Silien Larios, L’usine des cadavres. Ou la fin d’une usine automobile du nord de Paris, Saint-Georges-d’Oléron, Éditions Libertaires, 2013, 365 pages, 15 € ; Sylvain Pattieu, Avant de disparaître. Chronique de PSA-Aulnay, Paris, Plein Jour, 2013, 339 pages, 19,50 € ; Ghislaine Tormos (avec Francine Raymond), Le salaire de la vie. Notre travail coûte trop cher, disent ils, Paris, Don Quichotte, 2014, 199 pages, 15 €.

A propos d’un conflit ouvrier dans l’automobile : PSA-Aulnay
Un billet de Georges Ubbiali

En sus d’une brochure de Lutte ouvrière, le conflit de l’usine PSA Aulnay a suscité l’édition de trois ouvrages. Chacun de ces trois livres présente un récit du conflit, une construction et un style très différent. Sans prétendre que la polyphonie ainsi produite peut fournir une vision définitive de cette grève de 18 semaines (du 16 janvier au 21 mai 2013), l’un des conflits les plus longs de la métallurgie, il n’en reste pas moins que leur examen comparatif permet de mieux cerner la manière dont un événement social fait l’objet d’une mise en récit.

Commençons par le livre de Ghislaine Tormos, écrit en collaboration avec la journaliste Francine Raymond. Le lecteur ne saura pas la part qu’a prise cette dernière dans l’écriture du livre, même si on peut cependant supposer qu’elle a joué un rôle déterminant, au vu de la construction, du style, des bonnes phrases, ainsi qu’au fait que son nom figure sur la couverture de l’ouvrage. Tout laisse à penser qu’il s’agit donc de ce type d’ouvrages où l’auteur ne justifie sa fonction qu’au titre de « matière première », mise en forme par un(e) professionnel/le de l’écriture. Si la mise en écriture relève donc de l’hétéronomie, l’intérêt du témoignage n’en est pas pour autant absent. En effet, Gigi, comme elle se nomme vite, est une ouvrière, catégorie plutôt peu fréquente dans l’univers automobile, monitrice sur une ligne de montage (responsable de chaîne). Jusqu’au déclenchement du mouvement, elle n’avait jamais participé à la moindre grève, bien qu’étant syndiquée. Oui, mais, Gigi était organisée au SIA (Syndicat indépendant de l’automobile, ex-CFT, ex-CSL, syndicat patronal bien connu). Le moins que l’on puisse dire est donc que, spontanément, elle ne faisait pas partie de celles et ceux qui pouvaient être considérés comme des agitateurs patentés. Pourtant, bien que favorable à la négociation et à la concorde avec le patronat, le SIA ne pouvait guère rester l’arme au pied, au risque de perdre tout crédit, au moment où l’annonce de la fermeture de l’usine était annoncée. Après avoir emboîté le pas aux syndicats contestataires (CGT et Sud), le SIA se rétractera et abandonnera la lutte pour tenter de négocier une « bonne » sortie de conflit et un « bon » plan social. Cependant, une petite partie des troupes du SIA, dont Gigi, poursuivront le mouvement jusqu’à la fin de la grève. Son récit s’avère donc beaucoup plus que l’explication de son parcours de femme seule avec deux enfants qui a l’occasion de refaire sa vie professionnelle après une période de chômage (avec au départ, une formation d’esthéticienne-cosméticienne) dans l’industrie automobile. Il s’agit surtout de la narration d’une radicalisation en acte à partir du moment où son univers professionnel, conquis de haute lutte (elle est la seule femme monitrice de l’usine), s’écroule avec la fermeture programmé du site d’Aulnay. En effet, par petites touches, au fil de son engagement dans le comité de grève, contre l’avis du SIA (dont on apprend dans le livre de Sylvain Pattieu que ses instances nationales ont vertement critiqués la grève), Gigi évoque comment, pour elle, comme pour d’autres, la grève est l’occasion d’en finir avec la peur et la monotonie d’un travail aliénant : « La peur du chef, ça marche encore à l’usine. Dans une entreprise automobile, les ouvriers sont encadrés, surveillés, chaque geste est prévu, minuté, même pour aller aux toilettes » (p. 71). D’ailleurs, Gigi n’aura de cesse tout au long du livre de revenir sur ces femmes, ces travailleurs, âgés ou peu qualifiés qui malgré la fin de l’usine continuent à se soumettre à l’ordre patronal et à exprimer leur peur de s’engager dans les manifestations ou la grève. En ce qui la concerne, comme elle l’exprime : « (…) en vérité, je m’en moque. Je n’ai plus peur » (p. 97). A partir de là, Gigi est de toute les actions, même les plus périlleuses, conduites dans le cadre du mouvement. Elle raconte ainsi, avec un certain humour, comment à la fin d’une opération gratuité à un péage d’autoroute, afin de recueillir des fonds pour les grévistes, dans la plus parfaite illégalité, elle converse avec un capitaine de gendarmerie, qui leur conseille de choisir un autre péage, plus passant et partant, potentiellement plus rentable. Si son livre, très vivant et plaisant à lire se conclut par un appel à la généralisation des luttes, seul moyen selon elle de parvenir à dessiner un avenir positif pour ses enfants, l’analyse politique de cette ouvrière, par ailleurs électrice de Jean-Luc Mélenchon, demeure, sur le fond, assez modérée : « Ma conviction est que si notre pays est bloqué, c’est justement parce que nos dirigeants esquivent et mentent en permanence. Pourquoi est il est si difficile de dire la vérité ? Nous ne sommes pas des demeurés, nous pouvons comprendre si on nous explique des faits sensés » (p. 185-186). Malgré cette limite, reste l’expérience de l’action collective : « Je suis sortie de mon rail tout tracé de bonne ouvrière en prenant le risque de le payer cher. Pourtant, je n’ai aucun regret car dans cette aventure, j’ai rencontré l’amitié et la force d’être ensemble » (p. 189).

Très différent apparaît le second ouvrage, celui écrit par Sylvain Pattieu (historien, romancier, militant du Front de gauche [Ensemble] après avoir été au NPA), qui se range dans la lignée de la littérature engagée telle qu’a pu l’illustrer Frédéric Fajardie avec Métaleurop (Mille et une nuits, 2003)1. L’auteur s’est fait le scribe de la parole ouvrière en recueillant le témoignage d’un certain nombre d’ouvriers (dont Ghislaine Tormos, d’ailleurs), retraçant dans ces tranches de vie leur rapport au travail (première partie), et leur récit de la grève (deuxième partie). Cette parole rapportée est entrecoupée de commentaires du narrateur permettant de contextualiser le propos. C’est ainsi que l’évocation du parcours de ces témoins – sur leur insertion professionnelle (formation initiale, formation continue, reprise d’études), leur statut marital, les ruptures dans le couple, les déménagements, les déplacements dans l’espace professionnel –, donne lieu à des rappels de l’histoire ouvrière. Si l’idée de fournir un peu de recul historique sur les témoignages des interviewés est de bonne facture (ainsi l’évocation des établis par exemple, qui constitue une très sensible approche de ces militants), certaines évocations apparaissent en franc décalage : évocation du 17e régiment d’infanterie de ligne lors de la révolte des vignerons en 1907 ou la période des attentats à la bombe des anarchistes. Dimensions qui ne sont pas fausses, naturellement, mais qui apparaissent un peu plaquées sur un récit qui n’a pas grande chose à voir avec ces hauts faits de la geste ouvrière. Ces témoignages des ouvriers d’Aulnay permettent de découvrir un groupe ouvrier assez éloignés des poncifs sur la classe ouvrière. Christophe évoque ainsi sa passion de la littérature russe classique, tout en reconnaissant qu’il est tenté par le vote FN, Farid rapporte ses voyages à travers l’Amérique du Sud quand il faisait la route, plus jeune, ou encore Ngoc Dai, ancien haut gradé militaire sud-vietnamien, déclassé (il est cariste à PSA Melun), mais dont les enfants sont en ascension sociale (sa fille est avocate et son fils major de Centrale), bref les passions prolétariennes ainsi évoquées apparaissent tout autre que celles entendues habituellement. De même, l’évocation des rapports entre les différentes nationalités laisse transparaître des expériences assez dissemblables et les jugements qui leurs sont afférents entre la supposée soumission des Marocains face à la maîtrise par rapport à la plus grande résistance dont feraient preuve les Algériens (témoignage de Farid, p. 106). Par le biais du film Haya, Sylvain Pattieu évoque également la grande grève des immigrés de 1982. L’évocation de cette grève permet d’ailleurs, au détour du témoignage de Philippe Julien, leader CGT, militant Lutte ouvrière, de mieux saisir la politique d’implantation de ce courant politique dans cette usine. Alors jeune ouvrier, gagné à LO par l’intermédiaire des luttes des lycées techniques quelques années plus tôt, celui-ci ne participe pas, volontairement, à la grève, afin de ne pas gâcher sa récente embauche (« J’ai pas participé à la grève, c’aurait été suicidaire, je suis resté au vert, chez moi » p. 87). La grève de 1982 est pourtant une grève victorieuse. Par contre, Philippe Julien participe à celle de 1984, défaite cette là, mais sous la protection d’un mandat syndical. Comme le dit Gigi, « Il y a un condensé du monde dans des usines comme ça » (p. 209), ce que les propos recueillis par Sylvain Pattieu permettent parfaitement d’illustrer, même si l’on peut regretter certains effets de style gongoristes2 (voir par exemple les paroles proche du haïku de Christophe p. 164 ou celles de Christophe p. 206). La deuxième partie de l’ouvrage porte sur le déroulement de la grève. On peut s’interroger sur le statut littéraire de ces pages. En effet, cette partie se présente comme un journal, quasi quotidien, de la grève, entrecoupé d’extraits d’entretiens. Certes l’auteur y fait montre de ses capacités d’écriture et de sa vaste culture (comme les allusions à Walter Benjamin, p. 210 ou la mobilisation de l’expérience de la Première Guerre mondiale pour manifester la pourriture du mouvement, comme enlisé dans les tranchées), mais l’effet éphéméride domine. Les extraits d’entretiens sont d’ailleurs, globalement, beaucoup plus cursifs que dans la première partie. Il n’empêche, l’auteur livre des informations intéressantes, par exemple sur la sociologie des grévistes (partis à 500 environ, sur un effectif de 3000, ils finissent à moins de 200 quelques semaines plus tard) : « Ceux qui sont dans l’organisation de la grève, c’est beaucoup du ferrage, des ouvriers qualifiés, des gars jeunes, des bacheliers, avec des diplômes, des électrotech, des bacs plus un ou deux. La direction arrive pas à comprendre. Ces gens là, justement, ils sont intelligents, ils réfléchissent, ils pensent par eux-mêmes. Ils défendent leur bifteck. Les autres, ils sont pas autonomes, ils ont été élevés par PSA » (Gigi, de nouveau, p. 269). De la même manière, des aperçus sont fournis sur l’augmentation considérable de l’absentéisme (600 arrêts de maladie sur 3000 salariés), manière pour bon nombre de ne pas choisir leur camp ou encore sur la force de la solidarité, puisque durant le conflit, ce sont plus de 900 000€ qui sont collectés pour la caisse de grève, permettant d’éviter des pertes de salaires importantes (ce qui fait dire à Joël, en un détournement plein d’humour : « Je continue (la grève). Si ça se trouve, si ça continue comme ça, on aura de meilleurs salaires de grève que nos vrais salaires ! », p. 301), ou enfin, sur LO, dont l’auteur, en un involontaire hommage empoisonné, considère que son apport au mouvement ouvrier se manifeste par la compréhension de l’importance des élections. De nombreux autres aspects sont évoqués au fil du propos, ainsi la place de la religion (le choc des camarades et des frères), le rôle très actif de la direction dans la mobilisation anti-gréviste, le désintérêt du Parti socialiste pour ce mouvement qui est venu le brusquer ou encore le rapport à la supposée violence durant le conflit, ce qui fait dire à Rodolphe : « dans le reportage, il dit, on veut faire croire que je suis un voyou, mais les voyous, ils se lèvent pas à cinq heures du matin pour partir travailler, pour gagner 1600 euros par mois » (p. 278).

Reste enfin, l’ouvrage écrit par Silien Larios, pseudonyme d’un ouvrier travaillant à la chaîne à Aulnay, ouvrage sans aucun doute le plus inattendu. Larios n’a pas eu besoin du renfort d’un journaliste pour tenir cette chronique de l’usine, présentée comme un roman sur la couverture du livre. On comprend très vite pourquoi une aide extérieure n’a pas nécessaire. Silien Larios a beau être ouvrier (retoucheur, après avoir connu le statut d’OS durant 7 ans), il n’en fréquente pas moins la Cinémathèque, discute des qualités de Chostakovitch à la pause, apprécie l’écoute de Malher, Bruckner ou Wagner, lit Proust, Balzac, Vassili Grossman, Céline et quelques autres, bref affirme des goûts culturels tout ce qu’il y a de plus légitimes (pour ne pas dire, parfois, légitimistes). Comme l’écrit le sociologue Ivan Sainsaulieu dans sa postface, le cas de Silien Larios illustre parfaitement la rencontre entre ouvriers, militants et intellectuels (s’il ne fut jamais ouvrier, Ivan Sainsaulieu partagea les deux autres qualités avec le narrateur). En effet, Silien Larios fut durant de nombreuses années militant de Lutte ouvrière, dont l’usine PSA d’Aulnay fut un bastion. Son témoignage permet d’approcher les coulisses de la grève, dont il est un actif militant, mais aussi le fonctionnement de LO. En effet, ce militant a fait partie du courant de la Fraction l’étincelle de Lutte ouvrière, petite dissidence interne exclue au moment des élections municipales de 2008 et qui s’est maintenue durant un moment comme fraction publique, éditant un journal (Convergences révolutionnaires), puis a intégré le NPA peu après sa constitution. C’est d’ailleurs ce ralliement au NPA qui semble avoir rompu l’engagement de Silien Larios avec la minorité (qu’il appelle les « petits » dans le livre, les « grands » représentants la majorité de LO). Bien qu’édité par les Éditions libertaires, le propos a peu à voir avec les théories libertaires3, si ce n’est un certain rejet de toutes les organisations, une posture anti-système4, qui l’amène à exprimer sa sympathise pour la figure de Mesrine, « ange exterminateur ». Cette très forte politisation anti-parti confère à ce livre une densité exceptionnelle, car tel du papier de verre passé sur la chair vive, il permet de révéler de très nombreux aspects de la grève que n’abordent pas les autres ouvrages. A cette position singulière qu’occupe le narrateur (un « marginal séquant » dirait-on en termes de sociologie des organisations), s’ajoute un second aspect d’ordre stylistique qui confère une valeur particulière au témoignage. En effet, admirateur de Céline5, Larios essaie, dans son écriture, de s’inspirer de l’oralité propre à l’écriture célinienne. Le résultat n’est certes pas à la hauteur de l’ambition affichée (l’expression itérative de l’amertume place le lecteur face à un aigri bien plus qu’à un génie), mais permet néanmoins, par de multiples notations et passages, d’offrir une dense qualité littéraire au livre. Si l’on excepte la tendance systématique et répétée à succomber au recours aux insultes sexuelles (on ne compte pas « le nombre de pédérastes notoires », p. 117 ; de « je suis pas payé pour faire la pute. Mon métier, c’est ouvrier, pas salope », p. 114, de « jet-set de mes couilles », p. 119 ; « deviennent pédérastes à force de sucer pour avoir des promotions », p. 119, « je bois un café avec Mimoun. Celui-là, ça peut se dire qu’il a des couilles », p. 98, etc.), son propos regorge d’humour et de notations très intéressantes sur le travail. Il y a aussi du Robert Linhart6 chez Silien Larios, qui là aussi confère un intérêt particulier pour son témoignage. Ainsi, dans une posture introspective, évoque-t-il la manière de tuer le temps dans un travail sans grand intérêt, qui l’use quand même 8 h par jour : « Pour éviter l’ennui, y a qu’en faisant travailler ses méninges. Se repasser des films, des bon souvenirs, la femme aimée, les beaux paysages vus pendant les vacances. Dans ces boulot à l’isoloir venait souvent dans mon esprit le début de la Septième symphonie de Malher » (p. 137). Cependant, comme il le reconnaît lui-même, il faut beaucoup de patience au lecteur pour le suivre, car si ses notations sont éclairantes et nombreuses, il écrit au fil de sa plume, fait de nombreux allers et retours au fur et à mesure des ses réminiscences et souvenirs, ce qui en alourdit souvent la lecture. De ce point de vue, le choix de n’évoquer les personnages de son récit que sous des pseudonymes interroge, d’autant que pour une bonne partie d’entre eux, le pseudonyme est transparent : Sorel pour Philippe Julien, secrétaire de la CGT, Gratiner pour Jean-Pierre Mercier, leader LO, Le fromager pour Hollande, Perdraux pour le secrétaire de la CGT, Adolphine pour Marine Le Pen, Fortoul pour Poutou, le RPM pour le NPA, etc. Silien Larios dévoile l’arrière-scène de la grève, la manière dont le comité de grève a été constitué, les prises de décision, l’interaction avec les autres organisations syndicales (SIA ou SUD, voire la CFDT), les actions d’éclat (occupation du Conseil national du Parti socialiste ou du siège de l’UIMM7), dynamique des manifestations ou du tour des usines. Mais c’est surtout en témoin privilégié de l’activité de LO que son livre se montre fécond. En effet, par petites touches, Silien Larios évoque son expérience de militant à LO, puis à la fraction. Il confirme ainsi certaines informations sur les pratiques de ce courant politique. Le lecteur découvre comment les militants de LO ont œuvré pour rejeter l’idée que Jean-Luc Mélanchon (Crémanchon dans le texte) puisse intervenir devant les portes de l’usine, au profit de Germaine Martot (Nathalie Arthaud), comment les propositions du NPA ont été éconduites, comment s’est développée une attitude sectaire à l’égard de Sud-Auto, syndicat considéré comme une antenne du NPA, ou encore, comment la direction de LO a encadré de manière clandestine une des plus importantes manifestations de la grève : « Une fois à Saint-Lazare, le défilé militaire se poursuit dans les beaux quartiers. Les ouvriers marchent en cadence à visage découvert. Contrairement aux vieux dirigeants du bureau politique Grand Trotskiste qui nous attendent pour encadrer la manif. Avec badge du syndicat La rouge (CGT) qu’ils sont (…) Alors qu’ils tiennent le principal syndicat de la turne, ça ne les empêche pas de s’inviter sous de faux masques aux manifestations des ouvriers de l’usine » (p. 302). Son aversion pour LO tend néanmoins à virer à la paranoïa, à la fin du récit. Les militants de cette organisation sont envisagés comme « agent du Guépéou », ou « schupos à brassards rouges » (p. 310). « Ça serait triste. D’une tristesse affligeante d’être obligé de militer encore pour changer le monde en suivant cette secte. Avec des gens pire que des vermines. Pires que des charognes… Qui annihilent l’individu » (p. 312). L’inspiration stylistique célinienne trouve visiblement là ses limites. La fin de l’ouvrage vire d’ailleurs carrément au grotesque, au nom de l’apocalypse qui conclut la Tétralogie wagnérienne. Il n’est pas sûr que le lecteur suive l’auteur dans son délire final où tout sombre soudain : « Une éruption volcanique sous nos yeux. Tout s’effondre dans mon atelier : Carthage en flamme » (p. 337). Il serait cependant dommage de s’arrêter à ces aspects, car y compris dans ses outrances, et dans ses excès8, l’ouvrage de Silien Larios représente un apport de la première importance sur la vie ouvrière et sur un mouvement gréviste d’une exceptionnelle ampleur.

1Lire notre compte rendu sur la revue électronique de Dissidences, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=929

2Le gongorisme est un style littéraire caractérisé par sa préciosité.

3Ainsi que l’explique d’ailleurs Ivan Sainsaulieu dans sa postface, rappelant que pas une fois Bakounine, Proudhon ou quelques autres références du courant anarchiste ne sont évoqués

4Cette propension à tout rejeter se manifeste également par rapport à la religion, ici islamique. Larrios exprime son opposition résolue à ce qu’il appelle les « jansénistes », contre lesquels il n’hésite pas à mener un combat personnel.

5« Je me suis toujours demandé ce que le Docteur Destouches, l’une de mes idoles littéraires aurait pensé de ces vermines », p. 24.

6Robert Linhart, L’Etabli, Paris, Éditions de minuit, 1978.

7Union des industries et métiers de la métallurgie, organisation patronale.

8On se dit que le ressentiment à l’égard de son engagement à LO doit confiner à l’insupportable pour qu’il exprime une telle déception : « Qui a dit que c’est pas des fins stratèges véroles les trotskistes ? Leur stratégie a même été jusqu’à appeler à l’abstention au deuxième tour des élections présidentielles. Ils en rient encore du bon mot d’Ottavio : avec 0,5, vous vous êtes abstenus aussi au premier tour ! » (p. 290).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.