Olivier Besancenot, La Conjuration des inégaux. La lutte des classes au XXIe siècle, Paris, Le Cherche midi, 2014, 154 pages, 13 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Faisant suite à On a voté… et puis après ?, paru en 2012 (et chroniqué sur notre blog), Olivier Besancenot signe un nouveau petit opuscule, qui semble avoir comme objectif implicite de replacer le NPA en organisation attractive, après des départs l’ayant profondément affaibli1. Cette fois, plus que d’un commentaire sur l’actualité, il s’agit d’une synthèse vulgarisatrice visant à stimuler la conscience de classe et à (re)donner quelques bases d’analyse marxiste au plus grand nombre (même si cette finalité est en partie enrayée par un prix plutôt élevé au vu du format de l’ouvrage). On y trouve ainsi des explications sur la plus-value, sur la définition d’un capitaliste (préféré au terme de bourgeois), sur la distinction classe en soi / classe pour soi, ou sur la nature de classe de l’État (insistant sur les allers retours entre scène politique et conseils d’administration), remis au goût du jour via quelques citations de rappeurs ou de vocabulaire dit « moderne » (« doublette », par exemple, au sujet de la plus-value2, ou nécessité d’un « nouveau mouvement ouvrier en HD » [sic] p.143), ce qui apparaît comme une concession inutile à l’air du temps…

Partant de la situation du monde et de ses profondes inégalités, susceptibles d’éveiller un sentiment de révolte chez le lecteur, Olivier Besancenot en vient à dénoncer les efforts de la bourgeoisie pour se maintenir au sommet de la hiérarchie sociale, insistant à juste titre sur la reproduction sociale dominante. Il utilise pour cela les travaux du couple Pinçon-Charlot (Les Ghettos du gotha, chroniqué sur notre ancien site) et ceux de Geoffrey Geuens (La Finance imaginaire. Anatomie du capitalisme : des « marchés financiers » à l’oligarchie, chez Aden)3. Bien des exemples retenus font mouche, bien des mises au point également, comme ce rappel de la place déterminante des grandes entreprises comparativement aux PME4, ou du lien intrinsèque entre économie financière et économie soi-disant réelle. On nous permettra d’être moins convaincu par les parallèles historiques qui sont faits, à commencer par celui qui justifie le titre de l’ouvrage. La conjuration des égaux désignait en effet la préparation d’un soulèvement révolutionnaire, autour de Gracchus Babeuf en 1796, pour remettre la révolution française dans ses rails les plus radicaux ; même en l’inversant, ce patronyme ne convient franchement pas pour désigner l’entente entre bourgeoisies, soutenue par un consensus global. De même, lorsqu’Olivier Besancenot cite La Nuit des prolétaires, de Jacques Rancière, pour affirmer que « (…) il n’y a aucun fatalisme au fait que des prolétaires ne travaillant pas ensemble ne puissent se retrouver dans des espérances partagées. » (p. 103), il néglige la différence fondamentale de contexte historique, la première moitié du XIXe siècle et l’essor d’une classe ouvrière regroupée en usines et en quartiers, n’ayant que peu de choses en commun avec la situation actuelle d’atomisation sociale et spatiale de cette dernière.

La seconde partie du livre s’intéresse au prolétariat, défini comme « la classe salariée des producteurs » (p. 77), en une volonté d’ouverture qui invoque Ernest Mandel, mais rappelle également les analyses de la T3 [tendance 3] de la LCR dans les années 19705. Dans son souci de filiation historique, qui le voit retracer les grandes étapes du mouvement ouvrier depuis les sans-culottes, Olivier Besancenot révèle à la fois un traditionalisme marxiste (critique du socialisme utopique, place capitale de Marx et Engels, occultation complète des anarchistes – seule Louise Michel est brièvement citée6) et un œcuménisme propre à la LCR (le commandant Marcos est plusieurs fois mentionné, l’accent est mis sur l’héritage sombre d’Octobre 17, le camp du « socialisme réel » étant même qualifié de « totalitaire », p. 92). Ce qui prime dans cette partie, c’est le facteur subjectif, le mouvement des exploités, qui doit retrouver son unité7 et reprendre l’offensive, l’initiative, à l’image des travailleurs sans-papiers dont il est fait l’éloge, tandis que le but lui-même est plus rapidement évoqué. Dans cette optique, c’est la reconstruction d’un « syndicalisme démocratique, unitaire et radical » (p. 145) qui apparaît prioritaire, dans le cadre plus général de la nécessité de « refonder un mouvement ouvrier de type nouveau » (p. 143), confirmant, cinq ans après, la volonté de remise à plat organisationnelle qu’a souhaité incarner le NPA lors de sa création en 2009.

1Voir Jean-Paul Salles, « De la Ligue communiste révolutionnaire au Nouveau parti anticapitaliste : l’impossible mutation ? », in Pascal Delwit (dir.), Les Partis politiques en France, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, collection « Science politique », 2014.

2Olivier Besancenot parle également des « sept familles » bourgeoises les plus puissantes en France (p. 34), ce qui n’est pas sans évoquer les « deux cents familles » de la propagande du PCF des années 1930. Le capital est également qualifié de « parasite ».

3L’ouvrage de François Ruffin, La Guerre des classes, Paris, Fayard, 2008, chroniqué sur notre ancien site, n’aurait pas déparé dans ces références.

4« Le capital s’est fragmenté à travers l’unification des petites entreprises dans des groupes ou holdings. Dans le même temps, il a fragmenté sa production dans une myriade de petites unités reliées entre elles. » (p.102).

5En parallèle, Olivier Besancenot insiste tout de même sur l’augmentation du nombre d’ouvriers à l’échelle mondiale, une convergence revendiquée dans l’analyse avec Lutte ouvrière.

6On se souvient qu’il y a dix ans, Olivier Besancenot se sentait plus en phase avec un certain état d’esprit libertaire : Antoine Artous, Olivier Besancenot, Philippe Corcuff, Nouveaux défis pour la gauche radicale, Lormont (33), Le Bord de l’eau, 2004.

7« Cette logique du délitement social efface les frontières de classe et s’alimente du rejet de nous-mêmes bien plus que celui des autres. » (p. 94). 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.