Mathilde Larrère, Felix Chartreux, Maud Chirio, Vincent Lemire, Eugénia Palieraki, Révolutions. Quand les peuples font l’histoire, Paris, Belin, 2013, 242 pages, 39 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dans la catégorie des « beaux livres », pourvus d’une riche iconographie, Révolutions est né du choc des révolutions arabes en 2011, et s’efforce de reprendre l’histoire longue des révolutions, définies dans l’introduction comme « (…) moment violent d’expression de la souveraineté populaire (…) [débouchant sur] un changement radical. Il s’agit de mettre à bas le pouvoir en place, et non de le réformer de l’intérieur. (…) La révolution est le moment où s’opère le passage de la violence illégale à la violence légitime. » (p. 7). Les XIXe et XXe siècles sont également opposés, le premier offrant censément des révolutions plus homogènes dans leur nature que le second, ce qui mériterait assurément discussion, tout comme la mémoire de 1789 majoritairement positive, une donnée pour le moins en voie d’effritement, et qui s’applique davantage aux élites qu’aux masses populaires…

L’exposé débute toutefois au XVIIe siècle, avec les révolutions anglaises, Mathilde Larrère justifiant ce postulat par l’impossibilité de révolution antérieure, l’idée de souveraineté populaire étant absente ; les révolutions modernes ne tombent toutefois pas du ciel des idées, et un prélude aurait été bienvenu, permettant d’étudier les antécédents que sont, entre autres, les révoltes serviles de la République romaine, les jacqueries occidentales ou la guerre des paysans… On regrettera également l’absence de certaines révolutions, celle des Taiping en Chine, de la Hongrie en 1956 (quelques lignes seulement dans le chapitre sur la période 1989-91 en URSS et Europe de l’est), ou du Nicaragua, par exemple, ou même le mai-juin 1936 français, d’autant que les années 68 ont droit pour leur part à un chapitre… Les chapitres se concentrent sur un épisode révolutionnaire en particulier, et quelques-uns, intercalés, se révèlent plus thématiques (« D’une révolution à l’autre. Les circulations révolutionnaires dans le monde », par exemple1, ou « Existe-t-il des droites révolutionnaires ? La révolution à contresens »2). Au sein de chaque chapitre, des textes marginaux (au sens premier du terme) se penchent sur un sujet plus ciblé, souvent avec beaucoup d’à-propos sinon toujours d’originalité, et permettent de dynamiser l’ensemble par la mise en valeur des liaisons entre révolutions : ainsi de « Octobre 1917 et la Commune » (p. 90), de la naissance du lien entre jeunesse étudiante et révolution à l’occasion des Trois Glorieuses (p. 61) ou de « De quoi la révolution est-elle le nom ? » sur l’origine de l’utilisation politique du mot (révolution dans le sens de restauration des Stuart après Cromwell, réutilisée en 1688-1689 et affectée alors du signifié de changement profond).

Sur l’ensemble des synthèses historiques, généralement de bonne facture3, on oscille entre développements finalement assez classiques, voire scolaires, et analyses plus originales et personnelles. Au rang des premiers, la révolution américaine, dont le rôle de détournement de la colère sociale est utilement rappelé4 ; la Grande Révolution, sur laquelle la Terreur est remise en perspective5, mais qui n’évoque absolument pas Gracchus Babeuf ; les révolutions latino-américaines, nationales avant tout (les armées jouant d’ailleurs le rôle d’athanor de la conscience nationale), placées sous l’influence de la Révolution française et de celle d’Haïti, mais dont l’auteur nous semble accentuer le caractère accidentel6 ; la révolution mexicaine des années 1910, « (…) révolution sociale, paysanne, nationaliste, anti-impérialiste et indigéniste (…) » (p. 105), guerre civile d’une grande complexité, qui n’est pas sans préfigurer celle de la révolution russe, et qui déboucha sur de réelles avancées sociales ; la longue révolution chinoise, courant ici de la révolution de 1911 à la révolution culturelle… Concernant les exposés les plus subjectifs, on peut citer ceux sur 1848 et 1871, qui critiquent les analyses de Marx quant à la nature prolétarienne de l’insurrection de juin 1848 et de la Commune de Paris (en opérant, ce faisant, une lecture sans doute trop unilatéralement sociologique). Sur les révolutions russes, si le contexte de l’année 17 est bien retracé dans sa totalité, les mesures prises par les bolcheviques ne sont pas restituées dans toute leur richesse7, et les conséquences de la vague révolutionnaire en Europe légèrement bridées (quid de l’agitation révolutionnaire en Italie ?). 1936 est l’occasion d’insister sur la nature révolutionnaire de la guerre civile espagnole en ses débuts, et de rappeler la violence exprimée par la population du camp républicain, souvent « défensive » (les victimes de la violence franquiste sont deux fois plus nombreuses, p.140). Sur Cuba, l’auteur qualifie le mouvement révolutionnaire initié par Fidel Castro de « populiste », et diagnostique une tendance autoritaire dès le début de la prise du pouvoir, avant tout ralliement au bloc socialiste (liant cette tendance à une méfiance typiquement locale vis-à-vis d’une démocratie jugée trop fragile). Concernant le chapitre plus tangent des années 68, on notera une sur-représentation dans l’analyse des phénomènes de lutte armée, qui ne va pas sans énoncés grossiers (« En France, (…) les trotskistes des Jeunesses communistes révolutionnaires sont tentés par la voie armée jusqu’en 1973. [sic, souligné par nous] », p.188).

Des épisodes révolutionnaires méconnus sont également remis en lumière, ainsi de la révolution des Jeunes-Turcs en 1908 dans l’empire ottoman, dont le lien avec les récentes révolutions arabes est souligné (ces dernières ayant droit à un chapitre un peu frustrant), et qui laissa effectivement s’exprimer un souffle révolutionnaire avant la réaction militaire de 1912, favorisée par un contexte extérieur hostile. Concernant l’iconographie de l’ouvrage, ce sont surtout les images les plus connues qui sont reprises, de l’« Exécution de Charles Ier » de Coques à « La mort d’un soldat républicain » de Capa, en passant par « Le serment du jeu de paume » de David, mais sa richesse est à saluer. Les analyses proposées se révèlent souvent intéressantes, parfois passionnantes, ainsi de la postérité de « La Liberté guidant le peuple » de Delacroix. Outre les manques partiels ou les erreurs ponctuelles8, ainsi qu’une bibliographie trop peu développée, le principal défaut de cet ouvrage tient à son apparence extérieure : l’adjonction de deux plaques de cartons en guise de couverture et de quatrième a tout du bricolage d’amateur et n’est pas au niveau du prix demandé…

1Réflexion problématisée qui néglige toutefois l’inféodation rapide de la IIIe Internationale aux intérêts nationaux de l’URSS et sous-estime considérablement la IVe Internationale, ses actions et ses élaborations théoriques, p.114 (« Minée par des scissions successives, réduite à l’état embryonnaire, elle ne parvient jamais [sic, souligné par nous] à dépasser le stade de la théorie. »).

2L’auteur conclut à l’absence de réelle caractérisation révolutionnaire des fascismes en particulier, à l’exception d’une « révolution culturelle » (p. 148).

3Le chapitre d’ouverture sur les révolutions anglaises mêle toutefois des erreurs – la guerre civile limitée aux années 1648-1649, ses causes diverses et précises négligées, Guillaume d’Orange beau-frère de Jacques II alors qu’il est son gendre – à des oublis surprenants : aucune mention des Diggers et de Winstanley. Le mépris affirmé de l’historiographie marxiste pour les révolutions anglaises (p. 15) est quant à lui pour le moins trompeur, ainsi que suffisent à le prouver les travaux de Christopher Hill ou Chris Harman.

4« Le processus de révolution nationale vient contenir les aspirations sociales en créant du consensus entre les classes autour de la défense de la patrie. » (p. 26). Sur ce sujet, voir Howard Zinn, Une Histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours, Marseille, Agone, 2002, chroniqué sur notre ancien site.

5« (…) la Terreur, entendue comme politique globale, comme système pensé d’extermination, n’a jamais existé mais a été largement inventée pour légitimer l’élimination politique de Robespierre et justifier la dépolitisation du peuple. » (p. 39-40).

6 « Tant les guerres d’indépendance que le processus révolutionnaire qui les a accompagnées et qui a débouché sur l’adoption du régime républicain et des principes de la modernité politique sont le résultat accidentel de la crise de la monarchie espagnole qui fait suite à l’invasion napoléonienne de la péninsule Ibérique. » (p. 57).

7 Le chapitre intermédiaire « Engagées, révoltées, combattantes » évoque toutefois les mesures progressistes à destination des femmes (p. 227).

8 Citons par exemple une erreur dans la légende d’une photo censée dater de février 1917 et qui présente deux soldats de l’armée rouge (p. 121), Trotsky dirigeant la répression contre Cronstadt (p. 133), ou Raymond Aron ancien communiste (p. 182). 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.