Henri Pena-Ruiz, Marx quand même, Paris, Plon, 2012, 386 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

En même temps qu’un petit livre de vulgarisation (Entretien avec Karl Marx, Plon, 2012)1, Henri Pena-Ruiz livre cet ouvrage plus conséquent sur la figure de l’auteur du Capital. Un de plus pourrait-on spontanément s’exclamer ! Certes, d’un point de vue comptable, c’est un livre de plus sur Karl Marx. Mais le lecteur aurait tort de s’arrêter à cet aspect. La lecture que propose Henri Pena-Ruiz est en effet des plus stimulantes, même si elle s’inscrit clairement dans une perspective jaurésienne, ainsi que le proclame la quatrième de couverture en évoquant « l’horizon d’une République laïque et sociale ». On lira d’abord de manière amusée le bavard avant-propos où l’auteur se livre à un exercice d’ego histoire sur son itinéraire politique, du Parti communiste français au Parti de gauche. Il concède que s’il a rompu avec le PCF, il ne s’est pas séparé de la perspective communiste. Il est d’ailleurs plus temps que jamais de lire Marx, car « Aujourd’hui qu’a disparu la contrefaçon historique du projet politique de Marx, son œuvre est devenue « lisible » indépendamment des réalités historiques qui se sont indûment réclamées de lui » (p. 35). C’est à ce parcours que sont consacrés les six chapitres, regroupés en deux parties (« Défaire les préjugés » et « Changer la donne ») de l’ouvrage. Le premier chapitre est consacré à la méthode philosophique de Karl Marx. Le second porte sur son approche économique. Si certains passages sont des odes aux principes de laïcité (p. 109 et suivantes), d’autres notations sont nettement plus stimulantes. Ainsi en va-t-il de la proposition de lecture parallèle de Karl Marx et Max Weber ou les notations sur Adam Smith, très pédagogiquement formulées, permettant de mieux saisir en quoi ce dernier se différencie des courants ultra-libéraux contemporains qui se revendiquent pourtant de sa pensée. Henri Pena-Ruiz en profite ici ou là (par exemple p. 125) pour glisser sa propre interprétation de Marx, que l’on peut qualifier de réformisme fort : « Ne peut-on se demander si par transposition le projet d’appropriation sociale des forces vives de l’économie ne serait pas en fin de compte une sorte de passage à la limite des droits sociaux et des services publics, en ce qu’il s’agit toujours de faire du social non un simple résidu de l’économique mais une exigence structurante ». Si le propos ici est limpide, ce n’est pas toujours le cas. Que penser d’une phrase comme celle-ci : « Reste que l’instrumentalisation capitaliste de la raison calculatrice et son dévoiement de l’idée cartésienne de maîtrise, si arbitrairement méconnue par la reconstruction heidegérrienne de la métaphysique occidentale, donnent de la raison une image négative, en lui imputant les maux du monde moderne » (p. 135) ? L’auteur a un peu trop tendance à penser que parce qu’il s’exprime de manière abstruse, il enrichit la connaissance de la pensée de Marx. Ce n’est sans doute pas la peine d’écrire de manière cryptée pour convaincre de la pertinence de son analyse2. Cela n’empêche pas des notations tout à fait originales sur des aspects peu explorés de la pensée de Marx. Le lien entre individu et communauté fait partie de ces moments réjouissants que découvre soudainement le lecteur : « Communisme individualiste et individualisme communiste sont des expressions dialectiques salutaires, qui défont les oppositions unilatérales et les faux-semblants agités pour faire peur » (p. 167), peut il ainsi avancer. Mais c’est essentiellement dans la seconde partie que la lecture d’Henri Pena-Ruiz se fait la plus pénétrante, même s’il y a largement matière à débat. En effet, pour réinventer la politique (titre du chapitre 4), il développe le cœur de son argumentation. Afin d’envisager une perspective socialiste ou une relecture dynamique de Marx, l’auteur avance la nécessité de partir d’une lecture orientée par la pensée des Lumières et singulièrement « de la pensée juridique héritée des théoriciens du droit naturel » puisque « L’idée d’une République laïque et sociale esquisse la perspective d’un État populaire réel, dévolu à l’intérêt générale et n’incarnant aucune domination » (p. 213). Le lecteur pourrait alors se dire que Henri Pena-Ruiz évoque une perspective déjà largement travaillée par le socialisme républicain à la mode Jaurès. Mais cette lecture serait assez limitée quand on découvre quelques pages plus loin qu’il se révèle favorable à la dictature du prolétariat et que cette dictature s’incarne, selon lui (p. 250 et suivantes) dans la Commune de Paris, ce qui constitue une lecture très légitime de la pensée de Marx lui-même. Cela amène d’ailleurs Pena-Ruiz à proposer un développement à la fois sur la différence entre stalinisme et nazisme (la dictature ne saurait recouvrir des régimes que tout oppose par ailleurs), ainsi qu’une critique du déni démocratique que représente le stalinisme. Le chapitre qui suit, « Penser l’écologie : Marx à l’avant-garde » se révèle le plus inattendu de l’analyse. A partir d’une lecture des rapports de solidarité entre l’homme et la nature, aspect central dans la pensée de Marx, Henri Pena-Ruiz propose une lecture de ce dernier comme un des théoriciens de l’écologie. La pensée de Marx (extraordinaires textes des Manuscrits de 1844 longuement cités) est empreinte de naturalisme, ce qui lui permet d’apercevoir dès son époque les contradictions potentielles entre le développement nécessaire des forces productives et les gaspillages environnementaux provoqués par l’appropriation privative de la valeur. C’est finalement la figure d’un communisme naturaliste qui émerge de cette plongée dans les textes de jeunesse de Marx. Mais, souligne l’auteur, ce naturalisme communiste n’est pas une tocade de jeunesse de Marx puisque ses derniers textes, sur la commune archaïque russe (le mir) reviennent sur cette question d’une « écologie sociale » par la communalisation de la terre. C’est la figure d’un Marx anti-productiviste qui émerge de ces éclairants développements, ce qui ne peut manquer de provoquer des débats tout aussi éclairants. Lesquelles réflexions amènent d’ailleurs Pena-Ruiz à dessiner une sérieuse critique des courants de la décroissance.

Bien que Pena-Ruiz ait plus tendance à interpréter les textes de Marx qu’à se livrer à une analyse pointue de ces derniers (aspect de méthode dont il convient aisément, écrivant que « cet ouvrage [est] conçu comme une libre méditation sur les textes … », p. 369), il n’en reste pas moins que cette lecture réserve de belles surprises et de fructueux aperçus, au risque parfois d’une certaine hétérogénéité, assortie d’ambiguïtés. C’est notamment le cas sur les suggestions proposées sur le communisme comme radicalisation de la démocratie bourgeoise3. Au lecteur de s’emparer des pépites contenues dans l’ouvrage et de laisser de côté le convenu. L’approche de Pena-Ruiz montre au moins que le marxisme est une théorie vivante, apte à saisir notre modernité.

1Lire le compte rendu de cet ouvrage sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/3249

2On laisse le lecteur apprécier par lui-même ce penchant : « Dès lors, l’idéal de référence communiste peut être compris comme l’idée régulatrice dont parle Kant lorsqu’il conçoit la tâche d’une raison pratique, attachée à penser l’action, comme celle d’une formulation du possible et non d’une affirmation dogmatique de ce que doit être l’histoire du futur. Ce type d’idéal n’a rien, sous la plume de Marx, d’un objectif qu’il conviendrait de réaliser à marche forcée, comme feint de le croire Hannah Harendt dans la lecture biaisée qu’elle veut faire des textes » (p. 155).

3Symptomatique apparaît ainsi une phrase comme « La République laïque et sociale restaure le droit du travail et les services publics, affirme la conscience d’une nécessaire écologie sociale, promeut le dépassement internationaliste des nations et non leur suppression. Elle stimule les tentatives de mise en œuvre d’une économie sociale et solidaire en contexte capitaliste, en vue de réaliser une économie au servi ce de tous. » (p. 364-365).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.