Lénine, Le Socialisme et la guerre / La Révolution prolétarienne et le renégat Kautsky, Montreuil, éditions Science marxiste, collection « Bibliothèque jeunes », 2013 / 2014, 278 pages / 194 pages, 7 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les éditions Science marxiste poursuivent leur travail de republication de textes de Lénine, et après avoir d’abord privilégié les classiques (Que faire ?, L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, L’État et la révolution, La maladie infantile du communisme (le « communisme de gauche »)), ils ont décidé de sélectionner des textes a priori moins connus, datant des débuts de la vie politique de Lénine (Ce que sont les « amis du peuple », chroniqué sur notre blog) ou de la période ouverte par la Première Guerre mondiale.

Il y a d’abord cette anthologie inédite, Le Socialisme et la guerre, qui s’inscrit indirectement dans le cadre du centième anniversaire du premier conflit mondial, mais dans un sens fort peu consensuel. Tout au long des articles ou brochures rassemblées (La Faillite de la IIe Internationale et Le Socialisme et la guerre), couvrant la période 1914-1917 et les premiers décrets sur la paix du gouvernement soviétique (l’ajout d’extraits du Manifeste fondateur de la IIIe Internationale figurant là à titre d’annexe), Lénine, loin d’un quelconque pacifisme jugé castrateur, n’a en effet de cesse de défendre le principe d’une transformation de la « guerre impérialiste » en guerre civile1, une idée toujours aussi explosive un siècle après. Il insiste d’ailleurs beaucoup, dans cette optique, sur la continuité entre les décisions des congrès de Stuttgart et Bâle de la IIe Internationale, et la position des bolcheviques, au point d’ailleurs de présenter son parti (dans la brochure éponyme) comme ayant toujours incarné la ligne juste contre les tendances opportunistes.

Car tout au long de ses différents écrits, Lénine s’en prend avec vigueur aux anciens dirigeants de l’Internationale, non prioritairement les « social-chauvins », mais les « centristes », qui entretiennent le plus d’illusions sur une possible réconciliation de lignes qui, pour le leader bolchevique, sont désormais radicalement opposées, comme sont opposés la bourgeoisie et le prolétariat ; Lénine aborde d’ailleurs, sans y entrer véritablement à fond, le sujet de la bureaucratie ouvrière, véritable couche sociale « achetée » par la classe dominante. Karl Kautsky est à cet égard une cible privilégiée2, ce qui justifie d’autant plus le rassemblement de ces deux ouvrages dans une même note de lecture. Lénine replace en effet les situations de guerre antérieures et les positionnements des fondateurs du marxisme, insistant en particulier sur la dichotomie entre bourgeoisie progressiste (avant la fin du XIXe siècle) et bourgeoisie réactionnaire, impérialiste, tout en soulignant l’importance de l’auto-détermination des peuples. Une fois de plus, il convient de saluer le travail éditorial réalisé, avec un appareil critique approprié et l’absence de tout texte théorique contemporain, laissant les documents bruts.

La Révolution prolétarienne et le renégat Kautsky est principalement construit autour de la brochure du même nom, écrite en réaction au livre de Karl Kautsky, La Dictature du prolétariat, et publié au moment où éclatait la révolution allemande de novembre 1918. Ce texte est complété par trois articles, l’un, antérieur à la brochure et qui en constitue le prélude, les deux autres datant de 1919 et abordant des thèmes semblables (« La IIIe Internationale et sa place dans l’histoire », « L’économie et la politique à l’époque de la dictature du prolétariat »). Le tout est précédé d’un texte d’Arrigo Cervetto, « Le fondement scientifique de la lutte des classes », datant de 1977, qui insiste en particulier sur la primauté des facteurs objectifs face aux subjectifs, jusqu’à une certaine tendance au mécanisme (en insistant sur la « réitérabilité des phénomènes » p. 21), et pourfend l’idéalisme politique contraire au matérialisme et à la vision de classe.

La Révolution prolétarienne et le renégat Kautsky s’inscrit dans une série de plaidoyers pro domo rédigés par les dirigeants bolcheviques afin de justifier leurs actions et leur rupture avec la IIe Internationale, et vise prioritairement Karl Kautsky, tout comme le Terrorisme et communisme de Trotsky3. Volontiers didactique, et d’une plume acide, Lénine écarte le fantasme d’une démocratie pure et absolue4, insistant sur la nécessaire analyse de l’État comme étant toujours l’instrument d’une classe sociale, et soulignant la volonté farouche des exploiteurs de se maintenir en position dominante5. Dans sa critique sans concessions des dirigeants selon lui faillis de la IIe Internationale6, Lénine oppose leur ralliement au nationalisme capitaliste à l’internationalisme bolchevique, et leur prédilection pour la discussion, à l’action de préparation concrète menée par son parti. Il approfondit ainsi la tranchée séparant deux camps diamétralement opposés, celui de la bourgeoisie et de ses complices, et celui des véritables continuateurs de Marx et Engels (Lénine effectue à plusieurs reprises des rappels de prises de position antérieures de Kautsky, dans son livre Le Chemin du pouvoir ou avec le Manifeste de Bâle de l’Internationale).

Ce faisant, et c’est là la rançon du mode pamphlétaire, il survalorise l’élargissement de la démocratie en Russie soviétique au profit des masses travailleuses7, et sous-estime la résilience de la bureaucratie et du militarisme, caractéristiques selon lui du capitalisme impérialiste et qu’il considère comme abolis en Russie. Lénine justifie également la dissolution de l’Assemblée constituante, relevant là aussi son caractère de classe, et tirant une partie de la force de son argumentation du rappel d’Assemblées réactionnaires du passé…

Alors que le centenaire de la Révolution d’octobre 1917 approche, il n’est pas inutile de (re)prendre connaissance de textes de Lénine directement liés à cet événement

1Lénine envisage d’ailleurs fort concrètement la situation d’un pays où la révolution socialiste serait d’abord victorieuse (p. 168-169), n’excluant pas par principe d’éventuelles guerres contre les États bourgeois… (p. 168-169).

2« Kautsky a prostitué le marxisme et s’est transformé en un véritable prédicateur. » (p. 69).

3La dernière édition papier de ce livre date de 34 ans (éditions Prométhée, 1980). Il n’existe actuellement qu’un E-Book, paru chez Ink Book en 2013.

4« A moins de se moquer du sens commun et de l’histoire, il est clair que, tant qu’il existe des classes distinctes, on ne saurait parler de « démocratie pure », mais seulement de démocratie de classe (…) » (p. 51).

5« Jamais, si ce n’est dans l’imagination doucereuse du doucereux benêt Kautsky, les exploiteurs ne se soumettront à la volonté de la majorité des exploités, sans avoir fait jouer – dans une bataille suprême, désespérée, dans une série de batailles – leur avantage. ».

6« Mais des décades de capitalisme relativement « pacifique », de 1871 à 1914, ont accumulé dans les partis socialistes qui s’accommodent de l’opportunisme, de véritables écuries d’Augias de philistinisme, de mesquine étroitesse et de reniement… » (p. 64).

7Sa défense d’un élargissement des sphères dirigeantes et de l’ascension sociale ouverte à des représentants du prolétariat possède à l’inverse une part de véracité. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.