Abdellali Hajjat, La marche pour l’égalité et contre le racisme, Paris, Éditions Amsterdam, 2013, 261 pages, 14 €.

Un compte rendu de Vincent Gay

Le 30e anniversaire de la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 a donné lieu à une multitude d’initiatives commémoratives : expositions, livres, documentaires, colloques, débats, etc., jusqu’à un film de fiction, sorti en salles en novembre 2013, réalisé par Nabil Ben Yadir. Alors que les dix et les vingt ans de la marche avaient été peu célébrés, la multiplicité de ces hommages, et la diversité des acteurs qui en sont à l’origine, ne peuvent qu’interroger sur le sens de l’événement et les différentes appropriations mémorielles qui sont alors en jeu, se répondent et se confrontent. En 2013 la marche est donc devenue un enjeu mémoriel, même s’il faut relativiser l’impact des commémorations à une large échelle, comme l’indique la faiblesse du nombre d’entrées pour le film de Nabil Ben Yadir malgré l’importance de sa promotion et la présence parmi les acteurs de Jamel Debouzze.

L’inflation éditoriale sur la marche reflète par ailleurs la portée de la commémoration1. Au milieu de ce flot éditorial, on trouve pourtant peu d’ouvrages faisant œuvre d’histoire. C’est tout l’intérêt du livre d’Abdellali Hajjat, enseignant-chercheur à Nanterre, de pallier ce manque, en livrant une socio-histoire de l’événement que constitue la marche, en se détachant des enjeux mémoriels, tout en reconnaissant leur puissance et la façon dont ils obscurcissent d’autant plus la démarche historienne2.

Plutôt que de retracer les grands moments de cette mini-épopée à la française, Hajjat essaye d’en retracer la genèse. Le premier chapitre est sans le doute celui qui prend le plus de soin à décrire avec minutie le lieu où tout à commencé, la ZUP des Minguettes à Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise, qui fait l’objet d’une micro-histoire, mêlant une description socio-spatiale à une interprétation des conflits qui traversent alors les classes populaires. Clivages sociaux et ethniques s’imbriquent et se répercutent dans les inégalités face au logement et dans les rapports différenciés à l’espace du quartier. La ségrégation résidentielle et les pratiques discriminatoires des bailleurs sociaux, ainsi que l’ascension sociale des salariés français les conduisant à trouver un autre logement, tendent à concentrer la population maghrébine dans certaines parties des Minguettes et à en transformer profondément la composition sociale, ce à quoi contribuent également les logements réservés aux supplétifs algériens de l’armée française, ainsi que la place des ménages français originaires des DOM-TOM. Par ailleurs, les modifications de la population et l’arrivée importante de familles immigrés dans les années 1960-70 posent des problèmes importants d’équipements et de structures d’encadrement de la jeunesse, tant se fait sentir le manque de moyens financiers pour offrir les services nécessaires aux nouveaux arrivants. Une série de faits sociaux et de discours publics se combinent pour faire de l’insécurité et de l’incivilité des enfants des familles immigrées un problème public que révèlent les protestations de la part de foyers français ainsi qu’une propension de leur part à l’autodéfense (rondes dans les quartiers, possession de chiens de garde, etc.). Une réponse des générations juvéniles du quartier, notamment face aux forces de l’ordre, est le recours à des pratiques contestataires proches de l’émeute, empruntant un mode d’action qui s’en prend notamment aux voitures lors des « rodéos », popularisés en 1981, qui attisent les tensions entre une partie de la jeunesse de la ZUP, une partie des autres habitants, et la police. La période 1981-1983 est donc marquée par ces rebellions, ces contestations de l’ordre policier, qui provoquent une montée des tensions, à la suite desquelles une partie des rebelles modifient leurs modes d’action. Certains d’entre eux commencent en effet une grève de la faim en mars-avril 1983 qui dure deux semaines et est soutenue par des militants de la CIMADE et du Mouvement d’action non-violente (MAN) ; puis ils créent l’association SOS Avenir Minguettes. Cette action, la création de l’association et les initiatives qu’elle prend, sont le fruit d’une maturation d’expériences politiques menées au sein du quartier, via les contacts entretenus avec d’autres composantes de mouvements des jeunes immigrés ou issus de l’immigration, et le soutien d’acteurs inscrits dans des associations nationales. Ce nouveau militantisme associatif déplace le face-à-face entre les jeunes et la police qui tournait de plus en plus à la confrontation permanente. Il a des effets politiques certains sur l’émergence de la cause qui va ensuite être portée par la marche, et constitue selon Hajjat, reprenant là une catégorie bourdieusienne, le passage du « groupe parlé » au « groupe qui parle ». Pour autant cette nouvelle forme d’engagement ne produit pas nécessairement un apaisement des relations entre jeunes et policiers. A partir des archives du Rhône et de l’Inspection générale de la police, Hajjat procède à une étude de l’état d’esprit des forces de l’ordre, des tensions qui les traversent, des problèmes entre les différents échelons de l’appareil policier et des failles de la solidarité étatique. Il met également à jour des catégories de perception du monde social des policiers basées sur une théorie de l’assimilation qui explique la délinquance par l’incapacité culturo-raciale des personnes issues de l’immigration à se conformer à un modèle social français. De plus, les polémiques autour de la notion de seuil de tolérance jouent un rôle idéologique non négligeable depuis les années 1960, légitimé par des instances très officielles, et largement repris dans le champ politique, notamment chez les élus locaux.

Dans ce contexte, il est difficile d’imaginer comment en quelques semaines semble se forger un compromis, appuyé par les principaux médias et une partie importante du champ politique (seule l’extrême-droite se permet de dénoncer totalement la marche), qui fait du discours des jeunes de Vénissieux une cause légitime. Abdellali Hajjat explique cela par « l’alliance, improbable et non renouvelée », de cinq pôles qui trouvent là un intérêt commun : les jeunes des Minguettes qui ont fait le bilan de l’impasse des confrontations violentes avec la police ; le mouvement traditionnel de défense des immigrés ; le mouvement des jeunes héritiers de l’immigration qui émerge dans la seconde moitié des années 1970 ; certains acteurs au sein du gouvernement qui s’imposent comme des spécialistes de la banlieue et de l’immigration ; des journalistes qui vont faire bénéficier les marcheurs d’un traitement médiatique très favorable, les présentant comme les apôtres non-violents d’une France réconciliée avec elle-même, comme ceux qui tendent la main au reste du pays. Partis de Marseille le 15 octobre dans un relatif anonymat, les marcheurs arrivent donc à Paris le 3 décembre 1983, dans une apothéose consensuelle à l’issue de laquelle le gouvernement accorde la carte de 10 ans pour les immigrés, ce qui répond aux attentes de mouvement de défense des immigrés mais apporte peu de réponse quant aux crimes racistes et aux violences policières, motivation première des marcheurs.

La partie du livre consacrée à l’après-marche et aux effets politiques de celle-ci est plus succincte et appelle des prolongements. Abdellali Hajjat évoque un « mai 68 des enfants d’immigrés post-coloniaux » (p. 144) au sens où l’événement permet une alliance relativement improbable entre différents secteurs de la société, et libère une parole qui permet l’émergence dans l’espace public d’un groupe social ou d’un nouvel acteur collectif, qui sera désigné comme « les Beurs ». Comment ce mai 68 impacte la société française, ses organisations politiques, syndicales, associatives, comment il participe aux débats plus généraux sur l’immigration, sur la police, sur l’avenir des banlieues… ? La prudence ne peut qu’être de mise quant aux comparaisons avec mai 68 tant les effets ultérieurs de la marche sont contrastés. Par ailleurs, c’est aussi dans cet après-marche que les frontières de ce groupe, son auto-définition, ses alliances ou absences d’alliances, ses divisions posent des questions politiques de premier plan, qui peuvent être traitées à la suite du travail d’Abdellali Hajjat, notamment à partir des travaux sur les scènes locales (voir par exemple les recherches de Foued Nasri3 sur la région lyonnaise), ou sur les devenirs militants de la marche (voir notamment la thèse en cours d’Adèle Mommeja4). En effet, les initiatives des commémorations font souvent de la marche un événement sans lendemain, marquant l’échec des tentatives ultérieures d’unifier des mouvements protéiformes et divisés. Si cette vision des choses correspond à une partie de la réalité, elle ne doit pas masquer les initiatives militantes souvent plus discrètes, cantonnées à l’espace d’un quartier ou d’une ville qui après 1983 perpétuent l’énergie militante qui s’est exprimée à Vénissieux en au début des années 19805.

Au final, le livre d’Abdellali Hajjat participe d’un champ de recherches sur l’histoire sociale et politique de la France des années 1980 qui nécessite encore d’être abondamment creusé. Si les années 1968 ont pu dans la dernière décennie bénéficier de recherches riches, notamment par le travail constitué autour de l’association Mémoires de 68 et la BDIC, les années 1980, période de transition à divers niveaux (politique, travail, mobilisations sociales, idéologique…) demeurent encore un parent relativement pauvre de la recherche, souvent coincé entre l’histoire du temps présent et la sociologie. Par ailleurs, cet ouvrage fait œuvre utile dans la constitution d’une histoire des luttes de l’immigration, auquel l’auteur a déjà contribué dans un précédent ouvrage6, et qui reste toujours à enrichir.

1 Christian Delorme, La Marche. La véritable histoire qui a inspiré le film, Paris, Bayard, 2013 ; Marie-Laure Garcia-Mahé, En marche, Paris, Sokrys éditions, 2013 ; Toumi Djaïdja et Adil Jazouli, La Marche pour l’égalité, Paris, Éditions de l’Aube, 2013 ; Bouzid, La Marche, Arles, Sindbad/Actes Sud, 2013, Salika Amara, La Marche de 1983.une pierre à l’édifice des luttes de l’immigration, Créteil, Éditions FFR, 2013…

2 Sur les enjeux autour de la commémoration, voir A. Hajjat, « Les trente ans de la Marche : la promotion d’une égalité sous conditions », La vie des Idées, 5 décembre 2013, sur http://www.laviedesidees.fr/Les-trente-ans-de-la-Marche.html

3 Permanences et discontinuités dans les mobilisations associatives des héritiers de l’immigration maghrébine au sein de l’agglomération lyonnaise : le cas de Zaâma d’Banlieue et des Jeunes Arabes de Lyon et Banlieue (1979-1998), thèse soutenue en 2013.

4 Devenir un militant « beur ». Une étude des formes d’engagement et de catégorisation des militants issus de l’immigration dans la France des années 1980.

5 D’où le titre de l’exposition réalisée par l’association l’Echo des Cités, « Ceux qui marchent encore ».

6 Abdellali Hajjat, Ahmed Boubeker (dir.), Histoire politique des immigrations (post)coloniales, France, 1920-2008, Paris, Éditions Amsterdam, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.