Roger Martin, Dernier convoi pour Buchenwald, Paris, Le Cherche-Midi, 2013, 427 pages, 19 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Georges Ubbiali

Avec ce roman du prolifique Roger Martin, le lecteur dispose non seulement d’un polar absolument prenant, mais aussi d’une fiction politique. Sur la déportation politique, il existe bien sûr déjà de nombreux romans de bonne qualité (que l’on songe au KZ. Retour vers l’enfer de Gérard Delteil ou Les orpailleurs de Thierry Jonquet, sur l’extermination des juifs), mais l’épais ouvrage de Roger Martin s’approche plus de Les jours de notre mort, de David Rousset, livre présenté comme un roman par son auteur, mais dont la dimension documentaire éclate à chaque page. Dans Dernier convoi pour Buchenwald, hormis le narrateur, Danglars et quelques autres individus, tous les personnages ont réellement existé. Le livre se présente comme les mémoires d’un certain Robert Danglars1, à la fin de sa vie, se souvenant de son existence pendant la période de l’Occupation. Celui-ci fut un militant, d’abord du PSOP (Parti socialiste ouvrier et paysan, fondé en 1938, scission de la SFIO), le parti de Marceau Pivert, avant la guerre, puis du POI (Parti ouvrier internationaliste, trotskyste) durant la guerre. Il participe aux actions menées à Brest par les trotskystes rassemblé autour de la figure d’André Calvès (Ned dans le livre), qui organisent les contacts avec les soldats allemands et publient un journal antinazi destiné aux troupes d’occupation. Après avoir perdu ses camarades de vue lors du déclenchement de la guerre, Danglars renoue les contacts et s’engage dans ce travail très périlleux. Si périlleux, d’ailleurs, qu’il est rapidement arrêté, tandis que la militante dont il est tombé amoureux connaît un sort plus funeste encore. On laisse découvrir au lecteur les conditions de son arrestation, conditions dans lesquelles le rôle des nationalistes bretons du Bagadoù Stourm, auxiliaires zélés des nazis, est nettement mis en lumière. Torturé par la police française, il est expédié à Buchenwald. Le récit du voyage en train constitue d’ailleurs un des moments les plus cruciaux du récit. Mais, et c’est là que la dimension policière s’en mêle vraiment, il est chargé d’exécuter un dirigeant de la résistance communiste, sous peine de voir sa famille mise en danger. Arrivé à Buchenwald, le narrateur découvre une réalité qui dépasse toutes les horreurs pensables. Mais il se lie aussi avec les noyaux résistants, en particulier animée par les communistes, allemands et français, au sein d’un univers d’une violence inouïe. Par les hasards du destin, il rencontre l’homme qui constitue la cible à abattre que les résistants anticommunistes lui ont désignés. Danglars va-t-il remplir la mission qui lui a été confiée ou va-t-il sacrifier la vie de sa sœur et sa mère ? En fait, le sort en décide autrement et son appartenance au mouvement trotskyste, qu’il avait réussi à cacher jusque là, est découvert par une singulière rencontre au sein de cet enfer concentrationnaire.

Comme indiqué sur la quatrième de couverture, il s’agit bien d’un roman au cœur de l’Histoire. Bien sûr, ce roman ne remplace pas la lecture des grands textes de David Rousset et de Jorge Semprun2, mais il rafraîchit la mémoire de celles et ceux qui les ont déjà lu. Et surtout, Roger Martin nous livre un récit qui s’inscrit dans une tendance très actuelle, celle des rapports entre extrême gauche réelle et fictionnelle3, ici les militants trotskystes pendant l’Occupation. Son mérite est de faire connaître au grand public deux épisodes largement occultés, d’abord celui des actions anti-nazies des trotskystes à l’arsenal de Brest4, connu seulement des militants de cette famille politique, et ensuite celui de la mise en place d’une organisation clandestine de résistance, dirigée par les communistes, à Buchenwald, à la suite d’une lutte sanglante contre les droits communs qui régissaient l’ordinaire de la vie du camp, sous l’autorité des SS. Par la forme générale d’une fiction, l’auteur, dans cet épisode particulier, fait litière des calomnies complaisamment répandues dès 1948, principalement parPaul Rassinier5, sur la collusion communistes-nazis au détriment de la masse des déportés6. Manifestement, pour ce récit, Roger Martin choisit la représentation d’archétypes, ce qui semble logique avec une situation de clandestinité, tant à Brest que dans le camp de Buchenwald. Dans ce cas extrême, représenter, d’une manière ou d’une autre, des foules militantes n’aurait eu que peu de rapport avec la réalité historique. On note une documentation sans failles, ce qui est à saluer, tant les approximations et les erreurs sont légion dans beaucoup trop d’œuvres, y compris parmi celles se targuant d’un sérieux parfois mal avisé7 qui se traduit par quelques notes de bas de pages, sur des militants tombés dans l’oubli, pour beaucoup. Ce n’est sans doute pas le lieu, dans ce compte rendu, de s’appesantir sur la manière dont l’auteur, justement, rend compte, par son écriture, de ces militants trotskystes, de leur vie, leurs espoirs, leurs doutes, leurs peurs. Tout au plus peut-on quand même remarquer une langue plutôt plate, alternant dialogues, retours en arrière et descriptions plus ou moins détaillées. Nulle trace ici d’un style qui rappellerait, par « la morsure des mots », la brûlure d’engagements messianiques ou d’un « effort pour inventer une écriture en révolution permanente », évoquée par l’essayiste Jean Birnbaum à propos d’autres auteurs8. C’est le principal regret.

1On remarquera que Roger Martin a choisi comme nom de son héros positif celui d’un des dénonciateurs d’Edmond Dantés, ce Danglars devenu banquier et baron, dans le roman d’Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, dont le destin diffère pourtant de celui de son personnage. En effet, ce dernier refuse finalement l’alternative honteuse qu’on lui propose.

2Une brève bibliographie qui a servi de support documentaire à l’auteur est proposée en fin d’ouvrage.

3Dissidences prépare d’ailleurs un volume sur cette thématique.

4Malgré la publication des mémoires d’André Calvès, Sans bottes ni médailles. Un trotskyste breton dans la guerre, Paris, Éditions La Brèche, 1984, dont une réédition en ligne se trouve ici : http://andre-calves.org/resistance/J_ai_essaye_de_comprendre_%28livre%29.htm

5Dans son livre Le Passage de la ligne ou l’Expérience vécue (1949). Ce livre est salué au début de la guerre froide par des socialistes enclins à l’anti-communisme, avant que la SFIO décide d’exclure cet adhérent quand même trop compromettant.

6On lira avec profit La zone grise ? La Résistance française à Buchenwald, d’Olivier Lalieu (Éditions Tallandier, 2005), d’ailleurs cité par Roger Martin.

7Ce sérieux se traduit par quelques notes de bas de pages sur des militants tombés dans l’oubli, pour beaucoup.

8Jean Birnbaum, « Écritures insurgées », Le Monde des livres, 26 novembre 2010.


1 réflexion sur « Roger Martin, Dernier convoi pour Buchenwald, Paris, Le Cherche-Midi, 2013, 427 pages, 19 €. »

  1. Martin Roger

    Bonjour,

    je découvre, un peu par hasard, cet article que vous avez consacré à mon Dernier convoi pour Buchenwald.
    Je tiens à vous remercier. Il y a eu si peu de presse, y compris dans les hebdos des différents mouvements qui se réclament du communisme, alors que je pensais que cette tentative d’aborder, entre autres, la division stalinistes-trotskystes pourrait ouvrir un vrai débat, que j’ai été surpris de ce manque d’intérêt. J’avais pourtant essayé de me garder de tout sectarisme (je suis membre du PC)et, après tout, ce n’est pas si souvent qu’on abordait le rôle des trotskystes de Brest! IL faut croire que nous attendrons encore un siècle pour être capables de confronter notre histoire, hélas, divisée!
    Merci en tout cas.
    Bien à vous ,
    Roger Martin
    (Juste un mot sur mon écriture. Robert Danglars est un homme de 90 ans qui écrit pour témoigner, des décennies avant les faits. Il veut être clair et efficace. Son écriture, classique, est celle d’un instituteur de son temps. C’est un choix de l’auteur. Je le revendique mais accepte bien volontiers que vous en jugiez autrement).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.