Bantigny Ludivine, Baubérot Arnaud (dir.), Hériter en politique. Filiations, générations et transmissions politiques (Allemagne, France et Italie, XIXe-XXIe siècle), Paris, PUF, 2011, 384 pages, 26 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

 

Un tel livre est à déguster, article après article, tant l’aire géographique envisagée est large et la séquence chronologique vaste. Saluons tout d’abord l’originalité du projet excellemment défini par Ludivine Bantigny dans l’introduction : hériter c’est « distinguer et retenir, interpréter et sélectionner, puis finalement adopter et délaisser dans le même mouvement ». « L’héritier n’est jamais passif face à l’héritage », il y a des transmissions harmonieuses et d’autres qui sont manquées !

Ainsi David Bellamy (Université de Picardie) montre comment une famille aristocratique, catholique et royaliste, les Montalembert, réussit à transmettre le flambeau à Geoffroy de Montalembert (1898-1993), maire de droite pendant 68 ans, député puis sénateur de Seine-Maritime (Yvetot) de 1936 à 1993, longtemps doyen d’âge du Sénat. C’est la Première Guerre mondiale qui permet chez lui « le glissement d’une lecture historique du passé encore axée sur la monarchie chez ses parents, à une nouvelle, centrée sur la patrie, la France » (p. 310). Désormais, le service de la France et donc de la République était légitimé. Au contraire, l’élite dirigeante de la RDA n’a pas su réaliser la socialisation politique de ses enfants. Au moyen des Archives de la Stasi, Emmanuel Droit (Rennes 2) montre comment les jeunes lycéens, dont la fille du directeur de l’Institut pour le marxisme-léninisme, prennent leurs distances par rapport au modèle éducatif reçu à l’école et dans la famille. L’intervention militaire des pays du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie (21 août 1968) leur en donne l’occasion. Au moyen de graffiti, de tracts, de bandeaux noirs noués autour des bras … ils se solidarisent avec Dubcek et les réformistes du Printemps de Prague. Le Parti, qui eut finalement raison de cette contestation, a sacrifié, en les réprimant, des éléments qui auraient pu conduire le pays sur la voie du socialisme réformiste.

Curieusement, dans un parti au moins, le Parti radical sous la IVe République, étudié par Frédéric Fogacci (une thèse sur les radicaux après la Libération), il y a comme une volonté de ne pas transmettre, en tout cas de réserver l’héritage à …la famille ! L’auteur parle de « conception patrimoniale du capital politique (p. 137). L’élu radical s’estimant propriétaire de son mandat, il lui arrive parfois « d’étouffer ses successeurs potentiels », de « saboter leurs espoirs » (p. 131). Il hésite souvent à former son dauphin, car le fait de désigner un successeur risque de précipiter son avènement. Chez les trotskystes italiens et français étudiés par Yannick Beaulieu et Jean-Paul Salles (collectif Dissidences), le souci est inverse. Il est vrai qu’ils n’ont pas de postes à transmettre, mais ce qu’ils estiment être un riche patrimoine politique. Et de part et d’autre des Alpes, ils ne lésinent pas sur les stages et écoles de formation, les principaux dirigeants prenant une part directe à ces tâches. Malgré tout, ils ne parviennent pas à transmettre durablement leur ethos militant à une jeune génération qui se révélera être, selon les mots de Benjamin Stora, « la dernière génération d’Octobre ».

Il est difficile, dans le bref cadre de ce compte rendu, d’évoquer en détail les vingt-trois contributions qui constituent ce volume. Les socialistes français (Christine Bouneau, Bordeaux 3) et les sociaux-démocrates allemands (Mathieu Dubois, Doctorant) ne sont pas oubliés. Plusieurs intervenants reviennent sur le communisme : Romain Ducoulombier (Metz), Marc Lazar (IEP Paris) étudiant simultanément communisme français et italien, ce dernier analysé à partir de la famille Amendola, par Frédéric Attal (ENS Cachan), dans un article intitulé : « Du national-libéral Amendola père au communiste Amendola fils, un héritage pleinement assumé ». La contribution d’Arnaud Baubérot (Paris-Est Créteil), « L’enfance en rouge et noir. Colonies de vacances communistes et catholiques à Ivry-sur-Seine dans l’entre-deux-guerres », est particulièrement originale et stimulante. Il montre comment le PCF et l’Église catholique utilisent la colonie de vacances pour transmettre un héritage politique ou religieux, en créant « un milieu de vie façonné par le système de valeurs de l’institution qui la porte » (p. 117). Ainsi, la colonie communiste des Mathes (située en Charente-Maritime, non loin de Royan) est une sorte de cité utopique, retranchée du monde présent, « réglée par des normes qui seront celles du monde futur » (p. 120) : les colons méritants sont récompensés, les indisciplinés blâmés, une dizaine d’enfants élus constituent le soviet du camp avec les surveillants, invités à se comporter non pas en pions mais en grands camarades. La mixité, qui est de règle, doit permettre aux enfants d’apprendre à entretenir des rapports égalitaires entre les sexes (p. 120).

Quant à la droite extrême, elle est évoquée par Olivier Dard (Metz) dans sa contribution « Hériter en politique : l’exemple de la Fédération des Étudiants Nationalistes », à l’aide de sources de première main. Il montre comment ce courant, actif surtout de 1960 à 1968, se construit en rupture avec un héritage traditionnel, celui de l’Action française, pour construire une organisation et un militant nationaliste de type nouveau. Des « camps-écoles » sont organisés dans une « ambiance communautaire » (p. 282), où on enseigne la détestation de la République et du marxisme, mais où on réfléchit aussi sur les Indo-Européens, se revendiquant certes de Charles Maurras, mais aussi d’Alexis Carrel, théoricien de l’eugénisme qui déplorait l’affaiblissement de la « race » blanche.

Dans une conclusion intitulée « Le tracé tremblé de toute transmission », Anne Muxel, sociologue, directrice de recherches au Cevipof, remarque pertinemment que « rares sont les filiations directes, sans remise en cause ni aspérités. Tout aussi rares sont les ruptures totales. L’héritage, pour qu’il advienne, suppose toujours une construction ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.