Tudi Kernalegenn, Romain Pasquier (dir.), L’Union Démocratique Bretonne. Un parti autonomiste dans un État unitaire, Rennes, PUR, collection « Histoire », 2014, 236 pages + Annexes : chronologie, bibliographie, documents (photos, affiches, couvertures du journal de l’UDB : Le peuple breton, Chartes de l’UDB), 19 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Ce livre, qui ravira les amoureux de la Bretagne, permettra plus largement à ses lecteurs de mieux comprendre les spécificités d’une région qui intrigue, au-delà de ses limites. Les récentes manifestations des Bonnets rouges nous imposent d’essayer de comprendre sa singularité.

Le mouvement breton, l’Emsav (ce qui signifie « le relèvement » ou « le soulèvement ») y est ancien, et l’UDB ici étudiée s’y rattache directement. Née le 4 janvier 1964 d’une scission du Mouvement pour l’organisation de la Bretagne (MOB), l’UDB affirme sa volonté de couper tout lien avec l’Emsav des années trente, compromis dans la collaboration avec les nazis1. De même l’UDB ne veut pas qu’on la confonde avec le Front de libération de la Bretagne (FLB)) né lui aussi du MOB, en 1966, appelé FLB en référence au FLN algérien2. L’ancien militant et historien de l’UDB Jean-Jacques Monnier affirme : « Nous voulions construire un grand parti démocratique, menant une action légale et ancrée dans les problèmes de son temps »3.

Rejetant le séparatisme, l’UDB s’affirme autonomiste. Ainsi ses militants sont présents aux élections européennes de 1994 sur la liste « Régions et Peuples solidaires, en faveur d’un fédéralisme social européen », conduite par Max Simeoni4. La participation aux élections est une constante à l’UDB. Ce parti n’aura jamais beaucoup de militants (2 000 à son apogée en 1980, mais 720 en 2004), mais le nombre de ses élus est en constante augmentation : il obtient un premier élu au conseil municipal du Guilvinec, dirigé par un militant du PCF, dès 1965, 35 conseillers municipaux en mars 1977, environ 80 en 1983. Plusieurs maires s’en réclament dans les années 1990, comme Fanch Péru à Confort-Berhet (22) ou Iffig Rémond à Saint-Hernin (29). L’UDB possède une dizaine d’adjoints dans la plupart des grandes villes de Bretagne – notons la longévité de Joël Guégan à Lorient, avec 5 mandats. Ces élus, l’UDB les a obtenus sur des listes Union de la gauche. Tout dernièrement, aux Législatives de 2012, un proche de l’UDB, Paul Molac, soutenu par le PS et EELV, a été élu député de Ploërmel (4e circonscription du Morbihan)5. Les proximités sont fortes avec le PS – bien étudiées par François Prigent (p.103-116) –, qui note la porosité entre les deux partis. De nombreux militants ont commencé leur engagement politique à l’UDB pour le poursuivre après 1981 au Parti socialiste. Le jeune historien explique cela par la politique de décentralisation initiée par le PS et par sa reconnaissance des langues et cultures minoritaires. Mais l’UDB a partagé aussi avec le PCF une partie de son corpus idéologique, comme le primat à l’industrie, y compris nucléaire, vue comme une façon de sortir du « sous-développement » (voir l’étude de Gilles Simon, « L’UDB et la controverse du nucléaire », p.145-154). De même le soutien accordé jusqu’en… 2012, au projet d’implantation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes résulte de cette priorité accordée au « développement régional » (voir l’étude du doctorant Martin Siloret, « L’UDB et l’écologie politique », p.117-129). L’UDB a donc été parfois absente ou à contre-courant de certains combats. Ainsi, c’est plutôt le PSU – bien implanté en Bretagne6 – qui bénéficie des « grèves identitaires » des années 70, comme celle du Joint français7. Un parti donc investissant plutôt le champ culturel, « orienté vers les couches les plus instruites de la société bretonne » (V. Porhel).

Et un parti fort différent de certains de ses homologues européens. Dans sa contribution, Carlo Pala, politologue à l’université de Sassari en Sardaigne, compare les militants de l’UDB et ceux du Partito Sardo d’Azione (PsdAZ) : les premiers ne sont que 7,2% à aspirer à l’indépendance contre 46,3% pour les Sardes. Seuls 26,8% des militants de l’UDB parlent et comprennent le breton, alors que près de 70% des militants sardes comprennent et parlent leur langue. Un discours autonomiste ou indépendantiste moins audible en France donc que dans d’autres États européens. Les raisons en sont anciennes – la vie dans le cadre national apparaissait possible en France – et plus récentes. « Sous l’influence du PSU notamment, la gauche est apparue capable de desserrer le carcan institutionnel privant les formations régionalistes de nombre de leurs revendications » (Romain Pasquier, p. 36, « une exception française ? »).

Un ouvrage très riche, érudit et bien écrit, très bien illustré aussi, qui permet d’avancer dans la connaissance/compréhension de cette région bretonne.

1Voir Georges Cadiou, L’hermine et la croix gammée. Le mouvement breton et la collaboration, Rennes, Éditions Apogée, 2006, chroniqué sur notre ancien site.

2Voir la contribution d’Erwan Chartier, « L’UDB et la question de la violence politique », p.155-169.

3Dans les Mélanges en l’honneur de Jean-Christophe Cassard, publié ces jours-ci par les éditions Skol Vreizh de Morlaix, voir sa contribution : « Le rôle de la mouvance UDB dans le mouvement français de décentralisation administrative et culturelle (1964-83) ».

4Voir la contribution de Tudi Kernalegen, « Régions et peuples solidaires, un parti pour les périphéries ? », p. 41-57.

5Voir Annexes 3 et 4 : l’UDB et les élections, p. 249-260.

6Voir Tudi Kernelagenn et alii, Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-80), PUR, 2009, chroniqué sur notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1214

7Voir la contribution de Vincent Porhel, « L’UDB et le mouvement social : un rendez-vous manqué ? ». Vincent Porhel a publié sa thèse aux PUR, en 2008 : Ouvriers bretons : conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 68.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.