Uri Eisenzweig, Naissance littéraire du fascisme, Paris, Seuil, collection « La Librairie du XXIe siècle », 2013, 165 pages, 19 €.

 

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Douze ans après avoir publié Fictions de l’anarchisme (Bourgeois, 2001), Uri Eisenzweig arpente à nouveau la littérature fin de siècle par ce court opus, Naissance littéraire du fascisme. S’il use à juste titre des travaux de Zeev Sternhell (notamment son Barrès et Ni droite, ni gauche), l’auteur, professeur de littérature à l’université de Rutgers, ne situe son propos ni dans un horizon historiographique, ni dans une logique de filiations. Son propos s’ancre entièrement dans une réflexion sur la forme, sur la manière dont des choix d’écriture face à la crise du récit qui marque la littérature fin de siècle participent d’une transformation idéologique caractéristique de la naissance d’un fascisme. Il prend d’ailleurs soin de préciser qu’il « n’y a pas eu qu’une seule naissance du fascisme, car il n’a pas existé qu’un seul fascisme » (p. 7). Ce qui retient son attention, dans une séquence littéraire tramée dans l’horizon de l’Affaire Dreyfus, c’est le marqueur de tout fascisme, et la manière dont la littérature en joue soit « une vision organique de la Nation à laquelle correspondent un refus de l’universel quant aux valeurs et un déterminisme racial quant à l’identité individuelle » (p. 7). Il appuie son propos sur Maurice Barrès (Les déracinés), Bernard Lazare (Une erreur judiciaire. La vérité sur l’Affaire Dreyfus), Octave Mirbeau (Journal d’une femme de chambre) ; seul le premier fut, on le sait, (proto)fasciste.

Son étude sur Barrès postule que la logique discursive des Déracinés participe de la mutation idéologique de l’auteur, éclairant le renversement épistémologique de l’antisémitisme moderne forgé par Barrès au cœur de l’affaire. Antisémitisme moderne qui « se définit moins à partir du récit de crime supposé que contre celui de l’innocence reconnue » (p. 70). La thèse principale de l’ouvrage est, ici, la naissance d’un fascisme durant l’affaire Dreyfus reposant alors sur ce refus du récit et de son déterminisme causal qui se cristallise là et constitue l’un des plus forts linéaments d’un discours fasciste à venir, pivotant autour de la question juive. Dans l’univers clos et comme en apesanteur du nationalisme puisque « l’identité est organiquement inscrite dans le paysage qui l’entoure, c’est le récit incarné par le juif qui constitue lui-même la transgression » (p. 71). Ce discours fasciste, dont Barrès accouche, tient par le refus de la narration, du récit, l’insignifiance du personnage quant il est extérieur à la nation. Et c’est pour Barrès, « l’insignifiance de l’individu Dreyfus qui permet la redéfinition de sa culpabilité comme collective » (p. 75).

A l’appui de son propos, le contre-modèle de Bernard Lazare et le silence de ce premier dreyfusard après 1898. L’anarchiste partage avec Barrès une égale haine du roman comme représentant la réalité. Uri Eisenzweig s’appuie les liens entre symbolisme et politique, sur la propagande par le fait, qu’il étudiait dans Fictions de l’anarchisme. Bernard Lazare conçoit l’antisémitisme comme une « machine narrative » qu’il refuse ; c’est pour cela qu’il constitue un précurseur du dreyfusisme1. L’objet de sa brochure est la déconstruction de l’accusation faite à Dreyfus, jamais il n’établit un autre récit, celui qui établirait l’innocence de Dreyfus et confondrait la brochure avec l’essor de la para-littérature policière – les années 1890 sont en effet le moment d’éclosion, avec Sherlock Holmes en avant-garde du genre qu’est le detective story. A la racine du comportement de Bernard Lazare, le refus de toute représentation propre à l’anarchisme dont il constitue, selon l’auteur, le dernier représentant. Le J’accuse de Zola (1897), puis Les Preuves (1898), forcent Bernard Lazare au silence puisque toutes ces prises de position constituent l’Affaire Dreyfus dans un jeu de récit et contre-récit. Ainsi l’hypothèse littéraire construite par l’auteur rend compte de l’énigme de ce silence, puis du progressif oubli, du rôle pionnier de ce premier dreyfusard. Ainsi, à partir de prémisses quasi-identiques, liés à la conjonction du symbolisme et de l’anarchisme, le choix de Barrès chantre d’un nationalisme proto-fasciste se mesure au creux du silence du dreyfusard.

Pour conclure cette démonstration, Le journal d’une femme de chambre, et principalement au sein de celui-ci, la figure du jardinier antisémite qu’il dénonce. A nouveau, l’absence d’intrigues narratives et singulièrement le mimétisme du journal d’une femme de chambre avec les indices recueillis dans les detective story construisent, en ellipse, à nouveau, la démonstration. Il conclut, liant définitivement crise du roman-Affaire Dreyfus-fascisme naissant : « si l’Affaire se déroule au cours des dernières années 1890, sa place pourrait bien avoir été prête plus tôt. La place, non pas de la tragédie personnelle d’un capitaine juif injustement condamné puis innocenté, bien sûr, mais du discours refusant cette innocence au nom d’une vision organique – et donc non narrative – de la société et de l’identité nationale. La place du fascisme naissant. » (p. 162).

La thèse est forte, le livre à lire ce d’autant plus qu’il bouscule l’habitus d’une part des historiens du fascisme. Sans la tonitruance d’un Zeev Sternhell2, il participe à sa manière d’une réflexion sur une matrice française du fascisme du point de vue des représentations. Il invite surtout à relire l’Affaire Dreyfus en la dégondant du grand récit dreyfusard, lui redonnant la qualité d’un épisode séminal, prêtant à nouveau à cette fin de siècle la capacité à décrypter la racine des discours du court XXe siècle à venir. Enfin, et c’est là sans doute la qualité principielle de ce court opus, il indique qu’une étude des fascismes peut s’ordonner hors de la raison taxonomique qui interdit de penser un fascisme français (hier et aujourd’hui3), hors de la raison sociologique qui prétend par la succession des rôles, des positions dans le champ social et politique et la clé de la conversion politique4, rendre compte des engagements fascistes, au prix sans doute d’une désidéologisation du fascisme. C’est la force de la littérature et de l’histoire des représentations que de faire douter de ces lectures historiographiques, déplaçant le regard au vif des discours contemporains et des romans. Enfin, en miroir de Fictions de l’anarchisme, l’ouvrage propose un décentrement identique pour l’étude de l’anarchisme dans l’affaire Dreyfus, au rebours de la gêne ressentie par Jean Maitron dans son étude pionnière. Le silence de Bernard Lazare est là assourdissant.

1« Car seule une personnalité refusant la légitimité de la démonstration – de toute représentation, de tout représentant – pouvait s’engager dans l’Affaire aussitôt que le fit Bernard Lazare, alors que la réalité factuelle n’était connue, ne pouvait être connue que fort partiellement » (p. 101).

2Sur les controverses générées par la réception française des travaux de Zeev Sternhell, cf. Olivier Forlin, Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, Paris, La Découverte, 2013, http://dissidences.hypotheses.org/3725

3Michel Dobry (dir.), Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003.

4Laurent Kessel, La conversion politique. Doriot, le PPF et la question du fascisme français, Paris, Raison d’Agir, 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.