Julien Chuzeville, Militants contre la guerre, Paris, Spartacus, 2014, 131 pages, 10 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac et Morgan Poggioli

Après avoir donnée une biographie fournie de Fernand Loriot1, Julien Chuzeville, dans ce court opus qui en semble le prolongement, s’intéresse aux militants pacifistes qui formèrent le Comité pour la reprise des relations internationales (CRRI).

Le plan, chronologique, montre la sidération de l’entrée en guerre, les premiers contacts, les premiers efforts militants pour organiser la lutte pacifiste. Socialistes, syndicalistes se regroupent alors et, dans cette mouvance appelée à donner le CRRI, on distingue nettement le rôle du noyau de la Vie ouvrière, plus soudé, imperméable aux mouchards. C’est avec la conférence organisée à Zimmerwald en 1915, à laquelle Bourderon et Merrheim participent, que le Comité prend son essor. Les militants du CRRI se distinguent alors toujours plus nettement, au moins à l’intérieur de la SFIO, de l’autre minorité pacifiste, groupée autour de Jean Longuet, qui toujours vote les crédits de guerre. La lutte pacifiste s’organise, contournant la censure, par l’imprimé distribué clandestinement : l’enjeu est ici de gagner l’opinion publique, de peser sur le consensus belliciste. La conférence de Kienthal accroît la dynamique du CRRI quand certains de ses membres, pourtant, s’éloignent, quand d’autres groupements (tels le CDS, la Société d’étude contre la guerre…) étoffent cette mouvance pacifiste où se côtoient anarchistes, syndicalistes, socialistes, féministes. La plume alerte de l’auteur croque ce milieu, évoque les débats stratégiques, pointe l’absence pour ce regroupement d’un périodique emblématique : Ce Qu’il Faut Dire de Sébastien Faure, La Plèbe de Fernand Desprès, ne peuvent rivaliser avec l’hebdomadaire de la minorité longuettiste, Le Populaire. Tournant le dos à une vulgate dominante, Julien Chuzeville attaque l’année 1917 non comme celle d’une « grande lueur à l’Est », mais comme celle d’un échec, celui d’une révolution qui n’a pas lieu. Le CRRI s’abîme alors peu à peu, d’abord sous l’effet des poursuites de ses acteurs par le gouvernement clemenciste (Hélène Brion, Fernand Loriot), ensuite par-delà l’armistice même, par ce chiasme qu’est le fait d’être « révolutionnaires sans révolutions ». L’emprunt de la formule André Thirion2 n’est pas que coquetterie stylistique, si on veut bien l’entendre comme clôture de l’ouvrage. Elle ouvre à la discussion sur les éléments de continuité entre le CRRI et le Comité de la IIIe Internationale, et en creux semblerait acquiescer à la thèse de l’accident, ou de la greffe, du bolchevisme sur le mouvement ouvrier français devenue canonique, forgée par Annie Kriegel. Somme toute, l’ouvrage bute sur des apories identiques à celles qui marquaient le travail de Julien Chuzeville sur Fernand Loriot, le premier communiste : quid du syndicalisme révolutionnaire dans la lutte pacifiste dans cette mutation ? Est-il le support du greffon (ce qui demeure en partie la thèse d’Annie Kriegel) ou son échec (à transformer la lutte pacifiste en lutte révolutionnaire) le condamne-t-il à l’hybridation avec le bolchevisme ?

De même, si la continuation du CRRI en Comité pour la IIIe Internationale est abordée en fin d’ouvrage3, quid des répercussions sur la minorité syndicale à l’intérieur de la CGT ? Les Comités syndicalistes révolutionnaires (CSR), créés en 1919, s’ils ne sont pas à proprement parlé les héritiers du CRRI, auraient mérité d’être évoqués. En effet une filiation évidente existe au niveau des militants – de la Vie ouvrière en particulier – d’une part, entre leur engagement au sein CRRI et la constitution des CSR, à l’instar de Marie Guillot, Pierre Semard, Pierre Monatte etc… ; au niveau des valeurs d’autre part, ce qui repose une nouvelle fois avec acuité la question du syndicalisme révolutionnaire, que les CSR espéraient « ressusciter », mais qui se retrouve éludée par l’auteur.

Tel quel l’ouvrage est heureux en ce qu’il tranche dans le concert des publications commémoratives : il rappelle l’importance d’une histoire politique et des possibles forclos par la Grande Guerre, invite mezzo voce à reprendre ces questions. En l’état, l’ouvrage achoppe, malgré une bibliographie fournie (mais datée) et son érudition archivistique, à rouvrir ce chantier. Son propos est celui d’une histoire endogène aux acteurs du CRRI, prise implicitement dans les rets interprétatifs d’Annie Kriegel. Si le cadre théorique est juste, l’objet même de l’ouvrage gagnerait pourtant à être confronté à d’autres travaux, à même d’étoffer cette enquête. On songe ici au travail de Gilles Candar sur Jean Longuet4, par quoi la question des rapports des socialistes du CRRI à la minorité longuettiste s’apprécierait sous le jour nouveau des conditions du rapport aux jeux internes de la SFIO, du rapport à l’expérience du pouvoir dans l’Union sacrée. De même, la centralité propagandiste du CRRI, justement soulignée par l’auteur, aurait pu susciter de plus amples développements sur sa réfraction dans la gauche : lecture du CRRI par le Populaire d’abord, lecture surtout de celui-ci par les majoritaires de guerre5. Il y a là une « guerre de papier6 » des pacifistes et des majoritaires à reprendre, pour soupeser plus finement la portée du CRRI. La bibliographie en fin de volume offre ces ressources, marginales dans le développement. Il y avait pourtant la place pour la ré-interrogation du cadre kriegelien par ces problématiques, souvent venues d’une histoire politique refondue par l’histoire culturelle. Le CRRI et la lutte pacifiste sont l’un des lieux possibles de la controverse sur le consentement, les cultures de guerre. En se tenant à distance de ces travaux, Julien Chuzeville minorise son objet. De même, la question révolutionnaire lue par l’optique du CRRI devait se confronter, fusse pour l’écarter, à l’interprétation tracée par Romain Ducoulombier sur la régénération du socialisme français comme voie vers le bolchevisme7. De trop courtes pages donc pour le CRRI, mais des pages utiles dans le concert commémoratif à condition de les lire comme une invite à explorer d’autres travaux et à aller visiter le site de Julien Chuzeville pour y découvrir quelques archives en format original : http://julienchuzeville.blogspot.fr/

1http://dissidences.hypotheses.org/2856

2André Thirion, Révolutionnaires sans révolution, Paris, Robert Laffont, 1972.

3Voir François Ferrette., Le Comité de la Troisième Internationale et les débuts du PCF, mémoire de Maîtrise, Université Paris 1, 2005.

4Gilles Candar, Jean Longuet, un internationaliste à l’épreuve de l’histoire, Rennes, PUR, 2007.

5Vincent Chambarlhac, Romain Ducoulombier (dir.), Les socialistes français et la Grande Guerre. Ministres, militants et combattants de la majorité (1914-1918), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2008.

6Vincent Chambarlhac, « Les majoritaires de guerre. Une expérience située », Recherche socialiste, juillet 2013.

7Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.