Julius Van Daal, La colère de Ludd. La lutte des classes en Angleterre à l’aube de la révolution industrielle, Paris, L’insomniaque, 2012, 286 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Entre 1811 et 1817, sous la direction d’un mythique général Ludd, que personne n’a jamais entrevu, les classes populaires anglaises tentèrent de lutte contre l’introduction du machinisme destructeur d’emplois dans ce qui constituait le fer de lance de l’industrialisation, le textile. Cet ouvrage propose de raconter cette histoire. S’il n’apporte pas d’éléments nouveaux (l’auteur explique dès l’avant-propos qu’il s’est servi d’ouvrages déjà publiés), ce livre n’en possède pas moins de belles qualités polémiques. Notons au passage l’usage très fréquent de la poésie, largement citée, qui constitue une ressource de première importance pour la vision romantique que développe l’auteur, dans le sillage de l’historien anglais Edward P. Thompson. Dans le cadre du capitalisme naissant, l’usine tend à devenir le lieu central de l’expérience prolétarienne de masse. Le conflit qui nait alors est autant un conflit entre deux classes qu’un conflit entre deux mondes, deux cultures. Ce que rejettent les tisserands, c’est autant la discipline salariale que l’organisation militaire de la production. Julius Van Daal ne se prive d’ailleurs pas de dresser un portrait enchanté du temps d’avant l’usine, marqué par l’abondance, la liberté et le bien-être (relatifs, convient-il quand même). En 1811, près de la forêt de Sherwood, celle où sévissait Robin Hood suivant la légende, les premières protestations contre l’introduction des machines à vapeur se font jour. En novembre 1811, la première opération a lieu, attribuée à un Ned Ludd, qui revendique les destructions. Ce général (des insurgés), pourtant, n’existe pas. C’est une invention des tisserands. C’est néanmoins sous son nom que le « luddisme » passe à la postérité (aidé en cela par Karl Marx, qui évoque les luddites au détour d’un chapitre du Capital). Le Parlement réagit immédiatement et vote des lois réprimant ces destructions. Un seul opposant : le poète Byron. La loi est impitoyable, puisque c’est la peine de mort qui est requise contre les briseurs de machines. En 1812, lors de l’expédition dite de Rawfolds, c’est l’usine elle-même qui fait l’objet d’une tentative de destruction. Le saccage est immortalisé dans le roman de Charlotte Brontë, Shirley. Mais l’affaire tourne mal pour les insurgés. Trente mille hommes sont envoyés dans les régions concernées. Ce chiffre est à comparer aux 45 000 hommes envoyés sur le continent pour faire la guerre à la France napoléonienne. On constate immédiatement l’ampleur de la répression. Le récit de Julius Van Daal, narré comme une épopée, en rend la lecture particulièrement plaisante, même s’il n’hésite pas, parfois, à se perdre en chemin, offrant par exemple dans le chapitre IV un long excursus sur la ville de Manchester (ou aucun trouble luddite n’est à déplorer). Cela lui permet en revanche d’offrir une présentation de la ville, de l’usine, de ses conditions de vie ainsi qu’un développement sur les techniques productives, bien loin du luddisme, supposé constituer le cœur du propos. S’il épouse les revendications du mouvement luddite, l’aspiration à l’autonomie qu’il met en œuvre, en revanche Julius Van Daal manifeste une claire tendance à surévaluer, voire sur-interpréter le sens du mouvement luddite. Cela rend certes le propos sympathique, mais nuit à la rigueur requise par l’analyse historique. Il y voit la préfiguration d’une critique implacable du système capitaliste en train de se déployer (p. 167), ce qui laisserait à penser que les luddites possèdent une claire perception de cette évolution en cours. Si l’espoir d’une conjonction des soulèvements luddites se fait jour, rapidement, force est de constater que ce n’est pas le cas : « Il manqua aux luddites et à leurs alliés les ressorts d’une stratégie plus offensive, d’une véritable coordination et d’une disposition des pauvres plus favorables hors des comtés industriels » (p. 177). Ce constat dément l’excessif enthousiasme dont faisait preuve Julius Van Daal quelques pages auparavant. En effet, ces luddites ne sont pas encore des prolétaires au sens moderne du terme ou plus exactement, les prolétaires ne constituent qu’une infime minorité au sein des classes populaires. Après 1812, le mouvement est brisé, ce qui n’empêchera pas la poursuite de la répression jusqu’en 1817 (exécution par décapitation de présumés « luddites »).

Ce livre très vivant, bien illustré et nourri de nombreux extraits poétiques et de la culture populaire, représente une utile contribution, même s’il ne faut pas s’attendre à une recherche historique dans toute son âpre rigueur, ce que d’ailleurs l’auteur ne prétend pas avoir écrit1.

1Pour une approche historique récente, se reporter à l’ouvrage de Vincent Bourdeau, François Jarrige et Julien Vincent, Les luddites. Bris de machines, économie politique et histoire, Alfortville (94), éditions è®e, 2006, 160 pages, dont on peut lire un compte rendu sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_etranger.htm#bourdeau


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.