Victor Blanc, Paradis argousins, Paris, Le Temps des cerises/Les Lettres françaises, 2014, 146 pages, 12 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

« Livre politique » comme Franck Delorieux l’écrit dans la préface, Paradis argousin l’est certainement. Mais pas sous la forme évolutive et dialectique entre les trois parties qui composent le livre, comme tente de le mettre en avant le préfacier. D’ailleurs, peut-être est-ce en ces moments de douce amertume que les poèmes sont les plus résolus. Qu’il soit question de « tous ces jeux perdus par le bonheur » (p. 19), du « désir dont on fait l’ourlet » (p. 49) ou encore de la morale du « Tout finit dans un café » (p. 58). Cette mélancolie ne sombre pas pour autant dans « un sirop de bons sentiments » (p. 137) et constitue comme le terreau ou la condition du politique. Celle-ci se donne à voir d’ailleurs au détour d’un nom – « Troy Davis » –, « qui ne devrait s’écrire et ni s’écrire » (p. 73), de l’évocation d’une nuit parisienne poursuivit par les policiers et des « Souvenirs de manifestation » (p. 80). Ou encore dans une citation de Che Guevara mise en vers (p. 70). Plus sûrement peut-être que dans la troisième et dernière partie, « Chanson de Jean de La Crise ».

Delorieux signale dans une préface élogieuse le « jeu de piste » et les « références cachées » (p. 9) de ces poèmes. Sans être aussi positif, force est de saluer ce jeune auteur affirmant :

« J’ai rendez-vous avec tout ce malheur des êtres

(…)

On oublie tout comme un songe égaré

Si l’on n’est pas révolutionnaire » (p. 70).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.