Gerrard Winstanley, La Loi de liberté. Une législation communiste paysanne dans la Révolution anglaise (Londres, 1652), Paris, Les Nuits rouges, 2012, 190 pages, 11 € ; Kevin Brownloo, Andrew Mollo, Winstanley, Royaume-Uni, Doriane Films, collection « Typiquement british », 1975, avec Miles Halliwell, Jerome Willis, Terry Higgins, Phil Oliver, David Bramley et Alison Halliwell, 14 €.

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque et Georges Ubbiali

Gerrard Winstanley était le chef de file du mouvement des Diggers1, les bêcheux ou piocheurs, qui, dans la période de la révolution anglaise (au milieu du XVIIe siècle) entreprennent d’occuper des terres, s’opposant ainsi au mouvement des enclosures. Les Diggers étaient un groupe issu du mouvement des Niveleurs (Levellers), l’aile la plus radicale et plébéienne du mouvement républicain de Cromwell2. Mais Winstanley ne s’est pas contenté de viser en pratique à abolir la propriété privée des terres laissées à l’abandon, il a aussi écrit plusieurs opuscules et libelles pour défendre son projet de société. A notre connaissance, on ne disposait de lui que le petit ouvrage, L’étendard déployé des vrais niveleurs (Allia, 2007), extraordinaire déclaration communiste mâtinée de religion, une caractéristique durable des luttes sociales entre les premiers siècles du christianisme et le XVIIIe3. Ce livre porte d’ailleurs en sous-titre, « L’État de communisme exposé et offert aux Fils des Hommes », et constitue une lecture fort recommandée en parallèle de celle de La Loi de la Liberté.

I – La Loi de liberté, plus substantielle, constitue donc une véritable avancée dans la mise à disposition en français des écrits de Gerrard Winstanley. On ne peut d’ailleurs que louer le travail exemplaire des Nuits rouges, qui non contents d’éditer ce texte écrit en 1652, y ont apporté une plus-value éditoriale remarquable. Le papier est de qualité, la présentation soignée, un appareil critique conséquent est mis à disposition du lecteur : chronologie, sitographie et bibliographie roborative, introduction sérieuse. On regrettera cependant, malgré la louable intention de l’éditeur qui a fait l’effort de ressusciter un texte introductif de l’anarchiste individualiste, « spécialiste » de la libération sexuelle, Ernest-Emile Armand4, pour présenter la personne de Winstanley, que cette introduction soit plus un plaidoyer pro domo qu’une réelle présentation.

La Loi de liberté est une supplique adressée à Cromwell afin que ce dernier accorde la terre aux paysans qui l’ont soutenu dans le cadre de l’Armée nouvelle (la New Model Army). En effet, après l’échec du mouvement des Diggers, visant à fonder une communauté paysanne dans le Surrey, Gerrard Winstanley reprend la plume pour plaider sa cause. Le texte est très elliptique et parfois difficile à suivre. Une raison à cela, la Bible est la grande inspiratrice du message révolutionnaire : « On la cite pour introduire, souligner ou conclure toute démonstration, au point que certains textes, dont celui-ci, apparaissent parfois comme des assemblages de versets » (p. 28). Mais cette inspiration biblique qui guide le raisonnement de Winstanley ne s’apparente pas à une défense du clergé. Tout au contraire, la lecture originale de ce texte auquel se réfère Winstanley l’amène à se montrer extrêmement critique à l’égard de la cléricature (qui, soit dit en passant, avait pesé de tout son poids pour mettre fin à son expérience communautaire). Le clergé apparaît, sous sa plume, comme l’organisation qui dispense un véritable « opium du peuple ». Si les hommes ne sont pas libres, la raison en est qu’ils sont endoctrinés : « Quelle est la raison pour laquelle tant d’hommes ignorent leurs libertés, et que si peu sont aptes à être élus commis de la république ? C’est que le vieux clergé royal, installé dans ses paroisses, alléché par les dîmes, instille ses principes aveugles dans les esprits du peuple et par ce moyen nourrit l’ignorance en son sein ; car il observe l’inclination des esprits, et fait des sermons pour complaire aux esprits malades des ignorants, afin de préserver ses richesses et son prestige parmi le peuple ensorcelé, berné et hébété » (p. 92).

Le modèle auquel aspire Winstanley, c’est celui de la vie frustre et égalitaire des premières communautés chrétiennes, réelles ou mythifiées. Si le ton est allégorique, la charge contre les autorités religieuses est sans concession, car au début de la vie humaine, sous la direction d’Adam, la justice était censée être commune aux hommes. La richesse et les hommes riches sont brocardés. Winstanley va jusqu’à avancer que les riches ne font pas partie de la communauté des Justes (p. 45). Le commerce et l’appropriation privée sont également vivement condamnés : « Quand le genre humain a commencé à acheter et vendre, il a perdu effectivement son innocence ; car, dès lors, les hommes ont commencé à s’opprimer et à se dépouiller les uns les autres de leur droit de naissance » (p. 44). Ces critiques contre l’enrichissement débouchent sur un radicalisme démocratique conséquent. Ainsi, Winstanley est favorable à l’élection des magistrats (p. 84), à une période où la vénalité prévaut. Notons toutefois un familialisme paternaliste, issu du poids écrasant des mentalités de l’époque, rappelé à plusieurs reprise au long du texte, qui laisse s’exprimer des considérations traditionnelles sur la place du père (de l’homme), comme armature de la société, comme il l’était dans la famille. Plus d’un siècle avant la Révolution française et l’apparition des sans-culottes, Gerrard Winstanley, par ce texte d’un grand intérêt historique, montre comment l’aspiration à l’égalité n’a cessé de travailler les couches populaires, aspiration prenant à chaque fois une teinte, une formulation variée, en fonction des contextes sociaux et historiques.

II – Le seul film jamais réalisé sur l’expérience des Diggers date du milieu des années 1970, et est l’œuvre de deux passionnés, hors des circuits du cinéma dit commercial. Kevin Brownlow et Andrew Mollo avaient alors déjà réalisé un film marquant, En Angleterre occupée (It Happened Here, 1965), une uchronie qui imaginait l’occupation du Royaume-Uni par les armées d’Hitler. Ancré totalement dans ces années 68 précédant l’offensive néo-libérale de Margaret Thatcher, Winstanley, inspiré d’un livre, non traduit, de David Caute, Comrade Jacob (1961), est un long-métrage réalisé avec des acteurs majoritairement non-professionnels. On trouve même parmi eux un certain Sid Rawle, activiste d’extrême gauche, actif dans les milieux des squatters et du pacifisme, et qui incarne le leader des Ranters. Non seulement le film a nécessité huit longues années de genèse avant d’être finalisé, mais il témoigne également d’un souci de reconstitution historique assez extraordinaire, qui en fait un précurseur des docu-fictions si en vogue aujourd’hui, d’autant que de longues citations des écrits de Gerrard Winstanley en voix off émaillent le déroulement des événements5. C’est ce budget limité qui explique principalement le choix du noir et blanc, même si on peut a posteriori y voir un moyen pour se plonger plus efficacement dans un lointain passé. Winstanley débute d’ailleurs par un générique et des panneaux explicatifs évoquant furieusement l’époque du cinéma muet, le montage des premiers plans autorisant même un parallèle avec le Octobre d’Eisenstein (les gros plans serrés, la brièveté des plans successifs, l’opposition entre haute société et piétons, entre cavaliers et têtes rondes). Par la suite, le film suit un rythme plus paisible, à l’image du travail agricole qui est en son cœur.

L’installation d’une commune de Diggers, menée par Gerrard Winstanley, sur la colline de Saint George, et leur occupation de terres communales, suscite rapidement l’opposition des propriétaires terriens, d’un système judiciaire procédurier et même des villageois, qui s’efforcent de s’attirer la collaboration de l’armée du général Fairfax afin de mettre fin à cette expérience contestataire, allant à l’encontre des autorités traditionnelles. Ce faisant, les Diggers subissent dans leur chair cette hostilité, recevant les horions de villageois plus ou moins manipulés par le pasteur avant que leur campement ne soit finalement annihilé par la force militaire. L’empathie avec ces courageux précurseurs de la désobéissance civile joue à plein, le travail en commun suscitant ici joie et sourires, le spectacle de la misère une grande compassion, et l’exemple ainsi incarné des lettres venant de diverses communautés sœurs d’Angleterre. Le rôle de martyrs finalement porté par les Diggers est renforcé par le positionnement de Winstanley, celui de la non-violence et du pacifisme, seulement rompu à la fin du métrage par les Diggers qui n’en peuvent plus de la misère subie, ce qui appelle en retour la répression étatique. Le film est riche en symboles, que ce soit le carrefour et les voies opposées prises par le pasteur Pratt, image d’une réforme élitiste et austère, et Winstanley, à la religion plus simple et naturelle ; la colline et ses vues plongeantes fréquentes en plans larges, qui peuvent signifier la futilité des actions anti-Diggers face à la supériorité de leurs idées communistes ; la tempête finale, métaphore transparente de la division tragique des Diggers et de leur répression programmée. Un des éléments les plus intéressants se trouve dans le personnage de l’épouse du pasteur, belle illustration de la difficile conquête révolutionnaire de la majorité : d’abord séduite par les écrits de Winstanley, elle rallie peu à peu leur combat, mais recule, effrayée, devant la rudesse des mœurs et la difficulté de la vie des Diggers, et retourne alors dans le giron familial6.

Ces deux éditions viennent à point nommé nous rappeler tout l’intérêt de comprendre la manière dont les générations précédentes ont pu exprimer leurs revendications et su se battre pour elles, afin de mettre en perspective les pratiques mises en avant au XXe7 et les formulations ébauchées en ce début de XXIe siècle.

1On lira avec intérêt l’article de François Matheron, « Winstanley et les Diggers. Des multitudes constituantes du XVIIe siècle », Multitudes, n° 9, mai-juin 2002, p. 69 à 94.

2L’ouvrage de référence en la matière reste celui de Christopher Hill, Le monde à l’envers. Les idées radicales au cours de la révolution anglaise, Paris, Payot, 1977 [édition anglaise en 1972]. Se reporter également au livre illustré de Olivier Lutaud, Les Niveleurs, Cromwell, et la république, Paris, Julliard, coll. « Archives », 1978. Notons un ouvrage du social-démocrate allemand Eduard Berstein en 1895, Cromwell and Communism (Stuttgart, J. H. W. Dietz).

3Voir Raoul Vaneigem, La Résistance au christianisme. Les hérésies des origines au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1993.

4A lire de lui La révolution sexuelle et la camaraderie amoureuse, Paris, Zones, 2009, chroniqué dans notre revue électronique (http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=612).

5Le documentaire proposé en bonus du film sur le DVD, « Winstanley : chronique d’une utopie », qui date de 1976, est à cet égard fort révélateur. Mentionnons cependant une confusion assez récurrente dans les sous-titres français entre Niveleurs et Diggers.

6Retenons également que l’hymne des Diggers est disponible sur un très beau CD, Chumbawamba, English Rebel Songs, 1381-1984.

7Rappelons que dans les années 1960, un collectif de San Francisco reprit le dénominatif de Diggers. Voir la chronique du livre d’Alice Gaillard, Les Diggers. Révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968), Montreuil, éditions L’Echappée, 2009, dans notre revue électronique (http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2554).  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.