François Jarrige, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte, 2014, 424 pages, 28 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

François Jarrige avait précédemment attiré notre attention par ses travaux consacrés aux luddites et aux résistances aux innovations techniques, que ce soit en participant à des ouvrages collectifs1 ou avec ses propres publications. C’est justement l’un de ceux-ci, Face au monstre mécanique2, qu’il reprend ici en l’élargissant et en l’étoffant considérablement, proposant de fait une synthèse qui fera date sur cette question redevenue récemment un sujet au moins partiellement légitime. L’objectif est de démontrer la pluralité des oppositions, des critiques au(x) système(s) techniques qui ont émergés à compter de la révolution industrielle3, afin de ne pas réduire ce positionnement à un camp purement réactionnaire, d’aller au-delà de la dichotomie progrès technique / obscurantisme4 ; ce faisant, François Jarrige participe de cette relecture de la modernité, de ses coulisses et de ses angles les plus obscurs.

Classiquement chronologique, son propos débute par un rappel de la situation des techniques aux âges pré-industriels, ce qui lui permet de souligner qu’en Grèce et à Rome, dans l’Antiquité, il n’y avait pas blocage systématique des innovations, mais volonté de les contrôler au profit d’une stabilité sociale à maintenir. C’est cette idée d’équilibre et du choix de ne pas user de certaines techniques, partagés également avec le Moyen-Âge ou la Chine, qui a selon lui été rompu dès le XVIIIe siècle : « Peu à peu s’est mis en place un grand basculement qui a fait du changement technique le moteur de l’histoire. » (p. 36), dont l’un des premiers opposants notables est Jean-Jacques Rousseau5. Les débuts de la révolution industrielle sont, on le sait, marqués par le mouvement luddite, et un des mérites du travail de François Jarrige est de nous montrer que ce cas n’est pas isolé, et que le processus d’industrialisation est loin d’être un « long fleuve tranquille ». Il a rencontré des défenseurs des qualifications artisanales, de l’autonomie face à des machines aliénantes, tant « (…) une des fonctions centrales du machinisme naissant [est de] contrôler la main-d’œuvre, discipliner le travail pour l’adapter aux nouvelles exigences du capitalisme. » (p. 59). L’auteur met également l’accent sur les pollutions engendrées par l’industrie, l’augmentation des accidents du travail, qui s’accompagne de leur relativisation par les autorités6.

D’ailleurs, à compter de 1830 environ, la critique des machines est réduite à sa composante conservatrice, tandis que l’adhésion aux potentialités des nouvelles technologies devient un élément partagé par une bonne partie du spectre politique, incluant les socialistes, même si ces derniers ont une vision en partie critique et complexe7. La technologie acquiert parallèlement son sens dominant dans la même période, celui de « (…) science qui enseigne la meilleure façon de s’approprier les ressources de la nature pour le bonheur des hommes. » (p. 108). S’ouvre alors, du mitan du XIXe siècle à celui du XXe, un âge d’or pour ce que François Jarrige nomme « l’utopie industrialiste », machiniste, combinant croyance en un progrès inéluctable, détermination de la technique sur l’amélioration de la société et des mœurs (dont un espoir chez certains auteurs de paix générale), et séparation entre les techniques et leurs dégâts collatéraux. Dans ce cadre, la fin du XIXe siècle et les progrès du mouvement ouvrier permettent également de canaliser les éventuelles oppositions au machinisme, via une acceptation des nouvelles techniques liée à des avancées sociales, comme sur la durée du travail. François Jarrige s’intéresse également aux rapports entre impérialisme conquérant et techniques, à travers des résistances plutôt étonnantes (sur l’utilisation de la brouette dans le monde colonial, par exemple), souvent sporadiques.

Quelques oppositions subsistent malgré tout en Occident, celles de certains métiers ou secteurs, celles générées par l’automobile naissante qui s’impose difficilement, celles également de figures tels William Morris (influençant un Gandhi) ou l’anarchiste naturien Henri Zisly. Ce sont toujours des figures individuelles, voire singulières, qui sont autant de vigies durant toute la première moitié du XXe siècle, au pessimisme croissant : Jules Isaac, Bertrand Russell, Lewis Mumford, Simone Weil, George Orwell8, puis Albert Camus, Georges Bernanos, Herbert Marcuse, Jacques Ellul, Martin Heidegger, Gunther Anders ou Hannah Harendt. Parallèlement, les réflexions d’un Duhamel ou d’un Bergson, « (…) critiques morales du machinisme, contribuent à rendre inaudibles ces discours [ceux des auteurs précédemment cités] dans de nombreux milieux sociaux et politiques, à les repousser du côté de l’irrationalisme alors que la science apparaît toujours comme le symbole du progrès et de l’émancipation. » (p. 216). Cette invalidation supposée des critiques les plus radicales est également ce qui caractérise les sciences sociales et leur approche renouvelée des techniques, neutres par essence, sous la houlette d’un Marcel Mauss, d’un Lucien Febvre ou d’un Werner Sombart.

Dans l’exposé concernant les Trente Glorieuses, on retrouve des développements communs à l’ouvrage collectif récemment paru chez le même éditeur9, avec, parmi les critiques de la technologie les plus engagées à gauche, Socialisme ou Barbarie, l’ancienne secrétaire de Trotsky Raya Dunayevskaya, ainsi qu’aux États-Unis, les travaux des chercheurs Stephen Marglin et David Noble10. C’est avec les années 68 que les critiques systémiques des techniques retrouvent un regain d’audience (quand bien même l’auteur estime la gauche globalement étanche à celles-ci11, sans fournir d’exemples ou de citations suffisamment convaincantes), limitée dans le temps, puisque le virage néo-libéral les rend de nouveau majoritairement illégitimes, induisant des retournements parfois saisissants12. Les derniers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à la déferlante de l’informatique depuis le dernier quart du XXe siècle (dont la critique est bien représentée actuellement par les éditions L’Echappée), à un réveil des oppositions, que l’on jugera d’ailleurs plus théorique que pratique, le réveil des luttes présenté – contre les OGM en particulier – ayant à la fois des effets limités et ne ciblant pas toujours la technique comme ennemi principal.

La matière embrassée par François Jarrige est vaste, souvent passionnante, et nous nous arrêterons en particulier à un domaine que nous connaissons mieux, celui de la littérature de science-fiction. Certes, il est tout à fait pertinent de mettre à profit ce riche patrimoine afin d’y déceler des critiques – nombreuses – du fait technologique, légitimant davantage un genre encore « mauvais » il y a peu, mais la chose est faite de manière à la fois lacunaire (quid du thème porteur du « savant fou », qui répond à et déforme l’héroïsation des inventeurs évoquée dans l’étude ?), laconique (le résumé en une phrase de L’Ingénieur Menni d’Alexandre Bogdanov, p. 143, porte plutôt sur L’Etoile rouge, non sans simplifications13) et parfois inadaptée (faire des années 68 du genre une époque marquée spécifiquement par les « (…) récits apocalyptiques où l’intelligence artificielle des machines se retourne contre les hommes. », p. 270, là où il s’agit surtout d’une constante de son histoire). Voir dans la créature de Frankenstein une allégorie de la machine nous semble ainsi quelque peu hors sujet, tout comme choisir Jules Verne, déjà maintes fois étudié, en lieu et place d’un Rosny aîné, dont La Mort de la Terre est pourtant un superbe exemple de critique des sociétés industrielles mortifères sur le long terme14. Enfin, des références bibliographiques pourtant majeures sont absentes, ainsi de l’étude de Natacha Vas-Deyres, Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle (Paris, Honoré Champion, 2012) et Emilio Gentile, L’Apocalypse de la modernité. La Grande guerre et l’homme nouveau (Paris, Flammarion / Aubier, 2011), chroniqués respectivement sur ce blog et dans notre revue électronique.

Ces considérations de détails ne doivent surtout pas occulter l’intérêt d’une somme incontournable, qui revendique clairement son engagement au présent : « Aujourd’hui plus qu’avant, il faut trouver les ressources pour sauver le progrès de ses illusions progressistes, car seul l’horizon d’un progrès peut nous faire agir, mais ce progrès doit être dissocié du changement technique car celui-ci ne peut plus être le seul étalon de mesure du bonheur des sociétés. » (p. 348-349).

1 Vincent Bourdeau, François Jarrige, Julien Vincent, Les Luddites. Bris de machine, économie politique et histoire, Paris, Ere, 2006, chroniqué sur notre ancien site. Cédric Biagini, Guillaume Carnino (dir.), Les Luddites en France. Résistance à l’industrialisation et à l’informatisation, Montreuil, éditions L’Echappée, collection « Frankenstein », 2010, chroniqué sur notre blog.

2François Jarrige, Face au monstre mécanique. Une histoire des résistances à la technique, Paris, Imho, collection « Radicaux libres », 2009, chroniqué sur notre ancien site.

3« La critique des techniques a pris de multiples formes plus ou moins radicales. Elle s’est transformée parallèlement aux mutations du monde industriel, elle a été portée par des auteurs et des groupes très divers, elle a été énoncée dans des discours et des langages pluriels. » (p. 15).

4« La ligne de fracture ne passe pas entre les partisans et les opposants à la technique, mais entre ceux qui prétendent que les techniques sont des outils neutres, que le progrès technique est un dogme non questionnable, et ceux qui y détectent des instruments de pouvoir et de domination, des lieux où se combinent sans cesse des rapports de force et qui, à cet égard, doivent être critiqués. » (p. 12). Certaines analyses de Zeev Sternhell sont d’ailleurs relativisées (p. 213).

5« C’est en s’accélérant que le changement technique aurait produit une rupture qui a abouti à la fois à la destruction de son milieu naturel et au renforcement des inégalités. » (p. 40).

6« Avec le triomphe de l’industrialisme, les risques sanitaires et l’ampleur des accidents sont minimisés par la mise en avant des promesses de diminution de la fatigue et de la durée du travail ou de l’augmentation des salaires. » (p. 77).

7« Le socialisme naissant cherche ainsi en permanence à domestiquer le changement technique, à l’acclimater pour en supprimer les effets néfastes et dangereux. » (p. 112).

8Les recueils de textes de ce dernier, ou les analyses qui lui sont consacrées, publiés chez Agone, sont là totalement négligés.

9Céline Pessis, Sezin Topçu, Christophe Bonneuil (dir.), Une Autre histoire des « Trente Glorieuses ». Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre, Paris, La Découverte, 2013, chroniqué sur ce blog.

10« Ces approches ont ouvert une critique radicale des trajectoires techniques industrielles en montrant que derrière la neutralité apparente des machines il y avait en permanence des rapports sociaux conflictuels et des choix politiques. » (p. 258).

11« La technocritique demeure associée à la droite, à une conception pessimiste et conservatrice, là où l’utopie entend toujours instaurer la Terre promise grâce au progrès technique. » (p. 268).

12« Alors que les critiques écologistes des années 1970 dénonçaient la domination du monde par la « raison technique » en liant le thème de la catastrophe environnementale à une critique de l’autoritarisme de la société technicienne, désormais la gestion des risques conduit au déploiement incessant de nouvelles techniques et au renforcement du poids des techniciens. » (p. 314). « Les concepts de risque, de durabilité et de précaution fonctionnent selon des logiques proches : ils sont utilisés pour désarmer les critiques en donnant l’illusion de leur prise en compte par le droit et les institutions. Il s’agit de tuer dans l’œuf la critique radicale des années 1970 en encadrant les inquiétudes. » (p. 316).

13Difficile de soutenir que dans la société martienne, toute individualité a disparu, et que le travail est tout entier mécanisé, puisque les horaires de travail vont de 6 à 15 heures quotidiennes. Voir notre analyse de ces deux romans dans notre billet du blog de Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/4587

14 Voir notre article « J.H. Rosny aîné : Le fatalisme darwinien d’un vitaliste empathique », in Quinzinzinzili, numéro 18, été 2012, p. 18 à 23.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.