Vincent Chanson, Alexis Cukier et Frédéric Monferrand, La réification. Histoire et actualité d’un concept critique, Paris, La Dispute, 2014, 389 pages, 28 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Comme le sous-titre l’indique, cet ouvrage collectif a pour but d’interroger l’histoire et l’actualité – « les sources, les usages et les possibles réactualisations contemporaines » (p. 35) – du concept marxiste de réification, qui, développé par Georg Lukacs dans son recueil de 1923 Histoire et conscience de classe1, fut une notion aussi importante pour le marxisme « hétérodoxe » qu’elle fut marginale au sein du marxisme « officiel » et, plus globalement, dans le champ des théories critiques. Le livre se compose de trois parties : la première questionne l’élaboration et le sens du concept, la deuxième analyse ses usages et transformations, tandis que la troisième et dernière partie interroge son actualité « dans la perspective d’une critique du capitalisme aujourd’hui » (p. 37).

Le premier article étudie la généalogie du concept de réification chez Lukacs. L’introduction notait déjà la synthèse opérée par son livre de 1923 « entre, d’un côté, la critique du fétichisme et le moment utopique-révolutionnaire du marxisme et, de l’autre, ce courant de pensée d’ascendance romantique et nietzschéenne apparu en Allemagne entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, connu sous le nom de « critique de la culture » » (p. 22). Pour sa part, Vincent Charbonnier y lit « la triple influence de Georg Simmel, de Weber et de Marx » (p. 47). L’auteur poursuit en critiquant l’usage « hyperphilosophique », trop général et générique (p. 56) du concept par Adorno, jusqu’à interroger les conséquences de ce qu’il analyse comme un désengagement de la critique de l’économie politique : « un dénuement de la critique » (p. 63).

Anselm Jappe revient, à partir du complexe de concepts d’aliénation, de fétichisme et de réification, sur une critique des gauches se contentant de remettre en cause l’accès ou la distribution et non le contenu de la reproduction capitaliste (p. 65-66), estimant quant à lui qu’« à son niveau le plus profond, le capitalisme n’est donc pas la domination d’une classe sur une autre, mais le fait, souligné par le concept de fétichisme de la marchandise, que la société tout entière est dominée par des abstractions réelles et anonymes » (p. 77). Il rappelle également la préface de Louis Althusser à l’édition de 1969 du Capital, recommandant impérativement au lecteur, sous peine de ne rien ou de mal comprendre, de mettre provisoirement entre parenthèse la section I du livre ; visant ainsi le fameux chapitre sur le caractère fétiche de la marchandise sur lequel se base le concept de réification. Anselm Jappe rapproche ce concept de celui d’aliénation dont il montre l’usage souvent imprécis, subjectiviste, vitaliste et essentialiste qui en était fait après la Seconde Guerre mondiale. Enfin, il conclut son article par une intéressante analyse des écrits de Moishe Postone2, dont le refus du « statut ontologique et transhistorique du travail », contrairement à Lukacs, lui permettrait de « cerner davantage les catégories du fétichisme et de l’aliénation » (p. 83). Toujours dans cette première partie, on notera également l’étude du fréquent usage de la notion de réification chez Max Weber, soulignant l’appréhension différente et « le fossé [est] profond entre la portée critique de ses analyses et ses prises de position résignées » (p. 143).

Vincent Chanson, dans la deuxième partie, entend « prendre la notion de réification comme fil conducteur d’une lecture globale de l’œuvre d’Adorno » afin de contester les lectures dénonçant l’impuissance théorique et pratique du penseur de l’École de Francfort (p. 149-150). Il rappelle le poids déterminant du contexte historique – échec de la révolution russe, deux guerres mondiales, développement de la société de consommation et du capitalisme organisé –, qui situe les concepts adorniens à partir de « l’hypothèse d’un capitalisme organisé ou capitalisme d’État » (p. 162). Dans les dernières pages, il évoque – malheureusement trop brièvement –, à partir du milieu des années 1960, les relectures marxistes d’une constellation d’auteurs en France et en Allemagne autour de la Neue Marx-Lekture. Les articles suivants interrogent l’usage du concept de réification chez Heidegger, Sartre et Lefebvre. C’est certainement chez ce dernier que le concept est le plus richement et efficacement questionné, même s’il préféra se concentrer sur la notion d’aliénation.

La dernière partie teste l’usage du concept de réification à l’épreuve du management et de la finance aujourd’hui, de la notion de « travail immatériel », en le confrontant à des auteurs comme Foucault, Zizek et Negri. Elle analyse également la refondation du concept telle qu’elle apparaît dans le livre d’Axel Honneth, traduit en français en 2007, La réification. Petit traité de théorie critique, en mettant en évidence les limites d’une telle démarche. Ainsi, selon Marco Angella, « la réification comme oubli de la reconnaissance [telle qu’elle est appréhendée par Honneth] ne paraît pertinente que pour rendre compte d’événements tels que les massacres organisés ou le trafic d’êtres humains » (p. 348). Enfin, Félix Boggio Éwanjé-Épée tente d’analyser « quelques usages féministes de la catégorie marxiste de réification » (p. 356), en reprenant la périodisation des formations historiques de la masculinité selon le théoricien nord-américain Kevin Floyd dans The Reification of Desire (2009). Malheureusement, cette volonté intéressante en soi d’interroger « les liens entre la rationalisation du travail et la transformation des masculinités » apparaît ici trop mécanique.

Une bibliographie sélective clôt ce recueil riche et dense dont le lecteur pourra toutefois regretter l’accent mis sur l’approche philosophique – plutôt que sur la critique de l’économie politique – et l’absence d’articles sur l’usage du concept de réification dans des pays du Sud (on pense plus particulièrement au Brésil, à l’Afrique du Sud, etc.).

1Georg Lukacs, Histoire et conscience de classe. Essais de dialectique marxiste [préface de Kostas Axelos], Paris, Editions de Minuit, collection « Arguments », 1974, 422 pages.

2Des théoriciens comme Moishe Postone (également historien), Anselm Jappe et d’autres cherchent à renouveler les fondements d’une nouvelle théorie critique radicale de l’économie politique. « A la différence des lectures traditionnelles de Marx avec lesquelles elle rompt, cette nouvelle critique s’est en grande partie faite remarquée pour avoir articulé une approche théorique qui porte une attention particulière au caractère fétichiste de la production de marchandises (…). Le capitalisme est ici interprété comme une forme historique de fétichisme. » (http://palim-psao.over-blog.fr/article-traduire-c-est-trahir-sur-les-traductions-a-utiliser-pour-lire-marx-118473952.html)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.