitue de ce point de vue une illustration parfaite de cette césure qui s’instaure entre l’autorité politique communiste et les aspirations d’une partie de la jeunesse des cités. Mehdy est un jeune qui se lance en politique, défiant le PCF, se revendiquant de gauche (même si cette dénomination est fluctuante, passant des Verts au NPA), tout en demeurant en marge des partis constitués. Mehdy finit par rejoindre la liste conduite par le PCF, mais sans marquer particulièrement d’affection ou de fidélité à cette étiquette, démontrant ainsi la grande difficulté pour les communistes à s’attacher, par delà la personne de Mehdy, la reconnaissance de fractions de la jeunesse des banlieues1. A contrario de ce qui se passe dans la cité Gagarine, le centre ville constitue un bastion du communisme municipal. La concentration d’employés municipaux, de salariés associatifs dépendant de la mairie, de l’appareil communiste et syndical, permet la perpétuation d’un entre-soi (« un nid de communistes ») rassurant, soutien indéfectible à la mairie. Un véritable « communisme de voisinage » comme l’appelle l’auteur, permet au PCF de maintenir son influence. Jusqu’à quand ? Les toutes prochaines échéances municipales devraient permettre de fournir une réponse à ce questionnement. En attendant, conclut l’auteur, si la force de ces réseaux croisés permet au Parti de se maintenir dans une ville comme Ivry, rien n’indique que cette configuration puisse s’exporter et amorcer une politique de reconquête municipale. En évacuant le peuple, le PCF ne se donne guère de possibilité de continuer à maintenir son influence sur cette banlieue qui fut la matrice de celle-ci. Le constat auquel aboutit David Gouard n’est guère rassurant pour ce qui subsiste de l’implantation communiste en banlieue.

1Démonstration qu’avait déjà conduit Olivier Masclet dans La gauche et les cités, La Dispute, 2006.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.