Norman Cohn, Les Fanatiques de l’apocalypse. Courants millénaristes révolutionnaires du XIe au XVIe siècle (The Pursuit of the Millenium), Bruxelles, Aden, collection « Opium du peuple », 2011 (édition originale en 1957), 482 pages, 28 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette étude de l’universitaire Norman Cohn (1915-2007) tranche quelque peu avec les autres ouvrages de la collection « Opium du peuple »1. Son travail est en effet placé sous l’égide d’une problématique très marquée par son temps [les années 1950], celle des totalitarismes et de leurs racines profondes : « Compte tenu des différences de contexte culturel et d’échelle, ces poussées messianiques ont, à n’en pas douter, certains points communs avec l’essor des mouvements totalitaires du XXe siècle, pourvus, eux aussi, de chefs messianiques, de mirages millénaristes et de boucs émissaires démoniaques. (…) Ces traits ne peuvent précisément être compris que par référence à cette eschatologie révolutionnaire souterraine qui ébranla si souvent le lourd édifice de la société médiévale. » (p. 109 et 10). Son sujet se limite toutefois dans le temps et dans l’espace. Si chronologiquement la délimitation se justifie aisément (l’essor économique, industriel et urbain, enclenché au XIe siècle, qui concerne surtout la Flandre et la vallée du Rhin et génère un nombre important de laissés-pour-compte dans les villes2), on ne comprend pas vraiment pourquoi Norman Cohn n’intègre pas la totalité de la chrétienté au moins catholique, sinon du fait de sources déjà fort nombreuses et qui seraient devenues alors ingérables…

L’auteur débute par un rappel sur les Apocalypses, celle de Jean mais également celles, juives, qui l’ont précédées, toutes élaborées dans un contexte d’adversité, d’oppression, de répression. Il insiste également sur l’influence parallèle des Oracles sibyllins, très en vogue au Moyen Âge. Tout ce corpus constitue une inspiration cruciale pour l’expression d’inquiétudes et de colères populaires, souvent tournées contre le clergé. Le mouvement de Tanchelm à Anvers, les Tafurs pendant la première croisade, la croisade des Pastoureaux, les flagellants du XIVe siècle imitant la passion du Christ, sont autant de soulèvements possédant des caractéristiques proches : leadership d’un prophète, cristallisation d’une Église alternative, expression d’une violence tournée vers certaines cibles spécifiques (le clergé chrétien, les juifs). En arrière-plan, on trouve donc une interprétation littérale des textes apocalyptiques, une reprise au premier degré de leurs descriptions et une fascination du morbide, mais aussi un autre mythe, celui du retour d’un empereur mythique, incarné en particulier dans la figure de Frédéric II Hohenstaufen.

Les mouvements qui bénéficient de davantage de développements de la part de Norman Cohn sont les partisans du Libre Esprit et les poussées révolutionnaires nées dans le cadre des débuts de la Réforme. Les premiers, adeptes d’un « anarchisme quasi mystique » (p. 204), « (…) furent les seuls chez qui existât, faisant partie de leur doctrine d’émancipation totale, une théorie sociale profondément révolutionnaire. C’est de leur sein que sortirent les théoriciens de la tentative la plus ambitieuse de révolution sociale absolue dont l’Europe médiévale devait être témoin. » (p. 205). Si les origines du mouvement semblent fort lointaines (les messaliens ou euchites du IVe siècle), il se cristallise surtout au mitan du XIIe siècle dans la vallée du Rhin, à Paris au début du XIIIe (autour des Amauriciens), et connaît son plus grand essor au XIVe siècle, avec les Bégards, ces pauvres volontaires errants qui firent leur jonction avec certaines béguines. Dénotant une influence du néo platonisme de Plotin, le Libre Esprit met l’accent sur l’unicité divine, ses disciples cherchant à devenir Dieu, se libérant par-là de la morale du temps et justifiant l’idée de propriété collective.

A ce propos, selon Norman Cohn, l’idée de société égalitaire, vue comme un retour à un âge d’or mythique (celui des Gréco-romains comme des chrétiens), ne devient véritable objectif qu’avec les révoltes paysannes en Angleterre dans la seconde moitié du XIVe siècle3, une thèse que l’on peut assurément nuancer, en tenant compte bien sûr du caractère forcément lacunaire des sources. Toujours est-il que ce type de revendications se retrouve par la suite chez les Taborites de Bohème, lors des guerres hussites, mais aussi, plus tard dans le siècle, dans le sud de l’Allemagne, à Niklashausen, autour des anabaptistes révolutionnaires ou bien sûr avec Thomas Müntzer4. Autant de tentatives de revenir à un communisme censément originel, encouragées par la répression de l’Église, ces communautés anticipant au mieux sur celles dites socialistes utopiques, au pire virant à l’autodestruction5 ; une forme d’apocalypse microcosmique, qui illustre bien toute la dialectique de ces phénomènes, puisant leur légitimité dans l’idéologie religieuse tout en en demeurant captifs.

Sans aucun doute, cet ouvrage de Norman Cohn est incontournable – et on doit ici remercier les éditions Aden, ce livre n’ayant pas été réédité depuis 1962, alors publié chez Julliard sous l’égide de Maurice Nadeau – sur cette thématique, tout comme la somme érudite de Raoul Vaneigem, La Résistance au christianisme. Les hérésies des origines au XVIIIe siècle6. Il est néanmoins au moins en partie déformé par l’idéologie qui le sous-tend, qui conduit parfois l’auteur à dresser une équivalence entre idées révolutionnaires et maladies psychiques7. Autre faiblesse de son étude, l’utilisation de sources forcément partisanes, celles de l’Église orthodoxe, qui peuvent présenter un gauchissement certain, et sont clairement marquées par un jugement dépréciateur8. Enfin, il est extrêmement hasardeux de tracer des liens directs entre la prose apocalyptique du temps et les discours communistes ou fascistes contemporains, sans s’efforcer d’en identifier les potentiels canaux de transmission. D’autant que l’on sait tout ce que l’analogie présente de risque pour l’historien (les trois états de l’humanité selon Joachim de Flore ont-ils une proximité autre que superficielle avec la vision marxienne ou le « Troisième Reich » nazi ?9). Ainsi, lorsque Norman Cohn évoque un anonyme du début du XVIe siècle, appelé « le Révolutionnaire du Haut-Rhin », auteur d’un ouvrage jamais publié intitulé Le Livre aux cent chapitres, il en fait un véritable précurseur du nazisme, sans suffisamment prendre en compte la part de fantasmes de cette prose ni tenter d’élucider l’origine de la centralité allemande qui y est défendue. Car au moins autant qu’un ensemble de mouvements anticipant sur les soulèvements « révolutionnaires » du XXe siècle, on peut tout aussi bien voir dans ces colères médiévales des signes d’une conscience inachevée, en construction, une étape plutôt qu’une transposition directe.

1Voir nos précédentes recensions sur Discours contre Dieu de Sade, Lire Jean Meslier, curé et athée révolutionnaire de Serge Deruette (tous deux sur notre ancien site), Ni dieu ni maître de Blanqui (sur notre blog) et Les Libertins d’Anvers de Georges Eekhoud (in Dissidences volume 7, La Belgique sauvage. L’extrême gauche en Belgique francophone depuis 1945, Latresne, Le Bord de l’eau, 2009, p. 225).

2« Le prolétariat urbain ou rural (paysans déshérités ou incapables de subvenir à leurs propres besoins, mendiants, vagabonds, journaliers et manœuvres, chômeurs et ouvriers menacés de chômage), tous ceux qui, pour une raison ou pour une autre ne pouvaient parvenir à un statut stable et reconnu, vivaient dans un état de frustration et d’anxiété perpétuelles qui en faisaient l’élément le plus instable et le plus impulsif de la société médiévale. » (p. 51).

3 A ce sujet, voir la critique sur notre blog de William Morris, Un Rêve de John Ball, Paris, Aux forges de Vulcain, 2011.

4Sur ce dernier, voir Ernst Bloch, Thomas Müntzer, théologien de la révolution, Paris, Les Prairies ordinaires, 2012, chroniqué sur notre blog, un livre curieusement absent des notes de Norman Cohn…

5L’exemple le plus frappant est celui de la ville de Münster, dans les années 1530, devenue Nouvelle Jérusalem : le soutien populaire aux mesures communistes est d’abord très large, avant que le statut de citadelle assiégée ne déclenche une terreur ciblée puis, sous l’égide de Jean de Leyde, une dérive autocratique, dans le même temps où une vague révolutionnaire se manifeste à partir de l’épicentre münsterien.

6Publié chez Fayard en 1993.

7« (…) paranoïaque typique, obsédé par des rêves de grandeur et par la manie de la persécution (…) C’est une interprétation qui corrobore parfaitement tout ce que nous savons des Frères du Libre Esprit au Moyen Âge, et de leurs successeurs, les libertins spirituels. » (p. 253).

8C’était le même problème pour le second tome de la Contre-histoire de la philosophie de Michel Onfray, Le Christianisme hédoniste, chroniqué sur notre ancien site.

9De même, à propos de Karl Marx, Norman Cohn commet une simplification abusive lorsqu’il estime que dans la vision du révolutionnaire allemand, « (…) ce sont les pauvres qui jouent un rôle de « messie collectif » » (p. 419), négligeant la notion historique de prolétariat, qui n’équivaut aucunement aux pauvres, et plus encore de lumpenproletariat, cette dernière montrant bien que pour Marx, ce ne sont pas nécessairement les plus pauvres qui peuvent mener la lutte, mais ceux qui se trouvent au cœur du système de production de la valeur travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.