Jean-Pierre Pécau (scénario), Benoît Dellac (dessin), Thorn (couleurs), L’Homme de l’année 5. 1871. L’un des héros de la Commune de Paris, Paris, Delcourt, collection « Série B », 2014, 58 pages, 14,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jean-Pierre Pécau est un scénariste renommé et prolifique du milieu de la bande dessinée : on lui doit notamment la série uchronique « Jour J », qui croisait déjà histoire et thématiques politiques entrant dans le champ de Dissidences. Sa récente série, « L’Homme de l’année », est une manière d’appréhender l’histoire par en bas, à travers le parcours d’un individu anonyme, emporté par les tourbillons de l’événementiel, et croisant au passage certaines figures d’importance. Le tome 4 de la série s’était ainsi penché sur 1967. L’Homme qui tua Che Guevara, et dans l’album qui nous intéresse, Abdullah, le personnage principal, a une liaison avec rien moins que Louise Michel, et c’est l’évocation de ses origines qui semble éveiller l’intérêt du jeune Arthur Rimbaud pour les horizons africains.

Abdullah, inspiré en partie de la nouvelle d’Alphonse Daudet « Le Turco de la Commune », est un orphelin originaire d’Abyssinie, jeune noir devenu esclave et offert à un Français, Antoine d’Abbadie (1810-1897), qui, en ce mitan du XIXe siècle, tentait de découvrir les mythiques sources du Nil. Élevé par cette illustre famille, aux idéaux demeurés royalistes, Abdullah s’en sépare en fuguant durant son adolescence, afin de donner par lui-même un sens à sa vie. Il s’engage alors dans l’armée française, participe à la bataille de Solferino, puis est affecté en Algérie. C’est là qu’il prend conscience de la solidarité qui le lie, en tant qu’opprimé colonial, avec les populations autochtones (Jean-Pierre Pécau insistant sur la dimension exterminatrice de la guerre entre Français et résistants algériens). Ayant sympathisé avec un certain Borel, membre de la Ie Internationale dont il représente la section algérienne1, Abdullah rentre en France, prend part à la guerre contre la Prusse, puis se retrouve déserteur à Paris, où il rencontre brièvement Jules Vallès. On le voit acteur de la résistance parisienne à la tentative de réquisition des canons de Montmartre, partisan de marcher au plus vite sur Versailles, et résistant jusqu’au bout aux Versaillais, dont il tue encore certains représentants avant de mourir en plein cimetière du Père-Lachaise.

Dans ce parcours d’une vie, le substrat politique demeure superficiel, même si on apprécie une image de la Commune de Paris dénuée de toute hostilité2. C’est sans doute l’idée de fraternité des exploités, des petits et des sans-grades qui a attiré Abdullah du côté du mouvement ouvrier, mais il n’y a pas chez lui d’idéologie bien structurée. En fait, il incarne en lui l’impossible fusion entre Afrique et Europe, entre nature et culture (tout en étant alphabétisé, il demeure attaché à la nécessité de tuer et au rite initiatique du premier lion à chasser). Quelles que soient ses tentatives pour s’intégrer, Abdullah est confronté au racisme ordinaire, celui de ses officiers surtout, au point d’être emprisonné lorsqu’il dévoile la lâcheté d’un de ses supérieurs blancs. On comprend bien que c’est cette problématique aux échos éminemment contemporains qui a retenu l’attention de Jean-Pierre Pécau3. Les dessins de Benoît Dellac, outre qu’ils réussissent à nous plonger dans les décors pleins d’authenticité d’un Paris en pleine guerre civile, jouent d’ailleurs régulièrement sur ce parallèle entre deux mondes, avec des plans larges sur le désert, la savane mais également la jungle urbaine ou l’enfer des champs de bataille.

1Ce personnage est inspiré de Pétrus Borel (1809-1859), poète surnommé « le lycanthrope » (surnom repris dans la bande dessinée), à ceci près qu’il vit ici au-delà de la date de sa mort réelle, et qu’il semble aux antipodes de ses positions anti-socialistes : sa place en tant que membre de l’AIT tient-elle à sa célébration ultérieure par les surréalistes ?

2A l’opposé du roman de Jean-Philippe Depotte, Le Crâne parfait de Lucien Bel, chroniqué sur ce blog. On notera toutefois la présence d’un Georges Clemenceau qui joue ici le rôle de contradicteur d’Abdullah, le premier défenseur de la guerre civile radicale, le second rêvant d’une impossible réconciliation entre camps opposés.

3Déjà, en 2000, le cinéaste Peter Watkins avait abordé la problématique coloniale dans son film, La Commune (Paris, 1871).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.