Jean-Luc Einaudi, parcours d’un homme de colère.

Un billet de Christian Beuvain

Jean-Luc Einaudi est décédé ce samedi 22 mars 2014, dans sa soixante-troisième année (il était né le 14 septembre 1951) d’un cancer fulgurant. Dans l’espace public, il est principalement connu et reconnu comme historien franc-tireur de la guerre d’Algérie, celui qui mis à jour, avec ténacité, la vérité sur le massacre de manifestants algériens du FLN par la police parisienne sous les ordres du préfet Maurice Papon, le 17 octobre 1961, dans son récit La Bataille de Paris : 17 octobre 1961 (Seuil, 1991). D’autres livres suivent, beaucoup consacrés à faire connaître les combats longtemps demeurés dans l’ombre de militants, communistes et anticolonialistes, comme Fernand Yveton, Lisette Vincen, Maurice Laban, Georges Mattéi ou Abdallah Younsi1,des héros sans gloire souvent pris dans la tenaille de l’histoire, très significatifs de sa démarche. Cette seconde partie de son existence2, qui fait l’objet depuis une semaine de l’essentiel des communiqués de presse ou hommages divers, n’est pas celle dont nous ferons état ici. A Dissidences, il nous a semblé plus pertinent, plus utile aussi pour les lecteurs intéressés par notre champ d’études, de présenter quelques lignes de force de sa première vie, celle d’un militant du Parti communiste marxiste-léniniste de France (PCMLF), à partir de traces laissées ici ou là. En effet, si Jean-Luc Einaudi n’a pas écrit ses souvenirs, il ne rechignait pas à évoquer ce parcours, par exemple dans la préface au livre de son ami et ancien dirigeant du PCMLF, Jacques Jurquet, A contre-courant3, ou à en expliciter certains moments particuliers, comme dans les entretiens qu’il m’accorda par courriel en 20134, et qui forment la trame de celui-ci.

En 1967, à seize ans, Jean-Luc Einaudi est un lycéen révolté, entre autres par la guerre du Vietnam, qui lit Che Guevara, Mao Zedong, mais aussi les auteurs classiques – des plus anciens (Rousseau, Voltaire, Balzac, Hugo, Flaubert, Rimbaud, Dickens) aux plus modernes (Malraux, Sartre, Vailland, London) – tout en fréquentant assidûment la bibliothèque municipale. Jusque-là, rien d’extraordinaire pour l’époque, pour cette époque. Des milliers de jeunes comme lui découvrent, au hasard d’un kiosque, grâce à un grand frère ou une grande sœur, par un ami ou une vente à la sortie du lycée, qui Rouge et noir (libertaire), qui Servir le peuple (UJC(ml), marxiste-léniniste), qui Avant-garde jeunesse (JCR, trotskyste). Éduqué « dans le respect des vainqueurs de la bataille de Stalingrad »5, ce qui semble indiquer qu’il est issu d’une famille communiste ou pour le moins sympathisante, ni les préoccupations électorales d’un PCF sans doute (trop) familier ni les trotskystes ne l’attirent. Lui, c’est par la lecture de L’Humanité nouvelle, hebdomadaire du MCF (ml), c’est-à-dire du Mouvement communiste français marxiste-léniniste, futur PCMLF6, qu’il pénètre en territoire militant. Il participe aux manifestations et au bouillonnement idéologique des mois de mai et juin 1968 et y côtoie des ouvriers grévistes. L’occupation de la Tchécoslovaquie par les forces armées du Pacte de Varsovie en août le conduit à condamner définitivement l’URSS, tandis que la Révolution culturelle chinoise lui semble la voie contemporaine adéquat pour un renouveau du socialisme.

Jean-Luc Einaudi décide alors de rejoindre les rangs d’un PCMLF devenu clandestin après sa dissolution par l’État le 12 juin 1968. Il perçoit dans ce parti l’incarnation d’une fidélité à la lutte des communistes pendant la Résistance, lutte trahie par un PCF devenu révisionniste, contre-révolutionnaire. Le PCMLF représente donc « une voie révolutionnaire »7, un outil permettant de sauver l’espoir communiste. Probablement en 1969, il abandonne ses études dans une école normale d’instituteurs, s’inscrit en philosophie à la faculté Censier-Sorbonne, pour se consacrer entièrement au militantisme dans le secteur de la jeunesse, car à ce moment-là, avant les deux scissions de l’année 1970 qui l’affaiblissent gravement, ce parti clandestin avait des forces assez importantes (entre mille et deux mille militants et sympathisants) , notamment en milieu étudiant, ce qui au passage met à mal une certaine vulgate imputant à la Gauche prolétarienne un quasi « monopole maoïste » chez les étudiants et lycéens, de la capitale entre autres. Comme toutes les organisations d’extrême gauche, le PCMLF met très rapidement en place son service d’ordre sur Paris, dont la mission première est de protéger les manifestations contre les charges de police, mais aussi les vendeurs du journal et diffuseurs de tracts, « notamment contre les agressions violentes de commandos du PCF qui plus d’une fois, à cette époque, s’y sont livrés. » En 1970, Jean-Luc Einaudi est désigné pour suivre une formation aux arts martiaux, en vue de la constitution de ce service d’ordre dont il deviendra un des responsables. Cette formation est exclusivement physique, car « il n’y avait pas de formation théorique à caractère militaire ». Elle se déroule « par petits groupes de quatre ou cinq, le samedi matin, dans des bois de la région parisienne. Elle était assurée par un militant d’origine vietnamienne, travaillant chez Renault, qui avait un très haut niveau en Vö-Viêtnam [art martial vietnamien]. Il s’agissait également d’apprendre le maniement du bâton. Les participants à cette formation étaient essentiellement des étudiants. Il y avait parmi nous quelques filles »8. A la suite de deux scissions évoquées supra, dont celle d’octobre qui voit partir de nombreux jeunes militants [qui fondent alors le groupe et le journal Front rouge], ce SO, à peine formé, disparaît.

En 1971, Jean-Luc Einaudi rencontre Jacques Jurquet, dirigeant du PCMLF, et il semble que celui-ci l’incite à s’investir dans la presse du parti. Ainsi, à 19 ans, en avril 1971, il rejoint la rédaction de L’Humanité rouge, la couverture légale du parti, pour un numéro spécial consacré au centenaire de la Commune de Paris. Il décide de signer ses articles sous le nom de plume d’André Colère, un double signe de fidélité à une époque jugée glorieuse du PCF. En effet « André » fait référence à André Marty, connu alors comme le mutin de la Mer noire de 1919 et « Colère » rappelle François la Colère, pseudonyme du poète et intellectuel Louis Aragon qui en 1943 et 1944 signa deux recueils de ce nom aux éditions clandestines du Parti, la Bibliothèque française. En 1972, d’après Alain Castan, ancien dirigeant du PCMLF, il fait partie « de ce que nous appelions un « voyage de cadres » en Chine (…). J’avais la charge de ce voyage au long cours. »9

La dénonciation d’un processus de « fascisation » du pouvoir d’État, ou à tout le moins de certaines de ses tendances, en réaction au mouvement populaire, est un des axes de l’agitation-propagande menée dans L’Humanité rouge durant plusieurs années, et Jean-Luc Einaudi y prend une part conséquente. En avril 1973, sous son pseudonyme, il publie la brochure « La fascisation en France », (supplément au n° 186 de L’Humanité rouge). Il y écrit notamment : « Partout où le fascisme se manifeste, la riposte de masse doit venir, en n’oubliant pas que le danger vient de l’État, que c’est lui qu’il faut frapper. A chaque agression fasciste, à toute démonstration fasciste, il doit y avoir réponse de masse. »Une seconde édition de cette brochure paraît à la mi-août 1973 (supplément au n° 198 de L’Humanité rouge), avec une postface tirant les leçons de la manifestation du 21 juin 1973 contre le meeting raciste du groupe d’extrême droite Ordre nouveau. Le 9 mars 1971, pour contrer un précédent meeting du même groupe, environ 6 000 étudiants et lycéens avaient déjà manifesté, suivant un appel de diverses organisations dont la Ligue communiste. Des heurts violents avec la police qui protégeait ce meeting et avec le SO d’Ordre nouveau s’en étaient suivis jusque tard dans la nuit. Dans L’Humanité rouge du 18 mars 1971, un article intitulé « Ordre nouveau = Ordure nazie. UDR instigatrice ! » rendait compte très favorablement de cette manifestation.

La Ligue communiste prend l’initiative de deux réunions des organisations d’extrême gauche pour organiser une manifestation contre ce nouveau meeting. A cette époque, Jean-Luc Einaudi est membre d’un organisme (clandestin) dit Collectif de Travail Parisien (CTP), qui supervisait l’action des cellules et sections du PCMLF à Paris et en banlieue parisienne. En tant que représentant de L’Humanité rouge, il se rend à ces réunions, dont l’une se déroule à l’imprimerie de la Ligue communiste, où sont représentées la Ligue (Michel Recanati), La Cause du peuple (Alain Geismar), Ligne rouge (groupe marxiste-léniniste) et l’Alliance marxiste révolutionnaire (Nicolas Baby et sans doute Maurice Najman). Tous tombent d’accord sur « une volonté commune de tout faire pour tenter d’empêcher la tenue du meeting fasciste et raciste et, pour cela, d’aller jusqu’à l’affrontement violent avec les forces de police qui ne manqueraient pas d’en assurer la protection. Il revenait à chaque organisation de mobiliser son service d’ordre et ses militants et de les équiper en vue de l’affrontement. »10 En 1973, le PCMLF n’a plus de service d’ordre à proprement parler, contrairement à la Ligue, qui en a confié l’organisation et la direction à Michel Recanati. Ainsi, bien qu’il soit certain que la Ligue communiste représentait la force principale de cette manifestation, le rôle des « maoïstes » a été trop souvent occulté, puisque tous les militants et sympathisants de Paris d’un PCMLF en voie de reconstitution après les crises de l’année 1970 ont été mobilisés, ainsi que ceux de l’ex-Gauche prolétarienne, à qui étaient échus plus particulièrement la fabrication et l’utilisation de cocktails Molotov11. Après cette manifestation très violente, qui voit les forces de police reculer devant l’assaut de militants équipés et casqués, Jean-Luc Einaudi ne rentre pas chez lui (le lendemain il part à Besançon pour y rencontrer les ouvriers de l’usine Lip en lutte), pas plus que Michel Recanati. Dans L’Humanité rouge, Jean-Luc Einaudi écrit un article intitulé « Riposte de masse au fascisme », et actualise sa brochure (voir supra).

Redevenu une force non négligeable au sein de l’extrême gauche, le PCMLF lance sa revue théorique et politique, Prolétariat, en 1973, avec Jean-Luc Einaudi au comité de rédaction. Il se dote également d’un secteur jeunes, les Jeunesses communistes marxistes-léninistes de France (JCMLF), dont Jean-Luc Einaudi, sous le pseudonyme de Pierre Burnand, est élu secrétaire général lors de son premier congrès en juin 1975. Il est également le directeur de publication de La Jeune garde rouge, journal des JCMLF, dont le premier numéro est sorti en mai 1975, un mois avant l’officialisation des Jeunesses.

Pierre Burnand (Jean-Luc Einaudi) prononçant le discours du meeting de clôture du premier congrès de la JCMLF (juin 1975). (source : http://editions-proletariennes.fr/Dochml/presse/brochures/jcmlf/vivelajcmlf.htm)

Lorsque le PCMLF abandonne la clandestinité en août 1978, après une nouvelle scission autour de Suzanne Marty sur des bases dites « pro-albanaises », pour devenir le Parti communiste marxiste-léniniste (PCML), Jean-Luc Einaudi est toujours un des dirigeants, au point d’être rédacteur en chef de L’Humanité rouge. Lors du IVe Congrès du PCML le 14 février 1981 (Paris), il est élu comme membre du secrétariat collectif, avec Jacques Jurquet, Alain Doronte, Monique Dagron et Pierre Bauby et devient également directeur de publication de L’Humanité rouge. Mais Jean-Luc Einaudi se sent de moins en moins en phase avec des « initiatives et décisions » d’une partie de la direction, si l’on en croit Jacques Jurquet12. Le 20 février 1982, il annonce au comité central du PCML qu’il démissionne du secrétariat collectif, de son poste de rédacteur en chef de L’Humanité rouge et de sa fonction de permanent. Bien qu’il revienne ensuite sur sa décision, cela ne dure que très peu de temps : le 28 avril 1982, il quitte définitivement le PCML13.

Comme il l’écrit plus tard, ses recherches sur la guerre d’Algérie, le colonialisme et les communistes algériens sont issues de ce qu’il a appris au PCMLF14, au contact des militants et ce malgré le sentiment de s’être, rétrospectivement, souvent trompé mais pas uniquement15. L’histoire du PCMLF, de ses militant-e-s, de ses organisations anti-impérialistes, de sa presse, de ses éditions et de ses librairies reste à écrire16. Le rôle de Jean-Luc Einaudi n’y sera sûrement pas mineur17.

1Pour l’exemple : L’Affaire Fernand Yveton, Paris, L’Harmattan, 1996 ; Un Rêve algérien. Histoire de Lisette Vincent, une femme d’Algérie, Paris, Dagorno, 1994, réédité aux PUF, 2001 ; Un Algérien. Maurice Laban, Paris, Le Cherche-Midi, 1999 ; Franc-tireur. Georges Mattéi de la guerre d’Algérie à la guérilla, Paris, Éditions du Sextant, coll. « Danger public », 2004 et son dernier ouvrage, Le Dossier Younsi : 1962, procès secret et aveux d’un chef FLN en France, Paris, Éditions Tirésias, 2013.

2Dans laquelle il ne délaisse pas le terrain de l’action sociale puisqu’il est éducateur à la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).

3Jacques Jurquet, A contre-courant, 1963-1986, Paris, Le Temps des cerises, 2001, préface de Jean-Luc Einaudi, 368 pages ; un compte rendu de cet ouvrage se trouve sur notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=488

4Ces entretiens par courriels ont été sollicités par l’auteur de ce billet à propos du rôle des militants parisiens du PCMLF lors de la manifestation du 21 juin 1973 contre le meeting de l’organisation d’extrême droite Ordre nouveau, et plus généralement de l’usage de la violence dans l’extrême gauche. Des éléments ont été utilisés dans ma contribution « A propos de quelques moments de violence révolutionnaire dans les années 68 », Dissidences, volume 13, « L’historiographie de la décennie 1970 en France », novembre 2013. L’essentiel des entretiens fait partie des matériaux pour un article à venir sur cette manifestation restée célèbre du 21 juin 1973. Ces courriels ont eu lieu les 30 janvier, 3, 18 et 21 février, 9 et 15 mars, 1er et 4 avril de 2013. Sauf indication contraire, toutes les citations proviennent de ces entretiens.

5Préface à Jacques Jurquet, A contre-courant, 1963-1986, op. cit., p. 5.

6Le PCMLF est fondé les 30 et 31 décembre 1967 à Puyricard (Bouches-du-Rhône) par 104 délégués du MCF(ml). La majorité sont des anciens militants et cadres chevronnés du PCF qui considèrent que ce dernier et l’URSS ont abandonné le marxisme-léninisme au profit d’une vision réactionnaire et défaitiste des rapports de force mondiaux et de la lutte des classes.

7Préface à Jacques Jurquet, A contre-courant, 1963-1986, op. cit., p. 5.

8Courriel du 9 et 15 mars 2013.

9Témoignage d’Alain Castan, le 23 mars 2014, sur http://www.millebabords.org/spip.php?article25767

10Courriel du 18 février 2013.

11Courriel du 18 février 2013.

12Jacques Jurquet, A contre-courant, 1963-1986, op. cit., p. 348-349.

13Et non au VIe Congrès du PCML en juin 1986, comme indiqué par erreur dans notre chronologie des maoïsmes en France, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1550

14Préface à Jacques Jurquet, A contre-courant, 1963-1986, op. cit., p. 7.

15Ibidem.

16Dissidences a commencé ce travail d’écriture et de mémoire historique, dans son volume 8, « Prochinois et maoïsmes en France (et dans les espaces francophones) », Le Bord de l’eau, mai 2010 ainsi que dans les entretiens, avec Jacques Jurquet et Eric Bacher, dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1552 et http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1551 . Malgré ses défauts et ses limites, le récit de Christophe Bourseiller, Les Maoïstes. La folle histoire des gardes rouges français, Paris, Seuil, coll. « Points », 2008, recèle un certain nombre d’informations utiles pour une première approche. Sur les librairies, on lira avec profit Julien Hage, « L’Age d’or des librairies militantes (1945-1981) » et « La fin des librairies partisanes (1981-2005) », in Patricia Sorel, Frédérique Leblanc (dir.), Histoire de la librairie, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2008, p. 321-341 et 430-436.

17Je tiens à remercier Julien Hage, Jean-Guillaume Lanuque et Frédéric Thomas pour leur relecture attentive et leurs remarques pertinentes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.