Blaise Cendrars et Henry Poulaille, Lettres. 1925-1961. « Je travaille et commence à en avoir marre », Carouge (Suisse), éditions ZOE, collection « Cendrars en toutes lettres », 2014, 224 pages, 19,50 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Après avoir publié les correspondances de Blaise Cendrars avec Raymond Guiette, Henry Miller, les éditions ZOE éditent sa correspondance avec Henry Poulaille. La correspondance est surtout ici celle d’Henry Poulaille qui conservait toute ses lettres (104 lettres contre 3 de Cendrars), en creux bien souvent, le lecteur peut esquisser ce que Cendrars écrivait. Disons le tout net, la lecture de l’ouvrage peut décevoir les amateurs de Poulaille comme de Cendrars. Les considérations littéraires sont le plus souvent absentes, hors quelques (trop) courtes notations de Cendrars sur la langue de Poulaille, et la nécessité qu’elle lui assigne de ne pas se disperser dans des recherches ou des propos plus académiques. De facto, le sel de cette correspondance tient à ce qu’elle recèle comme informations sur l’histoire de l’édition. Lecteur et responsable du service d’édition chez Bernard Grasset, Poulaille est sans cesse sollicité par Cendrars. On mesure ainsi, à cette lecture, le poids de cette maison d’édition dans les années Trente, puis sa chute après guerre, pour faits de collaboration. On regrettera la note 2 de la page 107 qui assimile l’épuration à une « chasse aux sorcières » sans plus de précisions sur le rôle de la maison d’édition, les positions de Cendrars et Poulaille sur cette question.

Telle quelle donc, cette correspondance montre Poulaille pourvoyant Cendrars en livres, commentant parfois les menus nouvelles de l’édition. On y lit aussi Cendras critique de Poulaille, revenant le 11 novembre de 1938 sur le personnage de Magneux, héros du cycle du Pain quotidien. Si le personnage lui apparaît de « plus en plus mesquin », il loue les « qualités de syntaxe populaire qui te font écrire [Poulaille] comme on parle à la parisienne ». Et ici, le lecteur de fantasmer sur cette correspondance disproportionnée où manque trop souvent Cendrars, lecteur de Poulaille.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.